120 MIA
87 ATL
99 MEM
120 CHA
107 DAL
70 OKC
115 UTA
128 SAC
102 PHO
107 DEN
104 LAL
98 GSW

Kevin Durant : après le drame, les questions

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Kevin Durant souffrirait d'une rupture du tendon d'Achille. Si cette crainte se confirme, à qui la faute et quelles seront les implications sur son avenir ?

Tout allait bien pour Kevin Durant dans ce game 5 des Finales NBA. Après plus d'un mois d'absence et un retour que l'on savait un peu déraisonnable, l'ailier des Golden State Warriors a d'abord semblé n'avoir rien perdu de son génie. Ses 11 points à 3/3 à 3 points en un quart-temps avaient mis les Californiens sur de bons rails. La série et les Finales étaient peut-être bien en train de tourner. Puis est survenue cette action anodine en début de deuxième quart-temps. Après un dribble devant Serge Ibaka, le pied de "KD" a subi un impact d'apparence classique. En voyant la star s'effondrer quelques secondes plus tard, tout le monde a compris que ce n'était pas le cas.

Escorté jusqu'au vestiaire par Andre Iguodala et Stephen Curry - une image forte - Durant quittait l'Oracle Arena en béquilles et avec une chaussure de protection au cours du 3e quart-temps. Peu après, on apprenait que ce n'était pas une rechute de sa blessure au mollet, mais probablement bien pire. Vous vous souvenez de cette sensation angoissante que tous les observateurs ont eue lorsque Kevin Durant est sorti contre Houston ? Cette impression que le meilleur attaquant de la planète venait de se rompre le tendon d'Achille, la pire blessure pour un basketteur ? Il semblerait bien que ce soit cette fois le cas. Une IRM confirmera dans quelques heures la gravité de la situation. Mais les visages et les larmes ravalées par certains membres de l'organisation ne laissent que peu de place au doute. Bob Myers, Stephen Curry et Klay Thompson ont tous failli s'effondrer devant la presse au moment d'évoquer "KD".

Qui blâmer ?

La tentation est grande, après ce qui s'apparente à un drame sportif, de tirer à feu nourri sur la direction et le staff des Warriors. Sauf que Steve Kerr l'a expliqué après le match, les médecins lui ont assuré cette semaine que la blessure de Kevin Durant "ne pouvait pas empirer". Non seulement elle s'est empirée, mais elle a frappé une partie du muscle bien plus cruciale et handicapante pour la suite de la carrière du joueur. Visiblement, le risque de répercussion existait bien. Sans quoi un mouvement aussi banal n'aurait pas pu provoquer un tel désastre. Il y a bien eu mésestimation du risque.

"KD" voulait jouer à tout prix. Mais aurait-il pris cette décision si on l'avait alerté sur le risque encouru au niveau du tendon ? Le passage de Bob Myers, la voix tremblante, devant les médias, est absolument déchirant et montre la détresse dans laquelle tout le monde se trouve au sein de l'organisation.

"Kevin a passé 4 semaines avec des experts et des médecins. Il a passé des IRM. Nous étions confiants quant au processus et la décision de le faire jouer ce soir a été prise collectivement. Je ne pense pas qu'il faille blâmer quelqu'un. Mais je comprends que dans ce monde on veuille trouver des responsables. S'il le faut, vous pouvez me blâmer. C'est moi qui dirige les opérations basket".

Myers a aussi ciblé les gens qui ont mis en doute la volonté de Durant de participer à ces Finales. Un scepticisme qui a peut-être eu son effet sur le choix du joueur de tenter le coup.

"Kevin adore le basket. Des gens ont remis en question son envie de revenir dans l'équipe... C'est l'une des personnes les plus incomprises que je connaisse. Kevin est un bon coéquipier, une bonne personne et tout ça est injuste. J'ai de la chance de le connaître. Les gens qui l'ont autorisé à rejouer sont aussi de bonnes personnes".

Bob Myers retient ses larmes

La logique voudrait que Kevin Durant reste aux Warriors

L'avenir de Kevin Durant était déjà une source d'interrogations autour de la ligue et au sein de la franchise. On se souvient de l'altercation entre l'ancienne star d'OKC et Draymond Green, avec des mots apparemment très durs au sujet d'un futur départ utilisés par ce dernier. Quelle que soit l'issue de ces Finales, la problématique va changer s'il s'agit d'une rupture du tendon d'Achille.

Tout le monde s'attendait à voir Durant opter pour un nouveau challenge. N'importe quelle franchise serait à la base prête à vendre père et mère pour décrocher la signature du double MVP des Finales. Mais qu'en sera-t-il maintenant que l'on sait qu'il risque de manquer toute la saison 2019-2020 ? Les Knicks, les Nets et les Clippers, qui sont ses trois courtisans les plus sérieux, oseront-ils offrir un contrat faramineux à un joueur, aussi fort soit-il, frappé par cette blessure ? On le répète à chaque fois qu'un basketteur est victime d'une rupture du tendon d'Achille, mais rares sont ceux qui reviennent à un niveau similaire après être passés par là.

Les Knicks s'imaginaient déjà associer Kevin Durant à une autre star et partir à l'assaut de l'Est la saison prochaine. Les Nets voyaient en lui la pièce manquante pour passer un cap. Idem pour les Clippers. Tous les trois sont sans doute en train de songer à une solution de repli ou à la pertinence de miser aussi gros sur lui. Finalement, ce sont peut-être les Golden State Warriors qui seront les "gagnants" de l'histoire. Kevin Durant dispose d'une option pour activer une nouvelle année de contrat à hauteur de 31.5 millions de dollars. S'il est effectivement blessé gravement, la logique voudrait qu'il opte pour la sécurité financière. Et ce sera alors une occasion pour les Warriors de lui montrer à quel point ils tiennent à lui.

Lui, tient à eux. Son post Instagram immédiatement après le coup de sifflet final le prouve.

"La Dub Nation va faire un putain de bruit pour le game 6. Je souffre profondément dans mon âme à l'heure qu'il est. Je ne vais pas vous mentir. Mais voir mes frères aller chercher cette victoire, ça a été comme un shot de tequila. Ça m'a redonné vie".