Lance Stephenson, seul au monde

Lance Stephenson, alias "Lance sir a lot" est un acteur. Il nous a fait un remake de la performance de Tom Hanks dans "seul au monde" cette nuit face aux Hawks.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Lance Stephenson, seul au monde
[caption id="attachment_126172" align="alignleft" width="300"] Born ready[/caption] Depuis plusieurs jours, voire plusieurs semaines, Lance Stephenson est dans l’œil du cyclone. Sans être responsable de tous les maux des Indiana Pacers, son égoïsme a été mis en avant, notamment par Roy Hibbert dans la presse, et ses attitudes commencent à agacer une large partie du public. Et pas seulement. Selon les différents rapports de la presse US, George Hill s’est accroché avec son jeune coéquipier lors d’une rencontre perdue face aux San Antonio Spurs fin mars. Présenté comme un gamin capricieux lors de ses premières saisons dans la ligue, « Born Ready » s’est racheté une réputation en s’imposant comme un cadre des Pacers. Jusqu’au jour où Yahoo ! Sports a évoqué une bagarre à l’entraînement entre le natif de Brooklyn et Evan Turner. Les deux hommes ont reconnu l’incident mais ils ont nié avoir échangé des coups. Trop tard, le mal est déjà fait. Même si ne pouvons évidemment pas l’affirmer – car pas dans l’intimité du vestiaire des Pacers – on a le sentiment que Lance Stephenson semble isolé du groupe. On le répète il s’agit d’une impression et non d’une affirmation. Comme si ses pitreries et son hyperactivité avaient fini par lasser ses coéquipiers. Les membres de la franchise, coaches comme joueurs, ont déjà évoqué plusieurs fois son énergie débordante et pas toujours de manière positive… En tout cas, Lance Stephenson était bien seul sur le parquet cette nuit. Si son attitude est critiquable, on ne peut pas lui reprocher son implication et sa détermination cette nuit. Les Indiana Pacers se devaient de mettre de l’intensité dans un tel match couperet. Hormis Stephenson et peut-être David West en première période, aucun joueur de Frank Vogel ne peut se vanter d’avoir été à la hauteur de l’événement. L’arrière costaud d’Indiana a donné un peu de punch à une équipe terriblement molle. On lui reproche ses dribbles sur place et tours de passe-passe, soit. Mais que faire lorsque vos coéquipiers restent plantés les pieds au sol, sans démarquage, sans écran, sans mouvement ? Lance Stephenson a pris les choses en main, seul. Il a été à l’origine de plusieurs run – ou tentative de run – des Pacers. Alors que les Hawks menaient de 12 points dans le dernier QT, il a planté un tir primé avant de chiper le ballon dans les mains de Jeff Teague. Indiana est revenu à quatre points (75-71) avant d’encaisser un nouveau tir derrière l’arc… C’est lui qui a rapidement inscrit un layup après le tir improbable de Teague à une main (derrière la ligne de touche ?), histoire de calmer les ardeurs des Hawks, revigorés par un tel panier. Lance Stephenson a terminé avec 21 points à 8/16 (meilleur marqueur des Pacers), 13 rebonds, 4 passes, 3 interceptions et 2 balles perdues. On ne sait pas s’il a échangé des coups de poing avec Evan Turner à l’entraînement. Mais il s’est réellement battu sur le terrain cette nuit. Et il était bien le seul.
Afficher les commentaires (21)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest