- LAL
- NYK
- DET
- BKN
- SAS
- IND

New King of New York : le lycéen qui va exploser le record de Lance Stephenson

Julien DeschuyteneerPar Julien Deschuyteneer Publié

Le record de points des lycées de New York de Lance Stephenson va être explosé dans les prochaines semaines. Par un mec qui n'est même pas dans sa dernière année de high school...

Lance Stephenson est un joueur culte. Mais pas uniquement pour avoir soufflé à l’oreille de LeBron James. Son énorme potentiel lui avait permis de devenir en 2009 le meilleur scorer de la riche histoire des lycées de l’état de New York, avec 2946 points. Mais le King of New York pourrait bientôt être détrôné. S’il score autant de points en janvier qu’en décembre, Joseph Girard III n’aura besoin que d’un petit mois pour s’emparer de la couronne. Petite précision : il n’est que junior. Oui, il lui restera encore une année de lycée à la fin de cette saison.

Joseph Girard III, roi parmi les rois de New York

Et c’est peut-être ça qui est le plus flippant. Pour rappel, ont joué en high school dans l’état de New York des Hall-of-Famers comme Kareem Abdul-Jabbar, Tiny Archibald, Bob Cousy, Julius Erving, Bernard King, Connie Hawkins, ou encore Chris Mullin ; mais aussi des joueurs comme Kenny Anderson, Christian Laettner, Elton Brand, Albert King (qui détruisait la compétition auy lycée et considéré à l’époque comme bien plus talentueux que son frère Bernard), Kenny Smith, Stephon Marbury, MWP, Jamal Mashburn, Kemba Walker, … Et on pourrait rajouter un paquet de NBAers très solides. Comme on pourrait en plus lister un grand nombre de terreurs du lycée ou des playgrounds qui n’ont pas su confirmer par la suite. Omar Cook, Lloyd « Magic Johnson avec un shoot » Daniels, le futur MJ Felipe Lopez, Sebastian Telfair, …

Scorer plus que tous ces gars-là est énorme. Le faire au milieu de son année junior est encore plus impressionnant. Joseph Girard III a en effet porté son total à 2592 points en carrière en en plantant 435 sur le seul mois de décembre. En 9 matches. Soit 48,3 pts par match. Un mois de décembre exceptionnel. Son plus mauvais total a été de 44 points. Le 15, il en collait 60 sur les 86 de son équipe. Il a fini l’année 2017 avec un match à 45 points et un record perso de 11 tirs primés, quelques jours après un game à 50. Son équipe en est à 8 victoires pour une (courte) défaite (74-73). Une défaite qu’il avait en travers de la gorge puisqu’il a manqué 4 lancers. Résultat, le match suivant, Joseph réalisait un sympathique 17/18 sur la ligne.

Bref, le gars est une vraie gâchette. Le mois dernier, il a battu le record de son lycée, Glens Falls High School, détenu jusque-là par Jimmer Fredette. Et il devrait donc se faire prochainement celui de Lance Stephenson. Le joueur des Indiana Pacers est d’ailleurs impressionné :

« C’était dur de scorer tous ces points et d’aider à faire gagner mon équipe. Et il est sur le point de le faire en tant que junior. C’est incroyable.

J’ai vu ce gamin, il se débrouille vraiment bien. J’ai le plus grand respect pour lui. »

Recruté depuis qu'il est en 4ème

Forcément, un tel bras fait saliver pas mal de coaches universitaires. Et pas uniquement de basketball. Ce bras ultra-précis fait de lui un excellent quarterback, qui a emmené Glens Falls au titre d’état (Class B) en 2016 et en demie cette année. Tulane lui a déjà fait une offre pour jouer à la fois au foot et au basket, alors que UMass lui propose également une bourse pour le foot. Mais c’est pour le basket que les propositions universitaires affluent. Et depuis un bout de temps, même si, rappelons-le, il n’est qu’en junior et qu’il lui restera encore une saison complète avant de rejoindre la fac.

Sa première offre d’une Division NCAA, Joseph Girard III l’a reçue alors qu’il n’était pas encore en Senior High School, le lycée tel que nous l’entendons. Il était en 8th grade, en Junior High School, l’équivalent de la 4ème pour nous (pour les équivalences entre systèmes US et français, cliquer ici), alors que le Senior High School débute en 9th grade (la 3ème chez nous).

Depuis, il en a reçu une quinzaine de plus, puisque des facs comme Stanford, Notre Dame, Michigan, Syracuse ou Louisville se sont positionnées. Et ça n’est pas près de s’arrêter. Excellent élève, qui tient à maintenir des notes élevées bien qu’il cumule foot et basket et à viser une fac académiquement forte, Joseph Girard III compte bien devenir pro. Il bosse pour. Et se montre pour. Une fois la saison finie, il écume le circuit AAU. L’an passé, il jouait dans l’équipe U17 de City Rocks à la Nike Elite Youth Basketball League, alors qu’il n’avait pas 16 ans. Devant des John Calipari, Tom Izzo ou Bill Self, il a fini 4ème aux tirs longue distance et 8ème à l’adresse.

Girard Destin

Kevin Durant, aussi, était présent. Après avoir assisté à un match de la gâchette, le scorer des Warriors a expliqué qu’il comprenait pourquoi Chris Mullin, coach de St. Johns, lui a fait une offre. Le genre de publicité dont il aura besoin les prochains mois. Si ses chiffres indécents lui valent une petite gloire locale et même nationale, la majeure partie des gros programmes universitaires ne l’a pas approché.

Un arrière d’à peine plus d’1,85 m, aussi adroit soit-il, n’excite pas forcément les coaches des facs les plus prestigieuses. Surtout que Joseph Girard III n’est pas particulièrement athlétique ni explosif. Reste qu’il a une capacité extraordinaire pour son âge à scorer et à mettre de loin. Et il compte bien utiliser les prochains mois pour s’attirer encore plus d’attention au niveau national. A ce titre, son prochain été en AAU sera déterminant. Dominer au lycée, c’est bien, y éclater tous les records, c’est encore mieux. Mais le niveau y est tellement disparate que ce n’est plus là que les prospects sont jugés. C’est en AAU.

Même si on peut faire beaucoup de reproches à ces ligues d’été, c’est là où les meilleurs joueurs des différentes classes d’âge sont réunis. C’est là où on se confronte à une vraie concurrence. Et c’est là où il va devoir prouver qu’il a des chances de devenir un jour un NBAer et de convaincre les gros programmes de D1. Impossible à cet âge de savoir si l'on tient là le futur JJ Redick, s'il peinera à faire mieux que son mentor Jimmer Fredette ou s'il sera le prochain Damon Bailey (légende des lycées de l’Indiana qui avait inscrit 30 points devant 41000 personnes (!!!) pour donner le titre d’état à son lycée en 1990, mais qui, trop lent, n’a pu rejoindre cette NBA qu’il faisait saliver quand il était ado ; il a tout de même chopé un titre de champion de France avec Pau-Orthez en 97 - ndlr). Mais les prochains mois seront importants.

Quoi qu'il en soit, qu’il finisse pro ou pas, Joseph Girard III sera de toute façon l’une des plus fines gâchettes de l’histoire de NY et une légende du basket de Big Apple. Déjà pas si mal.

 

Joseph Girard III en AAU :

 

 

Watch Out : chaque semaine, retrouvez nos portraits des (gros et moins gros) prospects du basket. Déjà publiés :