Power Ranking Euroleague 2012-2013

A quelques jours de la reprise de l'Euroleague, voici le point sur l'état des forces en présence.

Power Ranking Euroleague 2012-2013
Préc.3 / 3Suiv.

17. Cedevita Zagreb

On connaissait le Cibona Zagreb, le KK Zagreb et son célèbre logo à tête de fourmi probablement dessiné par l’arrière-petit-fils du patron, voilà maintenant le Cedevita Zagreb, un club rookie qui cache pourtant un effectif  ultra-expérimenté. Avec l’icône Bozidar Maljkovic sur le banc et Ilievski, Suput et Marko Tomas sur le parquet, les Croates auront plus de matches Euroleague sous la ceinture que la plupart de leurs adversaires. Même notre gars Mike Gelabale est de la partie dans une team qui pourrait être la grosse surprise de la saison.

18. Brose Baskets Bamberg

Jamais pris au sérieux et pourtant toujours placés, les Bavarois ont perdu quelques membres importants de leur effectif (Slaughter, Pleiss, Suput) mais recruté du trentenaire de qualité avec l’ancien joueur NBA Bostjan Nachbar, Sharrod Ford et l’ancien Palois Teddy « don’t call me Boobie » Gipson. On ne sait pas si c’est les lunettes mais Coach Fleming a aussi gagné une réputation de petit génie du coaching et on attend de la part des champions d’Allemagne de foutre un joyeux bordel dans le Groupe D.

19. Partizan Belgrade

Quand on parle de bordel, difficile de ne pas parler du Partizan et de ses fans, sans doute les meilleurs d’Europe. À la manière de Mike Gelabale, notre meneur, MVP de l’Euro U20, Leo Westermann est parti s’exiler dans les Balkans, pour apprendre de Dusko Vujosevic comme Uma Thurman avec Pai Mei. Pour l’instant un seul joueur du roster a plus de 25 ans, preuve que la jeunesse est toujours au pouvoir au Partizan. Joueurs du Fantasy Challenge, attention au pivot Dejan Musli. (À votre service)

20. Elan Chalon

Chalon peut-il réussir là où Roanne, Le Mans, l’ASVEL, Cholet et Nancy se sont cassé les dents ces 5 dernières années ? Cette année oui on y croit au Top 16, pas forcément à cause de l’effectif présenté par Greg Beugnot (même si conserver Blake Schilb et engager Shelden Williams sont deux coups de maître) mais surtout en raison de la faiblesse du groupe B (Alba Berlin et Prokom Gdynia dans la même poule, sérieux Jordi Bertomeu ???).

21. Lietuvos Rytas

On sent déjà le retour de bâton de les avoir placés aussi bas mais pour nous il y a trop de points d’interrogation (Seibutis est-il un go-to-player crédible en Euroleague ? On n’est plus en EuroCup les gars) et trop de jeunes joueurs comme Leon Radosevic ou le tonique meneur Nemanja Nedovic qui cherchent déjà à relancer leur carrière.

22. Alba Berlin

Sasha Obradovic est donc de retour à Berlin, avec qui il avait gagné une Korac en tant que joueur mais là la mission semble impossible. Avec une escouade menée par l’ancien Choletais Vule Avdalovic, la gâchette Schaffartzik, le croqueur Nihad Djedovic et quelques mercenaires ricains, la seule chose pour laquelle le club de Berlin semble mûr est une élimination rapide en phase de groupes.

23. Asseco Prokom Gdynia

Un retour dont on se serait bien passé. Avec leurs Ricains de seconde zone et leurs vieux briscards locaux dont le nom force au copier-coller, les champions de Pologne feront encore de la figuration. Une victoire à la maison après prolongation face à Chalon et puis s’en vont. Avec de la chance, ils feront un peu jouer le gros prospect 93 Mateusz Ponitka.

24. Union Olimpija Ljubljana

C’est relou de dauber sur Ljubljana parce qu’ils ont vraiment des supporteurs (et supportrices) sympas mais il y a un moment où il faut arrêter les frais. Si l’on enlève l’exception 2010-11, les troupes de Saso Filipovski ont gagné 4 fois en 30 matches. Mais bon chacun ses Bobcats, chez nous ils sont slovènes.
Préc.3 / 3Suiv.
Afficher les commentaires (16)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest