De « Greek Freak » à « Greek Brain »

Giannis Antetokounmpo a fait d'immenses progrès dans le décryptage et l'analyse du jeu. De quoi rendre son niveau de jeu actuel et futur assez traumatisant...

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
De « Greek Freak » à « Greek Brain »
Une ville pas très funky, un palmarès récent proche du néant, Milwaukee ne fait pas vibrer beaucoup de fans en NBA. On s'est souvent demandé ces derniers temps si malgré la culture très basket du Wisconsin, un déménagement ne serait pas la meilleure solution pour la franchise. Malgré tout, les Bucks arrivent quand même à déclencher une petite étincelle chez ceux qui ne jurent pas uniquement par les équipes compétitives du moment, grâce au projet porté par Jason Kidd et à son cheval de proue : Giannis Antetokounmpo. [superquote pos="d"]Sa seule expérience avant la NBA : une saison en D2 grecque...[/superquote]Ce n'est un secret pour personne que le Grec est une sorte d'OVNI dans la ligue, capable d'évoluer à quatre des cinq postes sur le terrain tout en ayant des qualités athlétiques qui dépassent l'entendement en termes d'explosivité, d'agilité et d’élasticité. Faire décoller le spectateur de son siège est un peu l'essence du jeu de Giannis, mais voilà qui commence à être un peu réducteur. Milwaukee est pour le moment 6e du classement de la Conférence Est et c'est en partie parce qu'Antetokounmpo, pas encore 22 ans, n'est pas ou plus seulement une phénomène physique. Forcément, il est difficile de ne pas être obnubilé par les highlights et la domination statistique de l'intéressé au sein de sa propre équipe. Avec un temps de jeu un poil inférieur à celui de l'an dernier, le Grec tourne à 21.3 points, 8.2 rebonds, 5.3 passes, 2 interceptions et 2.1 contres de moyenne, le tout à 52% d'adresse globale. De quoi pointer en tête de toutes ces catégories en dehors des assists où Matthew Dellavedova, son "coéquipier préféré", le devance de 0.6 offrandes/par match...  Mais s'il a autant progressé aussi vite, c'est avant tout grâce à une meilleure réflexion et une compréhension du jeu NBA au-delà des espérances que l'on pouvait avoir pour un joueur à la base si peu habitué au basket américain. Avant son arrivée dans la ligue en 2013, Γιάννης Αντετοκούνμπο (comme l'écrivent ses compatriotes) n'avait joué qu'une saison en D2 grecque...

Deux actions qui en disent long

Les qualités techniques et le QI basket d'Antetokounmpo éclatent actuellement au grand jour, du moins pour ceux qui prennent le temps de regarder les rencontres, pas toujours emballantes et forcément un peu décousues vu leur inexpérience, des Bucks. Deux actions survenues ce mois-ci lors du match face aux Pacers permettent de réaliser à quel point le #34 des Bucks joue maintenant autant avec son cerveau qu'avec son don inné pour effacer ou fracasser les obstacles. A la fin du 2e quart-temps, Antetokounmpo a d'abord tenté de mettre fin à l'existence de Kevin Séraphin (dont on peu saluer le courage sur le coup), en lui dunkant dessus après un appui à... 4 mètres du panier. La faute commise par le Français a gêné son adversaire et l'a empêché d'être sur le highlight le plus violent de ce début de saison (à 2:31 sur la vidéo ci-dessous). Mais le plus intéressant là-dedans n'est pas la tentative surhumaine de décollage, mais bien la façon dont Giannis a analysé l'action pour que cette séquence ait bien lieu. Voyant Paul George, qui n'est pas le premier venu pour la défense en un contre un (trois fois dans le meilleur cinq défensif de la ligue), arriver face à lui, Antetokounmpo a sorti de sa besace un magnifique dribble d'hésitation pour mettre "PG13" dans le vent. Après un rapide coup d'oeil, il a ensuite re-axé sa course pour être en mesure d'attaquer le cercle. Déjà la preuve que le 4e année identifie les situations plus vite que la moyenne. https://www.youtube.com/watch?v=a-VDYI0ppzs Dans le 4e quart-temps, il s'est ensuite offert un petit eurostep en sortie de pick and roll devant Myles Turner avant de finir délicatement près du cercle. Là encore, la préparation de l'action est plus intéressante que sa finalité. Avec peu de temps pour analyser ce qui lui faisait face, Giannis est parvenu à comprendre qu'il ne pouvait pas se contenter de l'écran initial de Greg Monroe sur Paul George. En ajoutant un dribble, il a contraint George à sortir une deuxième fois de l'écran avec difficulté et s'est ouvert le chemin le plus axial vers le cercle. A nouveau avec un temps d'analyse très court, il a ensuite placé cet eurostep des familles pour tromper Turner et déclencher les "oooohhh" du public du Bradley Center.  
Le couteau suisse des Bucks ne se contente plus de faire valoir ses qualités athlétiques dans une pure épreuve de force avec l'adversaire. Son travail sur l'organisation et le décryptage du jeu avec Jason Kidd est en train de payer et les séquences décrites précédemment deviennent récurrentes. Aujourd'hui, Giannis Antetokounmpo a cette obsession de créer dès lors qu'il a la balle en sa possession, quelle que soit sa position sur le terrain. C'est ce qu'il expliquait justement lors d'une conférence de presse téléphonique cette semaine :
"Nous sommes dans une ligue où de plus en plus de joueurs peuvent faire de plus en plus de choses. Regardez un pivots comme Marc Gasol, qui est l'un des meilleurs créateurs selon moi, un point-center. Mon job, c'est justement de déclencher quelque chose à chaque fois, de créer. Peu importe que je sois meneur ou ailier. On est sur la voie d'un basket où les postes n'existeront plus".
Dans cette nouvelle NBA, le "King" ne se trouvera peut-être plus dans l'Ohio, mais à 700 km de là, dans le Wisconsin.
"Être MVP ? Je sens que j'y arriverai un jour".
On a plutôt tendance à se dire que son optimisme est assez justifié...

Les stats de Giannis Antetokounmpo

Year Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2013-14 MIL 77 24:38 2.2 5.4 41.4 0.5 1.5 34.7 1.8 2.6 68.3 1.0 3.4 4.4 1.9 1.6 0.8 0.8 2.2 6.8
2014-15 MIL 81 31:21 4.7 9.6 49.1 0.1 0.5 15.9 3.2 4.3 74.1 1.2 5.5 6.7 2.6 2.1 0.9 1.0 3.1 12.7
2015-16 MIL 80 35:17 6.4 12.7 50.6 0.4 1.4 25.7 3.7 5.1 72.4 1.4 6.2 7.7 4.3 2.6 1.2 1.4 3.2 16.9
2016-17 MIL 9 33:23 8.2 15.8 52.1 0.4 2.3 19.0 4.4 5.9 75.5 1.8 6.4 8.2 5.3 3.2 2.0 2.1 3.4 21.3
Totals 247 30:36 4.6 9.5 48.6 0.3 1.2 27.4 3.0 4.1 72.3 1.2 5.1 6.3 3.0 2.2 1.0 1.1 2.9 12.5
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest