Jeremy Lin en larmes : « La NBA m’a abandonné »

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

La tristesse de Jeremy Lin nous a fendu le coeur...

Jeremy Lin a fait rêver des millions de gens. Même pour les fans un peu terre à terre, son passage aux New York Knicks, même s'il a été éphémère, est l'une des plus belles histoires jamais survenues en NBA. Ses 35 matches à Big Apple font partie de la légende d'une franchise en manque d'excitation depuis près de 20 ans. La suite de sa carrière a évidemment été moins exaltante, mais Lin a eu le mérite de s'accrocher et de devenir un contributeur intéressant à peu près partout où il est passé, malgré le doute et les blessures.

Aujourd'hui, tout devrait aller bien dans la vie de Jeremy Lin, 30 ans. En dépit d'un faible temps de jeu, il a fait partie d'un groupe sacré champion NBA face à l'une des plus belles équipes de tous les temps. Sa free agency aurait dû se solder par un contrat, même court et peu juteux, dans l'une des 30 équipes de la ligue. Ce n'est pas le cas. Et le coup est très rude pour l'ancien universitaire de Harvard.

Seul le CSKA Moscou lui a fait une offre

Ces derniers jours, on apprenait que l'offre la plus concrète qu'il avait reçue en ce mois de juillet si animé provenait de... Russie. Le CSKA Moscou, place forte du basket non-américain s'il en est, veut faire de lui son prochain meneur et saisir le faible intérêt qu'il suscite en NBA. Lors d'un événement retransmis sur Taiwan News, la chaîne du pays d'origine de ses parents, l'homme qui a déclenché la "Linsanity" en 2012 a craqué et n'a pu retenir ses larmes au moment d'évoquer sa situation.

"On dit généralement que quand tu touches le fond, tu ne peux que remonter. Pour moi, on dirait que je continue d'aller encore plus au fond. La free agency est dure pour moi. J'ai l'impression, d'une certaine manière, que la NBA m'a abandonné".

Jeremy Lin a toujours été un professionnel exemplaire et a généralement été productif offensivement en sortie de banc lorsqu'il a pu avoir du temps de jeu. Voir d'autres meneurs qu'il considère moins bons que lui décrocher des contrats en NBA est particulièrement dur à accepter. Néanmoins, s'il devait ne plus jamais jouer dans la ligue, son attention se concentrerait sans doute plus sur l'Asie que sur la Russie. C'est ce qu'il a laissé entendre, même s'il n'a pas encore pris de décision à ce sujet.

Trae Young : "Je serai toujours fan de lui"

Les New York Knicks auraient pu le relancer et faire plaisir à leurs fans il y a quelques mois, mais aujourd'hui un comeback semble compliqué. Dennis Smith Jr, Elfrid Payton et Frank Ntilikina vont devoir se partager les minutes à la mène et ça ne laisse que peu de place pour un autre point guard, même en sortie de banc.

Trae Young, qui l'a côtoyé à Atlanta il y a quelques mois, l'a soutenu sur Twitter après avoir vu la vidéo de sa tristesse sur les réseaux.

"J'ai eu Jeremy Lin comme vétéran dans l'équipe l'année dernière et je peux vous le dire : je serai toujours fan de lui. Ce mec sait jouer. Il n'est jamais égoïste. Il ne pense qu'aux autres et l'équipe passe en premier. Les vrais savent, frérot. Je te soutiendrai toujours et tu n'est pas fini", a tweeté Young.

Il reste encore du temps avant le début de la saison et il n'est pas impossible qu'une équipe veuille relancer Jeremy Lin en voyant à quel point il a envie de rester en NBA. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.