Aux Clippers, un grand Russell Westbrook, la victoire et le sourire

Aux Clippers, un grand Russell Westbrook, la victoire et le sourire

Vainqueurs de Memphis, les Clippers ont brillé grâce à un superbe Russell Westbrook et la profondeur de leur effectif.

Benjamin MoubechePar Benjamin Moubeche  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les Clippers ont décidément le vent en poupe. Malgré l’absence de Paul George, blessé, et de Kawhi Leonard pour un motif personnel, les hommes de Tyronn Lue sont parvenus ce jeudi à arracher une victoire aux Grizzlies (141-132) très précieuse dans la course aux playoffs. Los Angeles fait parler la profondeur de son effectif et se met en route de la meilleure des manières pour la postseason, avec le sourire.

Certes, il manquait trois titulaires à Memphis, entre Jaren Jackson Jr, Desmond Bane et Steven Adams, ainsi que le sixième homme Tyus Jones. Il faut donc prendre cette rencontre comme elle est : un combat de boxe sur une jambe, qui ne reflète pas nécessairement l’issue d’un match à pleine puissance. Mais dans ce jeu-là, on attendait peut-être un peu plus Ja Morant, All-Star cette saison, que Russell Westbrook, transféré puis coupé à la trade deadline.

Pourtant, des deux meneurs, c’est celui des Clippers qui a conduit la charge. Chacun a inscrit 36 points, mais les chiffres du Brodie sont plus propres (13-18 au tir, 10 passes, 2 ballons perdus) que ceux du leader des Grizzlies (11-28 au tir, 9 passes, 8 ballons perdus). Surtout, l’impression d’une dominance retrouvée le temps d’un soir, pour porter tout son effectif

Magistral, Westbrook offre donc un peu de sérénité à l’équipe avec cette victoire. Désormais, Los Angeles est plus proche de Phoenix (4e) que des Warriors (6e) à l’Ouest. Ils ne sont plus qu’à 0,5 match de l’avantage du terrain au premier tour, tandis que les risques de play-in s’éloignent progressivement. Des considérations qui passent un peu au second plan dans un vestiaire qui refuse apparemment de consulter le classement.

« Nous savons que si nous nous occupons de nos propres affaires, nous contrôlons notre destin. », a ainsi assuré Russell Westbrook après la rencontre, à Tomer Azarly de ClutchPoints.

Dans ce vestiaire, justement, on aperçoit de grands sourires. On se demanderait presque où est passé le « vampire » que les Lakers ont congédié en milieu de saison.

On imagine la mine satisfaite de Robert Covington encore plus sincère que les autres. Ses 32 minutes sur le terrain sont un record cette saison, pour lui qui n’a même pas l’occasion de disputer tous les matches. Ses 27 points, à 9-10 au tir, marquent également un pic depuis le début de l’exercice.

En l’absence de Marcus Morris — récemment remplacé par Nicolas Batum dans le cinq majeur —, il a eu l’opportunité de rappeler l’étendue de sa polyvalence et de son impact défensif. Peut-être a-t-il décroché son propre ticket pour les playoffs ce soir, même si ce n’est pas encore gagné.

« Avec ses déviations (de balle), ses mains, sa capacité à contrer par surprise, il était énorme pour nous cette nuit. […] Les gars dans le vestiaire restent professionnels. Ils continuent de travailler et restent prêts pour les matches, attendant chaque jour leur opportunité. Si qui que ce soit peut être déçu cette année, ça devrait être RoCo, parce que c’est un vétéran qui mérite de jouer. Mais on ne peut pas faire jouer tout le monde », regrette Tyronn Lue.

Le Kawhi version cyborg est de retour, cette fois pour de bon ?

Bones Hyland, également très en vue pendant ce match, a lui aussi eu le droit à ses louanges. Il est le premier joueur des Clippers à compiler 20 points, 6 passes et 5 rebonds en sortie de banc depuis Lou Williams, triple Sixième homme de l’année.

« Il me rappelle beaucoup Lou Will, étant capable de sortir du banc et de scorer. Il joue juste avec une joie et une passion, avec l’excitation d’être sur le terrain. C’est contagieux pour nous », apprécie son entraîneur.

À bien des égards, ce match est très rassurant à l’approche de la postseason. Il en dit long sur la profondeur de l’effectif, l’impact potentiel de Russell Westbrook et l’alchimie de cette équipe. Finalement, c’est un peu comme si l’absence des deux patrons avait permis aux autres de s’offrir une petite session de team building.

Paul George : "Shai Gilgeous-Alexander fait partie de l’élite"

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest