LeBron, une première spectaculaire mais perdue

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Le baptême du feu de LeBron James avec les Los Angeles Lakers s’est terminé avec une défaite contre des Portland Trail Blazers bien inspirés.

Un moment historique. Super héros débarqué de Cleveland pour s’installer avec les étoiles d’Hollywood cet été, LeBron James jouait pour la première fois avec son nouveau costume. Celui des mythiques Los Angeles Lakers. Des débuts officiels après avoir signé pour quatre ans avec l’organisation en juillet dernier. Avec l’ambition de faire revivre une franchise culte mais enlisé dans une reconstruction qui traîne depuis le déclin puis le départ à la retraite de Kobe Bryant. Le gamin qui a grandi en admirant Magic Johnson – aujourd’hui Président des Angelenos – veut faire renaître le « Showtime ». Alors, comme un symbole, c’est justement en postant un dunk massif en contre-attaque que le King a ouvert son compteur points avec les Lakers.

Un panier qui a donné le ton de la rencontre pour les Californiens. La volonté de jouer vite s’est fait sentir. Jouer vite, certes, mais aussi essayer de jouer bien. Jouer juste. Les jeunes Lakers ne sont évidemment pas à la hauteur de leurs glorieux aînés des 80’s mais ils ont cavalé dans tous les sens. Avec 34 points inscrits sur contre-attaque cette nuit. Le jeu de transition est peut-être même pour l’instant le premier système de cette équipe. Non pas que Luke Walton, le coach, soit limité tactiquement. Mais pousser la balle et prendre l’adversaire de vitesse après chaque rebond offensif reste actuellement le meilleur moyen d’exploiter les qualités de Brandon Ingram, Kyle Kuzma et compagnie.

Alors James, Ingram et Rajon Rondo ont accéléré le tempo à chaque fois qu’ils en ont eu l’occasion. Même après certains paniers encaissés avec des remises en jeu très rapides pour essayer de surprendre la défense avant qu’elle soit remise en place. Une agression permanente de la raquette adverse qui a mené à 70 points marqués dans la peinture. Assez impressionnant. Mais ce chiffre compensait à peine une autre statistique, bien moins flatteuse. Les Lakers n’ont converti que 7 de leurs 30 tentatives à trois-points. Avec 16 ratés de suite.

Johnson a fait le pari d’entourer LeBron James de playmakers et non de shooteurs. Sauf que justement, l’équipe a manqué d’adresse. C’est vrai que le prodige d’Akron a moins porté la gonfle qu’à l’accoutumée cette nuit. Attention, il reste évidemment le même joueur avec le même profil. Avec tout de même un peu de nouveauté, ou du moins un registre auquel il ne nous a plus habitués. Des coupes dans le dos de la défense pour finir près du cercle des caviars de Rondo (11 passes décisives). Quelque part, il a peut-être même moins pesé sur le jeu. Il a terminé avec 26 points en prenant 16 tirs (9/16, 0/4 à trois-points) tout en ajoutant 12 rebonds, 6 passes et 6 balles perdues.

Ce n’est qu’une première sortie. Il y a des automatismes à trouver, à créer. Des ajustements à faire. Mais c’est vrai que le manque d’adresse extérieure a cruellement pénalisé les Lakers, assommés à coup de trois-points par les Trail Blazers dans le quatrième quart temps. Un peu plus responsabilisé qu’à Cleveland, le supporting cast a tout de même répondu présent. McGee est l’un des premiers à profiter de cette abondance de créateurs autour de lui. Le pivot athlétique a cumulé 13 points (5/6), 8 rebonds et 3 blocks en 21 minutes. Ingram s’est prêté au jeu du lieutenant en prenant 15 tirs, pour 16 points. Rondo était en double-double (13 pts, 11 pds) et Kuzma a ajouté 15 pions.

Le coup de cœur du jour revient à Josh Hart, combatif et brillant. Le sophomore ne va vraiment pas tarder à déloger Kentavious Caldwell-Pope du cinq majeur. Auteur de 20 points, il a entretenu les espoirs des Lakers en fin de match en trouvant justement la cible derrière l’arc. Il a aussi pris 4 rebonds et volé 3 ballons tandis que KCP traversait le match comme une ombre (5 points en 27 minutes).

Un groupe avec Rondo, Hart, LeBron, Ingram et McGee peut faire des dégâts. Par contre, il va falloir défendre. 128 points encaissés. C’est beaucoup trop. Le match était très rythmé, ce qui tend à nuancer légèrement cette statistique. Cela donne 113 points une fois le chiffre ramené sur 100 possessions. C’est toujours plus que la pire équipe en défense l’an dernier (Phoenix, 111 pts encaissés sur 100 possessions). Les efforts devront être plus constants même si leur rythme infernal les fatigue. Tout n’est donc évidemment pas à jeter pour cette première. Comme on pouvait s’en douter, les Lakers ont encore beaucoup de boulot.