J.J. Redick et Jared Dudley aux Clippers : quelles conséquences ?

En récupérant J.J. Redick et Jared Dudley, les Los Angeles Clippers ont réalisé un gros coup sur le marché des transferts.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
J.J. Redick et Jared Dudley aux Clippers : quelles conséquences ?
Doc Rivers ne s'est pas fait attendre pour marquer les Los Angeles Clippers de son empreinte. Sans faire de bruit, le néo-coach des Clips, également en charge du recrutement, vient de renforcer considérablement son effectif. Hier après-midi, la franchise hollywoodienne a échangé Eric Bledsoe et Caron Butler contre Jared Dudley et J.J. Redick dans la cadre d'un deal à trois équipes. Comme souvent après un transfert, encore plus lorsqu'il implique plus de deux franchises, on se demande qui en sort grandi. La réponse est évidente, les Los Angeles Clippers ont fait fort en récupérant deux role players, le type de joueurs essentiels dans la quête du titre. La franchise de L.A. ne peut plus se cacher. Chris Paul et Doc Rivers ne masquent pas leurs ambitions, ils veulent gagner. Les dirigeants doivent donc construire autour du duo explosif formé par CP3 et Blake Griffin. Avec Redick et Dudley, le "Doc" met la main sur deux joueurs à l'éthique de travail impeccable, prêts à se sacrifier pour le collectif et pour la victoire. Éliminés dès le premier tour des playoffs par les Memphis Grizzlies, les Los Angeles Clippers manquaient cruellement de ce genre de joueurs de devoir. Rien que par leur attitude, les nouveaux venus apporteront un plus dans le groupe en proie à certaines tensions entre ses jeunes pousses et ses vétérans ambitieux. [caption id="attachment_117990" align="alignright" width="400"] JJ redick, une des plus fines gâchettes de NBA.[/caption] D'un point de vue purement sportif, Doc Rivers renforce également ses troupes. Il recherchait un arrière, si possible un bon shooteur, capable d'étirer les défenses. J.J. Redick (39% à trois-points en carrière) est tout simplement le joueur idéal pour remplir ce type de mission. Les défenses adverses pourront difficilement faire prises à deux sur Blake Griffin, sous peine de s'exposer à une avalanche de paniers longue distance de ce shooteur pur formé à Duke. O.J. Mayo, un temps désiré, est certes plus prometteur que Redick mais son jeu se rapproche de celui de Jamal Crawford. Avec Redick et donc J-Crawford, les Los Angeles Clippers possèdent deux arrières capables de scorer dans un registre différent. L'ex-arrière des Bucks et du Magic pourrait même être utilisé sur quelques séquences au poste de meneur, histoire de faire souffler Chris Paul et de l'associer à Crawford sur le backcourt. Mais Doc Rivers n'a pas récupéré qu'un seul tireur d'élite. Jared Dudley a déjà prouvé sa capacité à artiller de loin. L'ancien joueur des Phoenix Suns affiche un pourcentage de réussite de 40% derrière l'arc depuis ses débuts dans la ligue, il y a six ans. Outre ses qualités de shooteur, l'ancien pensionnaire de Boston College est un bon défenseur, capable d'évoluer sur les postes 2, 3 et même 4. Son profil est (un peu) similaire à celui de Matt Barnes, toujours free agent. [caption id="attachment_117991" align="alignnone" width="600"] Jared Dudley tournait à 39,1% à trois-points la saison dernière avec les Suns.[/caption] Avec ses deux nouveaux role players, Doc Rivers peut aligner une multitude de lineups différentes, avec éventuellement Dudley et Redick ensembles sur le terrain pour écarter au maximum les défenses et aligner les tirs dans le corner, ces fameux shoots recherchés par les meilleures équipes (Cf : les dernières finales NBA entre Miami et San Antonio). Les deux acquisition des Los Angeles Clippers ne sont pas des stars. Non, ce sont les pendants de Mike Miller et Shane Battier, par exemple. Répétons-le, ce sont des joueurs essentiels pour une franchise qui vise les sommets. [superquote pos="d"]Les Clippers ne pouvaient pas garder indéfiniment Bledsoe dans l'ombre de CP3[/superquote]En contrepartie, "Lob City" a dû abandonné Eric Bledsoe. Le meneur de jeu de 23 ans est très prometteur. Il était même important en sein du groupe, de par l'énergie qu'il apportait en sortie de banc. Important, mais pas indispensable. La franchise n'aurait pas pu le garder indéfiniment maintenant que CP3 est en passe de resigner à L.A. Si l'on regarde de près les autres offres faites aux Clippers pour "Mini LeBron", celle-ci est la plus intéressante. Dudley et Redick valent mieux qu'un DeMar DeRozan, certes plus jeune, mais cruellement unidimensionnel. Les Clippers n'ont pas besoin de jeunes joueurs dans l'immédiat. Idem, Dudley et Redick valent mieux qu'un Arron Afflalo... Enfin, d'un point de vue financier, les Los Angeles Clippers ont pu faire venir les deux joueurs sans toucher à leur "mid-level exception". De plus, ils ont expédié les 8 millions de dollars de Caron Butler sous d'autres cieux. Autrement dit, la franchise peut désormais ajouter un autre free agent à son effectif. Carl Landry est suivi de près.

Le roster actuel des Clippers :

  • PG : Chris Paul, Wayns Maalik
  • SG : JJ Redick, Jamal Crawford, Willie Green
  • SF : Jared Dudley, Reggie Bullock
  • PF : Blake Griffin, DaJuan Summers
  • C : DeAndre Jordan

Quid des Suns et des Bucks ?

Phoenix réalise également un bon coup en récupérant un meneur d'avenir, capable également de jouer arrière malgré sa petite taille. La priorité des Suns étant la draft 2014, cette acquisition leur permettra de rester en course... pour le premier choix de draft, tout en évaluant le potentiel d'Eric Bledsoe. Si jamais ce dernier venait à exploser réellement, la franchise de l'Arizona pourrait même trader son autre meneur, Goran Dragic, lui aussi prometteur, dans le futur. Les Milwaukee Bucks sont finalement les perdants de ce trade, même s'ils auraient pu perdre J.J. Redick sans rien recevoir en échange. La franchise espérait à l'origine faire resigner son shooteur. En acceptant l'idée qu'il ne resterait jamais dans le Wisconsin, les dirigeants ont donc cherché à monter un sign & trade, histoire de récupérer un ou deux joueurs potables. Ca n'a pas fonctionné. Ils se retrouvent désormais avec deux seconds tours de draft... Mieux que rien mais pas très emballant non plus. A l'image des Bucks, en gros.
Afficher les commentaires (33)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest