Les Celtics ont-ils été trop gourmands en négociant le trade de Gordon Hayward ?

Les Celtics ont-ils été trop gourmands en négociant le trade de Gordon Hayward ?

Les Pacers proposaient un très joli package en l’échange de Gordon Hayward mais les Celtics en demandaient encore plus.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Danny Ainge n’est pas surnommé « Agressive Danny » par hasard. Le boss des Boston Celtics est un adepte des négociations coriaces. Il ne lâche rien et repart souvent avec le butin. Un côté démoniaque pour celui que certains estiment qu’il « transférerait sa mère si son équipe en sortait gagnant. »

Dernièrement, le dirigeant s’est montré à la hauteur de sa réputation en tentant de refourguer Gordon Hayward aux Indiana Pacers. Sauf qu’il n’a pas conclu le deal. Il est reparti bredouille. Peut-être justement parce qu’il a « trop » négocié.

Selon le Indy Star, les Pacers proposaient Myles Turner, un joueur de rotation (Doug McDermott était un temps évoqué) et un premier tour de draft en l’échange de l’ancien All-Star. Trois atouts. Ce qui confirme encore une fois qu’Hayward a toujours une très forte cote auprès des franchises NBA.

Gordon Hayward aux Hornets, pourquoi c’est (presque) un bon move

Malgré cette offre plutôt conséquente, Danny Ainge aurait réclamé un titulaire supplémentaire. TJ Warren ou Victor Oladipo. Ils voulaient littéralement plumer les Pacers. Ces derniers ont évidemment refusé.

« On cédait déjà sans doute un peu trop mais on tenait à avoir un joueur spécial. Mais pas au point de payer un prix absolument ridicule », note le Président des Pacers Kevin Pritchard.

Voyant que le transfert vers son Indiana natal n’aboutissait pas, Gordon Hayward a finalement signé avec les Charlotte Hornets pour 120 millions sur quatre ans. Laissant Ainge et les Celtics les mains vides. Et encore, pas tout à fait puisque la franchise du Massachussetts négocierait désormais avec celle de Caroline du Nord pour mettre sur pied un « sign and trade. »

Tristan Thompson, une meilleure option pour les Celtics ?

Les Celtics ne récupéreront certainement pas autant que ce qu’ils pouvaient avoir des Pacers. Ainge a surévalué son jeu. Hayward était free agent, le dirigeant n'avait pas tant que poids que ça dans les négociations. C’est à se demander quelle valeur il accorde réellement à Myles Turner. Le pivot est encore jeune, 24 ans, et il peut continuer à progresser. Même s’il stagne depuis un an. Ça reste un intérieur à 12 et 6. Correct. Mais à 18 millions la saison sur les trois prochaines années.

Tristan Thompson tourne la page avec les Cavs et renforce les Celtics

Boston a finalement signé Tristan Thompson pour deux fois moins cher… plus expérimenté et plus solide aussi. Il n’aurait pas été possible de faire venir le Canadien si Turner avait débarqué aux C’s. La franchise aurait même peut-être dû le transférer un ou deux ans après pour faire de la place sous le Cap.

Au final, tout dépend de la perception que chacun a de Myles Turner. Ceux qui pensent qu’il peut faire passer un palier à une franchise, ou ceux qui pensent qu’il a encore une vraie marge de progression, trouveront que les Celtics ont été bien trop gourmands. Ceux qui sont plus sceptiques noteront que Thompson est une meilleure recrue pour moins cher.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest