Monstrueux, Paul George peut-il battre les Toronto Raptors tout seul ?

Incroyable lors des deux premiers matches du premier tour des Playoffs, le leader des Indiana Pacers Paul George se retrouve esseulé pour lutter face aux Toronto Raptors. Peut-il les éliminer tout seul ?

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Monstrueux, Paul George peut-il battre les Toronto Raptors tout seul ?
Paul George a déjà vécu de grands moments en Playoffs. Ses duels face à LeBron James et le Miami Heat resteront dans les mémoires quand on évoquera la carrière de la star des Indiana Pacers. Mais cette saison, le défi proposé à l’ailier est sûrement encore plus grand. Sans manquer de respect à ses partenaires actuels, le #13 des Pacers a littéralement porté son équipe sur ses épaules pour atteindre les Playoffs, et il va devoir faire encore bien plus pour espérer passer ce premier tour face aux Toronto Raptors. Lance Stephenson, Roy Hibbert, David West, les éléments forts de la dernière belle campagne des Playoffs des Pacers sont partis et George doit désormais relever un challenge complètement dingue : éliminer la tête de série numéro 2 de la Conférence Est presque par lui-même !

Paul George, le meilleur joueur de la série mais esseulé...

Comme nous vous l’indiquions récemment, les Raptors ont la meilleure équipe de cette affiche du premier tour des Playoffs, mais George est bel et bien le meilleur joueur de cette série. Auteur de 33 points au Game 1 (gagné), puis de 28 au Game 2 (perdu), l’ailier est tout simplement intraitable offensivement, réalise de véritables cartons et affiche un niveau défensif exceptionnel, laissant les Canadiens sans aucune solution.
"C’est impossible d’arrêter Paul George. Il est juste phénoménal. Il va marquer entre 25 et 30 points tous les soirs, il va le faire peu importe ce que nous mettons en place, il est talentueux à ce point", a admiré Kyle Lowry pour le Indy Star.
Le problème, c’est que pour avoir une petite chance d’éliminer les Raptors, George va devoir conserver ce niveau de perfection sur l’ensemble de la série. Pour l’instant face à Toronto, le joueur de 25 ans a inscrit 61 points en seulement 37 tirs, un rendement assez incroyable et qui sera très compliqué à maintenir. Le reste de son équipe ? 126 points en 122 tirs... Les statistiques d’adresse de George sont ahurissantes (54,1% aux tirs, 75% à longue distance, 88,2% sur la ligne), mais celles des autres Pacers sont décevantes (38,4% aux tirs, 27,3% à longue distance, 73,8% sur la ligne). Autant dire que George est esseulé.

Une équipe qui joue pour lui, peut-elle se sublimer grâce à lui ?

[caption id="attachment_321714" align="alignright" width="318"] Roy Hibbert et David West ne sont plus là pour épauler Paul George...[/caption] Cependant, si le talent de la star des Pacers est autant mis en avant, c’est aussi parce que cette équipe a été construite par Larry Bird autour de lui. Après les départs des West, Hibbert et Stephenson, les dirigeants de cette franchise ont réalisé un travail remarquable, avec l’entraîneur Frank Vogel, pour mettre George dans les meilleures conditions. Ainsi, Indiana propose un jeu rapide qui permet à l’ailier d’exprimer l’étendue de son potentiel. Mais l’inverse peut-il être vrai ? De par ses performances, PG peut-il sublimer ses partenaires ? C’est le challenge qu’il va devoir relever sur cette série.
"Je suis en colère à propos de cette défaite. Normalement, être à 1-1 après deux matches à l’extérieur c’est une bonne chose, mais je suis en colère car il y a des erreurs évitables sur ce Game 2. Je pense que nous avons perdu notre concentration", a regretté Paul George après le revers du G2.
Être un leader, ce n’est pas seulement marquer des points, faire des passes, prendre des rebonds, être fantastique en défense (DeMar DeRozan ne voit pas le jour) et se démultiplier sur le parquet, mais c’est aussi savoir trouver les mots, les solutions sur le parquet pour permettre à l’ensemble de son équipe de passer un cap collectivement. Oui, George est monstrueux. Oui, il peut totalement faire basculer un match en faveur de son équipe. Mais peut-il le faire sur une série en 7 rencontres contre l’une des meilleures équipes collectives de la NBA ? Pas sûr. Même LeBron James, incontestablement l’un des meilleurs joueurs de la NBA, a échoué dans ce genre de situation par le passé... Pour passer l’obstacle des Raptors, les Pacers devront obligatoirement compter sur un grand Paul George, mais aussi sur un collectif capable de hausser son niveau de jeu. C’est aussi ça la marque des champions, être en mesure de transcender ses coéquipiers !
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest