Les Pistons ont bradé Andre Drummond et c’est choquant

Les Detroit Pistons ont transféré Andre Drummond à Cleveland pour une contrepartie catastrophique. Mais où veulent-ils en venir ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié
Les Pistons ont bradé Andre Drummond et c’est choquant

Tirer sur l'ambulance, c'est moche. Mais comment ne pas être complètement estomaqué par ce qu'ont fait les Detroit Pistons jeudi, lors de la deadline des trades ? Jurisprudence Paul George/Indiana oblige, on avait pris pour habitude ces dernières années de patienter un peu avant de fracasser des dirigeants pour un move que l'on jugeait incompréhensible. En juillet 2017, on avait tiré à boulets rouges sur Kevin Pritchard, le General Manager des Indiana Pacers, pour avoir "seulement" récupéré Victor Oladipo et Domantas Sabonis, sans le moindre pick, en échange de leur franchise player au contrat expirant. Oladipo est devenu calife à la place du calife et Sabonis est aujourd'hui un All-Star. Pritchard a fermé les bouches et incité à la prudence en matière d'analyse de trades à chaud. En tout cas jusqu'à aujourd'hui...

La décision des Pistons d'expédier Andre Drummond aux Cleveland Cavaliers contre Brandon Knight, John Henson et un 2e tour 2023 est forcément vécue comme un affront pour les fans. Personne n'était dupe sur la valeur réelle du pivot All-Star sur le marché. Surtout avec une fin de contrat possible l'été prochain. Son profil n'est clairement pas le plus recherché par les équipes NBA en 2020 et Drummond aurait eu plus de chances d'être une superstar dans les années 90, en qualité de machine à double-doubles. Mais tout de même... Contre ça ?!

Récupérer deux joueurs à la marge de progression nulle ou presque - Knight est inutile depuis 4 ans, Henson a disputé 43 matches en deux saisons à Cleveland - et un pick du 2e tour dans trois ans en échange du joueur le plus emblématique de la franchise depuis Chauncey Billups, tient du manque de respect. Oladipo et Sabonis étaient encore jeunes et on pouvait les imaginer devenir des joueurs solides avec Indiana, même s'ils ont très nettement dépassé les attentes. Knight et Henson (28 et 29 ans) sont plus proches d'un départ pour un championnat exotique que d'une place dans une rotation en NBA.

Cinq cerveaux pour une décision

Selon Kevin O'Connor de The Ringer, les Pistons ont bradé Andre Drummond de peur qu'il n'active sa player option à 28.7 millions de dollars l'été prochain. Tout semblait indiquer que l'ancien intérieur de Georgetown chercherait une nouvelle destination l'été prochain et Detroit n'a visiblement pas bien préparé le terrain. Les cinq cerveaux qui officient comme GM - Ed Stefanski, Malik Rose, Arn Tellem, Gregg Polinsky et Pat Garrity - n'ont pas trouvé le moyen de monter un trade plus avantageux que celui-là alors que la situation est prévisible depuis des mois, ou d'accepter la possibilité d'un départ à la Kemba Walker pour services rendus et en bonne intelligence. Voire même de se dire qu'une prolongation n'aurait pas été dramatique et qu'il aurait toujours été possible de le trader avec une contrepartie bien plus honorable quelques mois plus tard.

Drummond lui-même a été un peu meurtri par le procédé.

"S'il y a une chose que j'ai apprise avec la NBA, c'est qu'il n'y a ni amis, ni loyauté. J'ai donné mon coeur et mon âme aux Pistons. Que cela arrive sans que l'on m'ait averti avant me fait réaliser un peu plus que ce n'est qu'un business. Detroit, je t'aime", a-t-il tweeté dans la foulée.

Un ou deux joueurs à potentiel, un 1er tour de Draft, même un peu bas, et on aurait compris un peu mieux la démarche. Peut-être les Pistons estiment-ils avoir suffisamment d'atouts en main pour entamer une reconstruction à partir des jeunes à leur disposition. En soi, Luke Kennard, Sekou Doumbouya et Christian Wood sont prometteurs et peuvent former un début de noyau intéressant pour la suite. Mais quid de Blake Griffin ? De Reggie Jackson ? Ou Derrick Rose ? Seront-ils aussi tradés contre des cacahuètes simplement pour s'offrir de la marge sur le plan salarial ? Se créer du cap space, c'est très bien. Mais quels free agents ont aujourd'hui envie de rejoindre Detroit ? Se reconstruire via la Draft est aussi une possibilité, mais la stratégie prend du temps et les Pistons n'auront sauf surprise pas un top 3 pick en 2020. Ils ont pour l'heure le 8e plus mauvais bilan de la ligue et il faudra une fin de saison particulièrement cataclysmique pour espérer faire grimper leurs chances à la loterie.

On a vu des dirigeants redresser des situations au moins aussi déprimantes ou compliquées en quelques années. Sean Marks à Brooklyn, par exemple. Ou Michael Winger (avec l'aide de Jerry West) chez les Clippers après l'ère Lob City. Detroit réussira peut-être à emprunter cette voie à l'avenir. En attendant, on se demande s'il ne faudrait pas un maître un peu mieux établi à bord pour que l'on comprenne vraiment ce que cherchent à faire les Pistons.

Les stats d'Andre Drummond en 2019-2020

Season
AgeTmLgPosGGSMPFGFGAFG%3P3PA3P%2P2PA2P%eFG%FTFTAFT%ORBDRBTRBASTSTLBLKTOVPFPTS
2019-2026DETNBAC494833.87.313.9.5300.00.4.0487.313.4.546.5313.05.2.5844.611.215.82.82.01.73.63.617.8
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest