Les 15 plus jeunes champions NBA et leur histoire

Les 15 plus jeunes champions NBA et leur histoire

Trois joueurs des Warriors 2022 sont entrés dans le top 15 des plus jeunes champions de l'histoire de la NBA. Voici l'histoire autour de la précocité de chacun des membres du club.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article
Préc.1 / 5Suiv.

Les Golden State Warriors viennent de remporter le titre de champion NBA 2022. En leur sein, on retrouve trois très jeunes joueurs qui ont, discrètement, marqué l'histoire par leur simple présence dans le groupe coaché par Steve Kerr. Jonathan Kuminga, Moses Moody et James Wiseman ont tous intégré le top 15 des plus jeunes joueurs à avoir remporté un titre. Voici à quoi ressemble désorais cette liste où la précocité est récompensée.

15- Phil Walker (Washington), 22 ans et 79 jours (1978)

Une carrière universitaire anecdotique dans la petite fac de Millersville en Pennsylvanie, une Draft dans un relatif anonymat au 2e tour en 1977, mais... un titre de champion NBA lors de sa seule saison disputée dans l'élite du basket mondial. Surnommé "Grump", Walker fait 40 apparitions en saison régulière avec les Washington Bullets lors de sa saison rookie et 4 en playoffs au poste de shooting guard, évidemment éclipsé par Elvin Hayes, Bob Dandridge et Wes Unseld. Cette année-là, la franchise de la capitale fédérale s'impose en Finales contre les Sonics au terme d'un game 7, après avoir été mené 1-0, 2-1 et 3-2.

14- Jamaal Wilkes (Golden State), 22 ans et 23 jours (1975)

Voilà déjà avec un ancien joueur des Warriors et une sacrée pointure. Wilkes est sans doute trop peu connu du grand public, mais on parle quand même d'un joueur assez phénoménal et d'un Hall of Famer (2012). Avant ce titre de 1975 avec les Warriors de Rick Barry, celui qui lui permet d'être présent à la 15e place, l'ailier californien avait déjà remporté deux titres de champion NCAA sous les ordres du grand John Wooden à UCLA.

En 75, l'ailier alors rookie (et élu Rookie of the Year), a activement participé (11.5 points et 9.8 rebonds de moyenne) au sacre des Dubs en Finales contre les Washington Bullets. Sa défense sur Elvin Hayes, l'un des plus gros clients de l'époque, avait été fantastique et saluée, même si Barry a évidemment attiré la lumière et été élu MVP des Finales.

Plus tard, Jamaal Wilkes a intégré le Showtime des Lakers et glané trois nouveaux titres entre 1980 et 1985, bien qu'il n'ait pas participé aux playoffs sur la dernière campagne à cause d'une blessure au genou.

13- Rick Weitzman (Boston), 22 ans et 2 jours (1968)

Lorsque Rick Weitzman, jeune arrière du Massachusetts et membre de l'équipe US des athlètes juifs, a été drafté en 110e position et au 8e tour de la Draft 1967 par les Celtics, il ne s'imaginait pas forcément faire long feu en NBA. Et pourtant, sa seule saison avec la superpuissance de Boston lui a permis de décrocher un titre avant de retomber dans l'anonymat.

Weitzman a fait 25 petites apparitions au côté des cracks Bill Russell et John Havlicek, pour 1.3 point par match à 26% au tir, avant d'observer aux premières loges les Finales 1968. Les Celtics y ont dominé les Lakers (4-2) de Jerry West et Elgin Baylor. Rick Weitzman peut aujourd'hui raconter à ses petits enfants qu'il a joué un match des Finales et qu'il y a marqué le seul panier qu'il a tenté. Tous les grands-pères n'ont pas de telles histoires à narrer à leur descendance !

Lire la suite
Préc.1 / 5Suiv.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest