Top 5 : Les meilleures offres potentielles pour Kawhi Leonard

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Plusieurs franchises sont intéressées par Kawhi Leonard depuis qu’il a annoncé son envie de quitter les San Antonio Spurs. Focus sur les éventuelles propositions.

Kawhi Leonard aurait demandé à quitter les San Antonio Spurs. Ce n’est presque pas une surprise vu la tournure prise par les événements au cours de la saison écoulée. Blessé aux quadriceps, l’ancien MVP des finales (2014) n’a disputé que neuf rencontres. Plus troublant, il s’est éloigné de l’organisation en décidant de se faire suivre par son propre staff médical. Le joueur s’était alors retranché à New York avec son entourage pendant que ses futurs ex-coéquipiers bataillaient pour une place en playoffs. Son mutisme depuis laisse effectivement penser que la relation est consommée entre Leonard et les éperons.

Il aurait donc réclamé son transfert avec Los Angeles, sa ville natale, en destination préférentielle. Les Spurs n’ont pas forcément de levier (même si, techniquement, ils ne sont pas obligés de donner suite à sa requête : ils peuvent très bien le garder au sein de l’effectif, malheureux ou non, mais ce serait évidemment le risque de le voir partir sans contrepartie quand il sera en mesure de tester le marché en 2019). Mais ils n’ont pas à accepter n’importe quelle offre. Surtout, ils ne sont pas forcés d’envoyer le joueur là où il le souhaite. Au contraire !

Kyrie Irving avait ciblé quatre franchises quand il avait effectué une manœuvre similaire à celle de Kawhi Leonard l’an dernier : les Spurs, les Minnesota Timberwolves, le Miami Heat et les New York Knicks. Il a atterri aux Boston Celtics. Paul George voulait lui finir aux Los Angeles Lakers. Il a été expédié au Oklahoma City Thunder le même été. Les organisations doivent simplement prendre en compte la meilleure offre possible. Ou ce qu’elles estiment être la meilleure offre possible.

C’est donc dans la peau des dirigeants des Texans que nous allons nous placer aujourd’hui. Avec cette hypothèse : la relation entre les deux parties est trop sérieusement endommagé, un transfert est alors inévitable. Vers quelle offre se tourner ? Nous avons essayé de retenir des propositions réalistes – ce ne sont pas des spéculations, pas de sources – avec quatre équipes susceptibles de prolonger Kawhi Leonard au-delà de 2019. Et une franchise joker qui fait souvent (pas tout le temps, ne froissons pas ses supporteurs) n’importe quoi.

5. Les Clippers, l’autre franchise de L.A. pour Kawhi Leonard

SAN ANTONIO RECOIT : Tobias Harris (14 millions), premier tour de draft 2018 (choix 12), premier tour de draft 2018 (choix 13).

LOS ANGELES RECOIT : Kawhi Leonard (20 millions).

Un échange assez simple. Ce serait visiblement d’ailleurs celui proposé par les Los Angeles Clippers. La différence de salaire entre Leonard et Tobias Harris peut être amortie car les Californiens seront légèrement sous le cap. Surtout si DeAndre Jordan et/ou Austin Rivers décide de tester le marché.

Néanmoins, l’offre paraît trop peu conséquente pour les éperons. Les choix 12 et 13 ont de la valeur et peuvent être reformatés dans un autre package. Mais il est difficile de monter haut à la draft, même en cumulant les deux picks. Sinon les Clippers l’auraient déjà fait. Et il est préférable de piocher une fois en 5 que deux fois en 12 et 13. Les Spurs s’enfonceraient juste dans la médiocrité ou le milieu de tableau, sans vraie opportunité de reconstruction rapide avec ce transfert.

4. Les Lakers, le choix numéro un de la superstar

SAN ANTONIO RECOIT : Brandon Ingram (5,7 millions), Kyle Kuzma (1,6 million).

LOS ANGELES RECOIT : Kawhi Leonard (20 millions).

Les Lakers peuvent essayer de convaincre les Spurs de prendre aussi en charge le contrat de Luol Deng (18 millions) pour libérer de l’espace sous le Cap et partir à la chasse d’une autre superstar une fois Kawhi Leonard acquis. Mais San Antonio n’a pas à se laisser refourguer les contrats pourris. Sauf si Gregg Popovich pense pouvoir remettre le Sud-Soudanais en état de jouer. Dans le cas contraire, autant laisser Los Angeles utiliser sa « stretch provision ». Ce serait déjà suffisamment rageant pour les Texans de laisser filer son meilleur joueur chez l’un de ses plus grands rivaux historiques.

La franchise aurait l’opportunité de reconstruire autour de deux bons jeunes joueurs. Même si aucun des deux (et oui, peut-être pas même Brandon Ingram) ne semble avoir le potentiel d’un pur franchise player.

Une offre alternative peut inclure Lonzo Ball – mais les Spurs n’en voudraient pas – à la place de l’un des deux joueurs proposés.

3. Piller les Sixers

SAN ANTONIO RECOIT : Robert Covington (10,4 millions), Markelle Fultz (8,3 millions), premier tour de draft 2018 (choix 10).

PHILADELPHIA RECOIT : Kawhi Leonard (20 millions).

Là, il commence à y avoir vraiment matière à discussion. Mais ce sont d’abord les Sixers qui vont devoir s’entretenir avec Kawhi Leonard. Est-il vraiment prêt à rester sur le long terme ? Son oncle, qui fait office de (mauvais ?) conseiller, est originaire de Philadelphia. Brett Brown, le coach, a lui côtoyé KL lorsqu’il était assistant de Popovich à San Antonio. Si le joueur est partant, alors la franchise de Pennsylvanie peut tenter le coup. Elle céderait tout de même trois assets importants. Ce serait risqué sans avoir la garantie que Leonard est a) en bonne santé b) prêt à s’engager au-delà de 2019.

Markelle Fultz a vécu une saison rookie très, très, très étrange mais il conserve un potentiel vraiment très intéressant. On parle d’un premier choix de draft. D’un meneur athlétique, scoreur, adroit à la fac, complet. Robert Covington a le profil parfait pour la NBA et pour les Spurs et San Antonio pourrait ajouter un joueur intéressant (Mikal Bridges, Miles Bridges ?) avec le pick. De quoi se maintenir à flot en espérant une explosion de Fultz d’ici quelques années.

2. Arnaquer les Kings

SAN ANTONIO RECOIT : Premier tour de draft 2018 (choix 2).

SACRAMENTO RECOIT : Kawhi Leonard (20 millions).

Le transfert peut a priori se faire comme ça, sans aucun autre joueur échangé. Mais les éperons peuvent toujours tenter d’inclure n’importe quel asset en plus : Bogdan Bogdanovic ou Buddy Hield. Ou allez savoir. Les Kings seraient absolument fous d’accepter. Mais, hey, ce sont les Kings. Les superstars sont toujours supérieures au choix de draft. Car un jeune prospect vaut rarement un joueur vraiment confirmé et développé. Car même après avoir atteint son plein potentiel, il n’est pas dit qu’il soit finalement aussi fort que la star qui intégrait le transfert.

Mais pas sur cette draft. Luka Doncic ne sera peut-être effectivement jamais Leonard. Mais peu importe. C’est presque écrit. Il est destiné à briller au côté de Pop. Après, nous avons beau nous moquer, il est peu probable que Sacramento fasse ce deal. Bien trop risqué. Car Kawhi ne prolongera pas aux Kings, même si Sactown est la capitale de son état natal. Les Spurs peuvent toujours essayer de mettre la carotte.

1. Vider le trésor de guerre des Celtics

SAN ANTONIO RECOIT : Jaylen Brown (5,1 millions), Marcus Morris (5,3 millions), Terry Rozier (3 millions), Guerschon Yabusele (2,6 millions), premier tour de draft 2019 des Kings (protégé 1).

BOSTON RECOIT : Kawhi Leonard (20 millions).

C’est peut-être même trop. Danny Ainge est un Président coriace et il est peu probable qu’il cède autant d’assets pour Leonard. Mais ce serait parfait pour les Spurs : ils se maintiendraient autour des 45 victoires en attendant de bénéficier d’un éventuel top pick (troisième, quatrième ou cinquième choix ?) des Kings pour chopper un prospect susceptible de les faire décoller dans le futur. Le tout en gardant une équipe assez jeune avec Jaylen Brown, Terry Rozier, Dejounte Murray, etc. Autre alternative.

SAN ANTONIO RECOIT : Kyrie Irving, premier tour de draft 2018 (choix 18)

BOSTON RECOIT : Kawhi Leonard (20 millions).

Les Spurs étaient dans la liste des destinations préférentielles de Kyrie Irving ? Et bien le voilà ravi. Le transfert peut sembler fou que le meneur All-Star a posé ses valises à Boston il y a à peine un an. Mais les derniers playoffs ont démontré que son équipe pouvait aussi – vraiment – faire presque aussi bien sans lui. Il reste un point faible en défense. La NBA appartient aux joueurs capables de switcher dans tous les sens. Kawhi Leonard est une superstar, comme Irving, mais c’est aussi un superbe défenseur. Les Celtics aligneraient un cinq incroyable avec Rozier, Gordon Hayward, Leonard, Jayson Tatum, Al Horford et en sortie de banc.

Ce groupe peut jouer le titre, et donc convaincre KL de rester. Les Spurs obtiendraient eux une autre superstar autour de laquelle reconstruire la franchise.