119 WAS
95 CLE
111 BOS
82 CHI
107 BKN
120 MIA
104 TOR
106 DET
113 MIL
116 MEM
107 MIN
100 NOP
128 OKC
103 NYK
116 PHO
96 SAS
126 LAL
117 POR
118 DAL
68 UTA
111 ORL
106 PHI

Isaiah Thomas, chronologie d’une débandade

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

En un an, Isaiah Thomas est passé du statut de superstar et idole des Boston Celtics à celui de joueur au salaire minimum à Denver.

En février dernier, on vous proposait ce retour sur les derniers mois assez invraisemblables vécu par Isaiah Thomas. Le meneur All-Star, meilleur joueur de la ligue au rapport taille/talent, venait d'être tradé sans ménagement par les Cleveland Cavaliers vers les Los Angeles Lakers.

Avec l'actualité des dernières heures et son arrivée chez les Denver Nuggets pour un montant dérisoire, il nous a semblé logique d'ajouter à cette chronologie les événements des derniers mois qui ont conduit à ce choix marquant de l'un des basketteurs les plus populaires de la ligue.


C'est toujours difficile de plaindre un millionnaire. Mais lorsque l'on met de côté le confort financier d'un joueur NBA, on peut aussi avoir de l'empathie sur ce qu'il a vécu sur le plan personnel et sportif. C'est le cas avec Isaiah Thomas aujourd'hui.

Le parcours du meneur avant son accession à la célébrité était déjà du genre coton. On ne peut qu'admirer la ténacité et le mental de Thomas. Pas hyper coté au lycée, dernier pick de la Draft 2011, sous-coté à Sacramento puis très mal utilisé à Phoenix, "IT" n'a finalement connu le bonheur en NBA qu'à Boston. Une ville qui a appris à admirer ses efforts et sa virtuosité proportionnellement inverse à sa taille.

Notre chronologie débute il y a un an et demi.

Février 2017

Isaiah Thomas inscrit 33 points lors d'une victoire 116-108 contre les Sixers. Il s'agit de son 40e match consécutif à au moins 20 points, ce qui lui permet d'égaler le record de John Havlicek vieux de 45 ans. Le lendemain, il le brise contre les Bulls avec une copie à 29 points. A Boston, sa cote de popularité est en flèche et de plus en plus de fans sont convaincus que Danny Ainge lui prépare un contrat au salaire maximum. Thomas gagne 6 millions de dollars par an et se prépare à une bascule vertigineuse mais loin d'être illogique.

Deux fois All-Star de suite avec les Celtics, Thomas devient, en mars, le 6e joueur de l'histoire de la franchise à atteindre la barre des 2 000 points sur une saison. C'est au cours de ce mois, aussi, qu'il est victime d'une blessure à la hanche contre Minnesota et doit manquer deux matches.

Avril 2017

Les Boston Celtics viennent de boucler la saison régulière en tête de la Conférence Est, en partie grâce à leur meneur de poche, troisième meilleur marqueur de la ligue derrière Russell Westbrook et James Harden. Dans un peu plus de 24 heures, ils doivent affronter les Chicago Bulls au 1er tour des playoffs. Alors que son moral est au plus haut, Isaiah Thomas reçoit un coup de fil tragique. A plus de 3 000 km de là, dans la banlieue sud de Seattle, sa soeur Chyna est décédée dans un accident de voiture. Cette nouvelle brutale prend d'émotion toute la NBA. Il est alors impensable d'imaginer Thomas en tenue le lendemain pour jouer au basket, quelle que soit l'importance de la rencontre. Brad Stevens lui fait savoir qu'il n'attend rien de lui et qu'il comprendrait s'il décidait de faire un break après ce drame.

Le 16 avril, Isaiah Thomas est présent au TD Garden. Sa décision : jouer coûte que coûte pour tenter d'atténuer la douleur en attendant les funérailles de sa soeur prévues deux semaines plus tard. Les images sont dures. Pendant l'échauffement, "IT" est en larmes sur le banc, réconforté par son coéquipier Avery Bradley. Il fait de son mieux, mais ne peut empêcher les Bulls de remporter les deux premiers matches de la série. Ovationné par le public et réconforté par l'exceptionnel soutien qui lui est témoigné, Isaiah Thomas est finalement un élément moteur du comeback des C's, vainqueurs 4-2. Au lendemain du game 6, il prend l'avion pour Seattle et assiste à l'enterrement de Chyna.

Mai 2017

Boston mène déjà 1-0 dans sa série des demi-finales de Conférence contre Washington. Encore boosté par les fans, qui sont de plus en plus nombreux à porter son maillot dans les travées du TD Garden, Isaiah Thomas réussit un exploit retentissant en passant 53 points face aux Wizards après prolongation. Une performance qui le fait un peu plus entrer dans le coeur des Bostonians. Seul Havlicek, encore lui, a fait mieux avec un point de plus quatre décennies plus tôt. On commence à imaginer un scénario où le maillot d'Isaiah Thomas est retiré par les Celtics dans 10 ans pour fêter son statut de héros populaire, capable de jouer à ce niveau malgré un contexte personnel terrible.

Boston remporte la série au terme d'un game 7 accroché où le sauveur ne se nomme pas Isaiah Thomas mais... Kelly Olynyk. Tout le monde attend néanmoins la confrontation entre "IT" et les Cavs de LeBron en finale de Conférence. Thomas, lui, ressent de plus en plus de douleurs au niveau de sa hanche précédemment touchée. Diminué lors des deux premiers matches de la finale de Conférence, Isaiah est contraint de renoncer à la suite de la série et assiste impuissant à l'élimination logique des Celtics.

Juillet 2017

La NBA est mise en émoi par la supposée demande de trade de Kyrie Irving. Les destinations préférées d'Uncle Drew n'incluent pas Boston. Isaiah Thomas ne se doute donc pas du danger qui le guette. Un mois plus tard, il est en en famille et en convalescence. Danny Ainge tente de le joindre, en vain, et lui laisse un SMS. "Isaiah, rappelle-moi". Thomas s'exécute, pris d'une légère angoisse.

Ainge lui demande comment il va, puis devient silencieux. Au bout de quelques secondes, il lâche la bombe. "IT, je viens de trader". Ainge le remercie pour ce qu'il fait pour la ville, de ce qu'il a représenté pour lui, etc... Tout ce que lui raconte son General Manager entre par une oreille et ressort par l'autre. Thomas est complètement déboussolé. Ses fils s'apprêtaient à vivre leur rentrée scolaire à Boston. Sa famille y était heureuse et il pensait sans doute avoir prouvé son attachement à la franchise en portant l'équipe sur ses épaules malgré le contexte dramatique lors des derniers playoffs. Son premier réflexe : imaginer la réaction des fans à cette annonce. Le second : viser le titre avec Cleveland pour prouver à Ainge qu'il a commis une grave erreur.

Janvier 2018

Les premières semaines d'Isaiah Thomas dans l'Ohio sont compliquées. Sa blessure à la hanche n'est pas complètement soignée et le staff des Cavs a du mal à estimer la date à laquelle il pourra être activé. Après quelques jours en G-League, il est lancé en début d'année en sortie de banc lors d'une victoire à domicile contre les Blazers. "IT" score 17 points en 19 minutes et amène l'étincelle attendue. Bien qu'absent du groupe le lendemain à Boston, le public l'ovationne et prend sans doute rendez-vous avec lui pour un hommage futur. C'est le dernier bon moment de Thomas avec les Cavs.

Derrière, les défaites s'enchaînent et la maladresse de l'ancien Celtic est problématique. Il a évidemment moins la balle que la saison passée, LeBron James oblige. Son jeu peine à s'exprimer. L'ambiance se tend et la presse locale comme une partie des observateurs lui mettent sur le dos les difficultés de l'équipe. La connexion avec LeBron et la fin prochaine de son contrat pourrissent également l'atmosphère. Vient en plus s'ajouter à cela les critiques virulentes de Paul Pierce, vexé qu'un hommage puisse lui être rendu au soir du retrait de son maillot au TD Garden. La "legacy" même du passage de Thomas à Boston est remise en question par quelques historiques.

Février 2018

LeBron James délivre les Cavs au buzzer face aux Bulls. Dans sa célébration, il ignore presque la tentative d'accolade de Thomas. Sans doute pas volontairement, mais l'image est marquante. On se dit à cet instant qu'il n'y a aucune chance ou presque de le retrouver dans l'Ohio la saison prochaine. Le couperet tombe bien plus tôt que prévu, dès le lendemain, dans les dernières encablures avant la deadline des trades. La veille, "IT" avait déclaré devant la presse qu'il souhaitait rester à Cleveland et en avait assez d'être tradé. Koby Atman, le GM, n'en a pas tenu compte.

Isaiah Thomas est envoyé à Los Angeles, aux Lakers, contre Larry Nance Jr et Jordan Clarkson. Ses perspectives de décrocher un gros contrat dans une équipe ambitieuses sont sans doute réduites à néant.

Mars 2018

Les débuts d'Isaiah Thomas sous le maillot des Lakers, une équipe en roue libre, sont très corrects. En sortie de banc, il inscrit 22 points contre les Mavs et 29 points un peu plus tard lors d'un succès face à Miami. L'impression visuelle de "IT" sous un maillot purple and gold est un peu curieuse tant il a été identifié Celtic jusqu'à peu, mais sa famille est contente. Rappelons que son père est un grand fan des Lakers et qu'il a appelé son fils Isaiah après avoir perdu un pari avec un ami fan lui de "Zeke" et des Pistons...

L'idylle ne dure finalement pas plus d'un mois entre Isaiah Thomas et les Lakers. Le 29 mars, le staff médical annonce que saison est terminée pour lui permettre de subir une opération à la hanche droite.

Mai-juin 2018

Alors que les playoffs battent leur plein, on apprend que Thomas n'avait pas tout fait pour s'intégrer chez les Cavs. Sollicité par Kevin Love pour inventer un handshake à partager avec ses coéquipiers, "IT" aurait répliqué : "Je ne fais pas de ce genre de choses. Je score, c'est ce que je fais".

Peu après, il participe à un petit quiz chez Jimmy Kimmel, où il est opposé à son célèbre homonyme, Isiah Thomas. Battu à plates coutures (50-0) par son aîné le All-Star profite de l'actu contrariante pour les Cavs, menés par les Warriors en Finales NBA, pour lâcher cette punchline.

"Je suis comme les Cavs, je vais me faire sweeper".

Juillet 2018

Ce que réclame Isaiah Thomas sur le marché des free agents n'est pas en rapport avec ce que les équipes veulent bien lui offrir. On est loin du "camion de la Brinks" que pensait mériter l'intéressé avant son trade déchirant de Boston à Cleveland. Orlando est un tant intéressé pour le relancer, mais les négociations n'aboutissent pas. Thomas en vient à plaisanter sur les réseaux sociaux en sous-entendant qu'il était prêt à faire une DeMarcus Cousins en signant chez les Celtics pour un an et des clopinettes.

Résigné, ou déterminé à montrer que tout le monde s'est trompé, il fait encore plus fort que "DMC" en signant pour... 2 millions de dollars avec les Denver Nuggets. L'opération reconquête est lancée pour Isaiah Thomas, pas encore 30 ans.