120 MIA
87 ATL
99 MEM
120 CHA
107 DAL
70 OKC
115 UTA
128 SAC
102 PHO
107 DEN
104 LAL
98 GSW

Gregg Popovich défend Adam Silver avec passion en pleine crise avec la Chine

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Gregg Popovich est monté au créneau pour défendre Adam Silver, le boss de la NBA, critiqué pour sa gestion de la crise diplomatique avec la Chine.

Pour la première fois depuis le début de son mandat, Adam Silver doit essuyer des critiques. Le patron de la NBA, jusqu'ici nettement plus populaire que son prédécesseur David Stern, a été contraint de sortir de sa réserve ces derniers jours pour gérer la crise diplomatique avec la Chine provoquée par un tweet de Daryl Morey. Beaucoup ont trouvé le premier communiqué de la ligue décevant et la posture de Silver étonnamment complaisante envers les autorités chinoises. Dans l'idée et dans la continuité de ce qu'il a entrepris depuis son accession au trône, Silver aurait sans doute dû défendre Morey et sa liberté d'expression d'emblée et sans concession. Mais les gigantesques enjeux économiques qu'impliquent une brouille avec la Chine  l'ont poussé à rester pour une fois très mesuré.

Si ses déclarations suivantes, empruntes de défense de la liberté d'expression, ont été un peu mieux reçues, des voix se sont élevées pour dénoncer l'hypocrisie de la ligue dans ce dossier par rapport à ceux gérés par la passé :  l'éviction de Donald Sterling, l'annulation du All-Star Game à Charlotte pour défendre les droits LGBT, le choix de soutenir les joueurs et coaches engagés dans un conflit avec Donald Trump, ou la volonté de lutter contre toute forme de discrimination. Adam Silver peut néanmoins compter sur un soutien de poids, celui de Gregg Popovich. Le coach des San Antonio Spurs est monté au créneau mardi dans les colonnes du San Antonio Express.

"Adam Silver est un leader progressiste. On se souvient tous de la manière dont il a géré la situation avec l'ancien propriétaire des Clippers. Tout le monde était fier parce que c'était la bonne chose à faire. Il y a quelques années, je me promenais dans les rues de New York City pendant la gay pride. Je me suis retourné et j'ai vu Adam Silver debout sur un char avec un grand panneau en soutien à la communauté LGBTQ. Je me suis à nouveau senti fier, comme pour l'histoire des Clippers. Là, je trouve qu'il a parlé fermement en faveur de la liberté d'expression et ça m'a plus à nouveau. C'est un sacré leader et il est très courageux. Si vous comparez avec ce que l'on vit depuis trois ans à la tête du pays, il y a un fossé. Adam a prononcé ces paroles-là dans un environnement où régnait un péril économique important. Malgré ça, il est resté aux principes qui nous tiennent tous à coeur. Je suis enchanté de ce qu'il a dit".

Steve Kerr a lui opté pour une posture un peu différente. Le coach des Golden State Warriors a refusé de s'exprimer sur cette question, en expliquant qu'il n'en maîtrisait pas assez les tenants et les aboutissants pour l'évoquer.