97 CLE
108 MIA
124 MIL
115 CHI
132 NOP
127 LAC
106 NYK
103 DAL
128 PHO
112 ATL
101 DEN
93 BKN

Fournier : « Vous regardez les matches avec un couscous, tranquille, nous c’est notre vie »

BasketSessionPar BasketSession Publié

Evan Fournier est revenu sur sa Coupe du monde et sur sa frustration sur le plateau de l'émission "Buzzer", sur RMC Sport.

L'équipe de France est rentrée de Chine lundi et certains joueurs de l'équipe se sont immédiatement rendus sur des plateaux télé ou web pour débriefer leur superbe parcours. Evan Fournier était avec Rudy Gobert sur RMC Sport dans l'émission "Buzzer". L'arrière d'Orlando est évidemment revenu sur sa frustration qui a marqué beaucoup de gens après la médaille de bronze décrochée face à l'Australie. Il assume complètement et a tenu à faire comprendre pourquoi il avait réagi ainsi.

"Il faut comprendre une chose. On se donne tellement et on investit tellement dans l'équipe de France et dans le basket tout court avec nos vies, que quand on vit le moment sur place, c'est différent. Vous, vous êtes souvent en train de regarder les matches devant la télé avec un petit couscous, tranquille. Mais nous, c'est nos vies. [...] Il y a un mélange de tout. La pression lâche. Et puis la fatigue, parce que j'étais vraiment épuisé. Il y a aussi qu'après le match contre l'Argentine on n'a pas eu le temps d'accepter cette défaite parce qu'il fallait passer à autre chose tout de suite", a expliqué Evan Fournier.

Quant à ses prestations durant le tournoi - il a tout de même été élu dans le meilleur cinq de la compétition avec Bogdan Bogdanovic, Ricky Rubio, Luis Scola et Marc Gasol - Evan Fournier s'est montré sévère, regrettant d'être passé à côté du match-clé contre l'Argentine.

"Je pense que j'ai été à l'image de l'équipe. On a fait un bon premier tour, un deuxième tour très sérieux aussi, mais on s'est complètement raté dans le match contre l'Argentine. En tant que joueur majeur, j'ai vraiment été à l'image du groupe. Je me suis complètement foiré sur ma demi-finale, donc forcément je m'en veux".