- TOR
- ORL
- PHI
- BKN

Kristaps Porzingis tradé, quelles implications ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Kristaps Porzingis a donc été tradé. Qu'est ce que cela implique pour les New York Knicks et les Dallas Mavericks, deux équipes aux approches différentes ?

Hier soir, les New York Knicks ont envoyé Kristaps Porzingis aux Dallas Mavericks dans un deal impliquant pas moins de 7 joueurs. La franchise de Big Apple récupère Dennis Smith Jr, Wesley Matthews et DeAndre Jordan (les contrats de ces deux derniers arrivent à expiration cet été), ainsi que deux futurs premiers tours de draft. Outre le Letton, les Mavs mettent la main sur Trey Burke, Courtney Lee et Tim Hardaway Jr. Que penser de ce trade ?

Les Knicks font all-in

Tout le monde était au courant de l'ambition des Knicks de signer un ou deux gros free-agents cet été. Mais peu pensaient qu'ils appuieraient sur le détonateur à cet instant précis. Il y a deux possibilités de lectures sur ce trade du côté de Big Apple :

1- On peut saluer la vitesse d'exécution et l'audace du General Manager Scott Perry. Dès qu'il a su que Kristaps Porzingis voulait partir, il a passé la seconde et bouclé un trade en très peu de temps. Résultat, dans un monde parfait, les Knicks peuvent convaincre deux grandes stars de les rejoindre cet été. Et, si les dieux du basket sont assez miséricordieux pour récompenser la médiocrité constante, leur offrir le 1st pick de la Draft 2019, possiblement échangeable contre une autre star. Au hasard un intérieur qui a demandé son trade il y a quelques jours... Perry aura au moins eu le mérite d'offrir aux Knicks une opportunité d'être à nouveau dans le haut du panier. Il y a évidemment beaucoup de "si", pour que tout ça ne se matérialise.

2- On peut se demander si Perry et l'ensemble de la direction des Knicks sont conscients de l'image qu'a la franchise aujourd'hui. Certes, beaucoup de joueurs NBA adorent New York et le challenge de relever une équipe mythique qui n'a plus gagné depuis 46 ans. Mais on sous-estime un peu la détestation qu'inspire James Dolan et tout ce qui s'est fait sportivement depuis qu'il a récupéré les clés du camion. Aujourd'hui, les stars veulent une zone de confort et d'expression personnelle, en plus d'une vraie chance de faire grandir leur palmarès. Pas sûr que que les Knicks arrivent à convaincre leurs cibles qu'elles ne trouveront pas mieux ailleurs. Le risque existe de voir New York finir sans superstar et devoir repasser par une période de transition à l'aide d'un bon pick de Draft. Comme avec Porzingis il n'y a pas si longtemps finalement...

Kristaps Porzingis mise sur lui-même

Visiblement, le Letton a signifié aux Mavs qu'il ne signerait pas d'extension. En gros, Porzingis sera free-agent à la fin de la saison prochaine. On lui souhaite de récupérer à 100% de sa blessure au genou - assez inédite pour un joueur de cette taille et de ce profil - et de convaincre Dallas de lui offrir un gros contrat à l'été 2020. Il faut quand même se rendre compte qu'il s'agit là d'un risque majeur pour le compte en banque de l'intéressé. Depuis son arrivée en NBA en 2016, Kristaps Porzingis a manqué 110 matches et n'aura pas joué depuis un an et demi au moment de la reprise de la saison 2019-2020. Il serait parfaitement compréhensible de le voir mettre du temps avant de ressembler au All-Star qu'il était - avant de se blesser - en 2018. On voit de quelle manière Gordon Hayward peine à retrouver un niveau décent et Paul George a lui aussi eu besoin de patience avant de redevenir un joueur majeur dans la ligue. Sauf que les deux joueurs en question n'étaient pas sous le régime d'un contrat rookie au moment de leurs blessures...

Dallas, y'a de l'idée

Les Mavs ont tout à gagner ou presque dans cette histoire. Si Kristaps Porzingis revient bien, ils auront alors deux stars de 20 et 24 ans sous la main pour guider l'équipe vers un retour en playoffs et être compétitifs sur les 10 prochaines années. Il paraît évident qu'avec un meilleur casting autour de lui et un peu plus d'expérience, Luka Doncic est capable d'être le joueur majeur d'une équipe... majeure. Le duo Doncic-Porzingis, sur le papier, fait forcément saliver. Si ça ne fonctionne pas, les Mavs auront a priori assez de place pour tenter d'attirer un autre joueur de calibre intéressant en misant sur l'attractivité de Doncic.

Dallas a au final opté pour une approche à la Pelicans au moment de recruter DeMarcus Cousins, en renonçant à plusieurs picks. On ne souhaite pas aux Texans la même issue...

Mais aussi

- En apprenant la nouvelle, Phil Jackson a dû se dire : 'je leur avais dit à ces cons-là que c'était une bonne idée de le trader'. Le Zen Master aimerait sans doute qu'on lui reconnaisse un don prophétique, mais c'est peut-être précisément le fait qu'il n'ait pas réussi à acquérir la confiance de Kristaps Porzingis qui a mené à cette situation. Une fois le doute installé entre eux, Jackson a menacé plusieurs fois de trader le Letton alors que celui-ci n'en avait aucune envie.

- Les New York Knicks ont soldé presque tout ce qui subsistait de l'ère Phil Jackson en quelques mois : Kristaps Porzingis, Joakim Noah, Tim Hardaway Jr, Courtney Lee, entre autres, ne sont plus là. Le dernier des Mohicans se nomme... Frank Ntilikina. Avec l'arrivée de Dennis Smith Jr et le fait que Frank a quelques sympathisants dans d'autres franchises, il ne devrait pas faire long feu.

- Récupérer DeAndre Jordan peut aussi servir à appâter Kevin Durant, les deux hommes étant proches. Cette tactique n'a pas toujours marché par le passé, mais il y a de l'idée.