Quand le roi des steals en NBA s’appelait Larry… Steele

Quand le roi des steals en NBA s’appelait Larry… Steele

Le petit portrait du jour concerne un joueur tombé dans l'oubli mais que les plus anciens fans de Portland adorent : Larry Steele, alias l'intercepteur.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Imaginez qu'un type nommé Michael Rebound soit le meilleur rebondeur en NBA ou qu'un Patrick Assists finisse meilleur distributeur de passes décisives de la ligue ? Ce serait assez cocasse. Et bien figurez-vous que même si l'orthographe diffère, la NBA a connu un... Larry Steele, premier du classement des... steals lors de la saison 1973-1974, avec 2.68 interceptions de moyenne.

C'est l'occasion de parler un peu de celui qui a été le premier à recevoir cet honneur, puisqu'avant la distinction n'existait pas.

Premièrement, Larry Steele n'est pas son alias dans le cinéma d'art et d'essai, mais bien le nom que lui ont donné ses parents à sa naissance le 5 mai 1949 à Greencastle dans l'Indiana. Dans cet état, qui est l'un des berceaux du basket aux Etats-Unis, cet arrière d'1,96 m a fait ses classes et a marqué les esprits dans les matches de high school. Si Kentucky n'était pas encore le surpuissant aimant à prospects d'aujourd'hui, les Wildcats étaient déjà parmi les meilleures équipes du pays en 1968, quand Steele les a rejoints.

Pendant trois ans, il a reçu l'enseignement du coach mythique Adolph Rupp, quatre fois champion NCAA entre 1948 et 1958, et été un titulaire indiscutable, jusqu'à ce qu'il décide de se présenter à la Draft NBA en 1971.

Si Michael Jordan est le GOAT, Gary Suiter est le WOAT

Drafté en 37e position par les Portland Trail Blazers, Larry Steele ne se doutait sans doute pas que la gloire collective l'attendait six ans plus tard. Si c'est en 1974 qu'il est devenu le premier intercepteur en chef de la NBA, c'est en 1977 que Steele a brandi le trophée Larry O'Brien avec la bande coachée par Jack Ramsay. Le talent de Bill Walton, Maurice Lucas et Lionel Hollins, tous âgés de moins de 25 ans, a permis aux Blazers de dominer les Philadelphie Sixers de Julius Erving en Finales (4-2).

Ce n'est qu'en 1979 que la NBA introduira le panier à 3 points qui aurait probablement pu faire prendre une autre dimension à l'intéressé, comme vous le confirmera la vidéo ci-dessous.

Gêné par des blessures au genou, Larry Steele, qui tournait à plus de 10 points de moyenne l'année du titre, est contraint de prendre sa retraite prématurément en 1980, à seulement 31 ans. L'année d'après, la franchise lui fait l'honneur de retirer son numéro 15. Sept ans plus tard, on le retrouve sur le banc de la fac de Portland, où il coache les Pilots pendant 7 ans.

Resté vivre en Oregon, il s'occupait il y a encore peu de temps d'un camp pour jeunes talents dans la région à l'âge de 71 ans.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest