123 NYK
105 CLE
132 TOR
96 CHA
86 BKN
115 IND
132 HOU
108 POR
101 CHI
115 MIL
117 DAL
110 SAS
85 PHO
99 BOS
102 UTA
112 MIN
90 LAC
88 OKC

Joel Embiid a terminé Karl-Anthony Towns sur les réseaux sociaux

BasketSessionPar BasketSession Publié

Après s'être battus sur le terrain hier soir, Karl-Anthony Towns et Joel Embiid se sont livrés à une nouvelle passe d'arme... sur internet.

Joel Embiid est le premier à le reconnaître : il aime bien piquer ses adversaires. Les chambrer. Les déstabiliser sur le parquet. Ses provocations peuvent mener à des altercations. Alors on ne sait pas exactement qui a commencé à chercher l'autre mais Karl-Anthony Towns a fini par se ruer sur l'intérieur camerounais lors du duel entre les Minnesota Timberwolves et les Philadelphia Sixers hier soir. Les deux joueurs se sont battus et ont été expulsés. Et comme c'est maintenant quasiment toujours le cas à l'époque, ils ont continué leur querelle sur les réseaux sociaux. Là, c'est Embiid qui a dégainé le premier.

"Superbe victoire ce soir. J'ai grandi près des lions et c'est un chat qui s'en est pris à moi ce soir. (Il mentionne Jimmy Butler). Ça me manquait de faire partie des troisièmes couteaux. Sa mère m'a fait des doigts d'honneur. Voilà un vrai investissement immobilier (en référence à ses déclarations sur Andre Drummond la saison dernière. #NuitDeBaston #JeNeSuisPasUneS*****"

Towns, taquin, a alors répondu en postant la photo de son adversaire en train de pleurer - après l'élimination en playoffs l'an dernier. Joel Embiid lui a porté le coup de grâce.

"Tu joues le dur mais tu n'es pas crédible. Tu sais ce que tu es et ce que tu as toujours été : une baltringue. Je t'ai toujours botté le cul et fais les playoffs avant de parler."

En commentaire sur la publication de Towns, il avait aussi rétorqué ça :

"Imagine un gars qui parle après une défaite de 20 points. Vas-y, utilise cette photo de moi en train de pleurer après une défaite au DEUXIÈME ROUND DES PLAYOFFS. Oh attend, c'est vrai, tu n'y as jamais été. Tu ne sais pas ce que c'est. Le gars a gagné trois matches et il parle. T'as été une baltringue toute ta vie. C'est pour ça que tu sais qui [Jimmy Butler] te traitait comme une salope."

On veut maintenant que Joel Embiid balance tous les dossiers que Jimmy Butler lui a filé sur Karl-Anthony Towns.