88 ORL
120 CHA
131 MIN
123 CLE
123 UTA
124 GSW
107 BKN
105 NYK
113 TOR
101 BOS
131 MEM
117 ATL
149 NOP
129 SAC
118 MIL
101 IND
108 LAC
92 OKC

Qui sont les All-Stars à Noël ? (Part I)

N.SPar N.SPublié

Alors que la première moitié de saison touche à sa fin, petit bilan des joueurs qui seraient invités au All-Star Game en ces fêtes de fin d'année.

Voilà maintenant plus de trente matches que la reprise de la NBA a sonné. Avec cette "mini-trêve" des fêtes de Noël, il est temps de se pencher sur la cérémonie annuelle des plus attendues, le All Star Game. Alors que l'édition 2018 aura lieu à Los Angeles, le match des étoiles sera chamboulé avec la fin de l'Est contre l'Ouest et des capitaines qui choisiront leurs coéquipiers. Sans anticiper les futures équipes, nous avons décidé de faire un point, en deux parties, sur les 24 all-stars potentiels de cette saison en tenant compte de leur conférence respective. En gros, comme si la formule était inchangée. Aujourd'hui, place à nos amis de l'Ouest.

Cinq majeur du All Star Game :

Stephen Curry : Il a mis une saison à s'habituer à la présence de Kevin Durant. Car oui, c'est lui qui a eu le plus de mal entre les deux à jouer librement l'an passé, malgré le titre. Sa blessure à la cheville n'entache pas cet exercice formidable qu'il est en train de réaliser, à l'image de ses deux saisons de MVP. Steve Kerr dit de lui qu'il est à son prime, on est en droit de penser la même chose.

Stats : 26,3 points, 5,1 rebonds, 6,6 passes à 47,3% dont 38,1% à trois points

James Harden : Le MVP à l'heure de ses lignes. Même si Houston est repassé deuxième à l'Ouest, la saison du barbu est démentielle. Privé du titre l'an passé à cause de Russell Westbrook, le gaucher n'a jamais semblé autant injouable. Jusqu'à la semaine dernière, il était encore le meilleur marqueur et passeur de la ligue. Premier joueur depuis Kobe à inscrire 50 pions deux fois de suite.

Stats : 32,5 points, 5,1 rebonds, 9,8 passes à 46% dont 40% à trois points.

Kevin Durant : Libéré de ce poids qu'était sa signature à Golden State, Kevin Durant rayonne sur la ligue avec des Warriors qui montent progressivement en puissance. Avec les blessures de Steph Curry et Draymond Green, c'est lui qui a endossé le costume de sauveur. Comme à son époque OKC. Et en plus de ça, le gars s'est trouvé une nouvelle vocation, jouer les volleyeurs dans la raquette. On savait qu'il pouvait devenir un gros contreur, mais de là à devenir le deuxième de la ligue...

Stats : 26,3 points, 7,2 rebonds, 5,2 passes, 2,2 blocks à 50,3% dont 38% à trois points.

Jimmy Butler : Je ne vais pas mentir, cette place n'a pas été facile à décerner. DeMarcus Cousins aurait très bien pu y figurer mais étant donné qu'Anthony Davis y sera également, il est difficile de mettre deux joueurs des Pelicans dans le cinq. Et en plus de ça, l'ailier des Wolves monte sacrément en température après un début de saison très timide. Sur les dix derniers matches, Jimmy Buckets n'est descendu qu'une fois en dessous des vingt pions, tout en gardant un bon pourcentage. KAT et Wiggins encore trop légers pour être franchise player, c'est lui le boss actuel de Minnesota.

Stats : 20,6 points, 5,5 rebonds, 4,6 passes, 1,8 interceptions à 46,5% dont 34,3 à trois points.

Anthony Davis : "Unibrow" est toujours dans la même problématique année après année. Il fait des stats de cochon, mais les Pelicans sont très loin de faire partie des cadors de l'Ouest. Même si son association avec DMC reste prometteuse, New Orleans est promis à une place comprise entre la 7e et la 10e. Mais on ne lui reprochera jamais de ne pas tout donner. Il n'a jamais été aussi adroit que cette saison avec un magnifique 56,9%.

Stats : 25,1 points, 10,4 rebonds, 2,1 passes, 2 blocks à 56,9% dont 35,4 % à trois points.

Remplaçants :

DeMarcus Cousins : Anthony Davis ou pas, DMC reste le même. Quand rien ne se touche là-haut et qu'il n'est pas d'humeur bougonne, Cousins reste le meilleur pivot de la NBA, point barre. Il sait tout faire sur le terrain, du tir à la passe en passant par le dribble. En en puissance pure, il n'y a pas mieux. Reste maintenant à savoir si une franchise visant le titre pourra lui faire confiance cet été.

Stats : 25,9 points, 12,1 rebonds, 5,2 passes à 47,8% dont 35,3% à trois points.

Klay Thompson : La question reviendra année après année, Klay Thompson est-il capable un jour de mener sa propre franchise, loin des deux zigotos ? Pour le moment, il est le meilleur dans son style, à savoir très peu de dribbles, un catch & shoot de velours et, surtout, une défense de tout premier ordre. Cet aspect est d'ailleurs très peu mentionné quand on le cite. Des chiffres en hausse partout, sauf aux points.

Stats : 20,7 points, 4,2 rebonds, 2,6 passes à 48,5 % dont 44,5 % à trois points. 

Russell Westbrook : Le MVP en titre a déçu en début de saison. Certes, il n'est pas très loin du triple-double de moyenne (!!) pour la seconde année consécutive, mais la mauvaise entame d'OKC s'explique par un surplus d'effacement de sa part pour intégrer Paul George et Melo. Il a repris son rythme de croisière depuis un mois, et le Thunder s'en porte beaucoup mieux (7 victoire sur les 10 derniers matches). S'il n'est pas le cinq majeur, c'est pour des raisons de critère arrières/ailiers (il n'était pas titulaire au All Star Game l'an passé, rappelons-le)

Stats : 23,6 points, 9,5 rebonds, 9,9 passes à 41,3% dont 31,8% à trois points.

Damian Lillard : L'aberration de ces dernières saisons. Sélectionné une seule fois au All Star Game (et encore c'était en raison d'une blessure), Dame continue ses cartons, tandis que Portland s'installe tranquillement dans les 6-7 à l'Ouest. Septième marqueur de la ligue, toujours clutch, Lillard serait de la fête si les choix se faisaient aujourd'hui. Le vilain petit canard.

Stats : 25,2 points, 5 rebonds, 6,4 passes à 41,8 % dont 35% à trois points. 

Draymond Green : Il n'est pas le prototype du joueur pour le All Star Game, mais son impact sur les Warriors est tellement énorme qu'il ne peut être mis de côté. Défenseur de l'année, il ne sera encore pas loin du titre cette saison encore, surtout avec les déboires de Rudy Gobert et Kawhi Leonard. Par contre s'il pouvait se taire de temps en temps, ce serait pas mal.

Stats : 10,2 points, 7,3 rebonds, 7,3 passes, 1,6 interceptions, 1,8 contres à 44,8% dont 32,7 à trois points. 

LaMarcus Aldridge : Si les Spurs sont troisièmes, ils doivent beaucoup à LaMarcus Aldridge. Sans Kawhi Leonard, l'ancien Blazer a retrouvé son jeu. Gregg Popovich a avoué qu'il a fait une erreur en voulant changer son jeu, et on voit cette saison qu'il le laisse tranquille. Sa meilleure année à San Antonio dans tous les domaines, stats et impact.

Stats : 22,2 points, 8,4 rebonds, 2 passes à 49,7% dont 36% à trois points. 

Karl-Anthony Towns : J'ai longuement hésité avec Chris Paul et Nikola Jokic. Mais le meneur des Rockets a été trop blessé malgré son impact sidérant sur Houston et Jokic reste tout de même un ton en dessous de KAT. Il le dit lui-même, il n'a pas progressé cette saison. Mais avec l'intégration de nouveaux joueurs comme Butler, il est normal qu'un joueur de son âge tergiverse un peu. Reste quand même un monstre.

Stats : 20,5 points, 11,7 rebonds, 1,9 passes à 52,7 % dont 39,7% à trois points