Comment éviter l’arrivée de Luka Doncic à Sacramento

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Luka Doncic est le chouchou de la rédaction. Par amour, nous préférons que le prodige slovène commence sa carrière NBA ailleurs qu’aux Sacramento Kings. Présentations de stratagèmes pour esquiver un drame annoncé.

Luka Doncic est une source de fantasmes. Pour les passionnés de balle orange, qui vibrent devant ses prestations sur un parquet. Pour les franchises NBA, qui ne demandent qu’à profiter de ses talents. Et aussi pour les rêveurs, qui s’imaginent déjà le futur brillant du jeune homme au potentiel démesuré. Peut-être deviendra-t-il le meilleur joueur européen de tous les temps. Mais pour ça, encore faut-il qu’il tombe dans de bonnes mains. Au sein d’une organisation stable, avec une direction claire. Une franchise solide qui sait ce qu’elle fait. Qui sait où elle va. En résumé, tout l’inverse des Sacramento Kings.

Dysfonctionnels au possible, les Californiens sont la risée de la ligue depuis des années. Les frasques de son propriétaire Vivek Ranadive amusent la galerie autant qu’elles agacent. Alors, certes, les Kings ont entamé l’an dernier un (long) processus de reconstruction. Mais leur réputation est ternie. Il se murmurerait même que le maestro du Real Madrid ne voudrait pas mettre les pieds à Sacramento. Ses représentants feraient même pression en feintant une éventuelle prolongation au Real Madrid pour retarder son arrivée en NBA. Et ainsi dissuader certaines équipes de le sélectionner en juin prochain.

Un bluff qui porte ses fruits ? Selon Jonathan Givony d’ESPN, les Sacramento Kings mais aussi les Atlanta Hawks seraient prêts à faire une croix sur Luka Doncic pour piocher un intérieur. La cuvée 2018 regorge effectivement de grands intrigants comme Mo Bamba, Marvin Bagley, Wendell Carter Jr ou encore évidemment le probable premier choix Deandre Ayton.

Toutes ces rumeurs sont tout de même loufoques. Les Hawks ont autant besoin de playmakers que d’intérieurs. Surtout vu les tensions actuelles avec Dennis Schroder, meneur qui a manifesté ouvertement ses envies de jouer pour une équipe plus compétitive. Quant aux Kings, Zach Lowe relayaient récemment les blagues de plusieurs dirigeants NBA au sujet de Vlade Divac, un Président de Sacramento, « prêt à payer pour drafter un joueur originaire d’Europe de l’Est » selon eux.

Nous, chez BasketSession, nous avons un vrai coup de cœur sur Doncic (ouais, nous ne sommes pas les seuls). Et nous ne voulons donc vraiment pas voir une franchise pourrie flinguer son début de carrière. Mais, heureusement, il y a des solutions pour éviter ça.

1) les Phoenix Suns piochent Luka Doncic

Ce serait le moyen le plus simple. Il mettrait fin à toutes les hypothèses plus ou moins improbables. Après tout, la franchise de l’Arizona a nommé Igor Kokoskov, sélectionneur de la Slovénie victorieuse de l’Eurobasket 2017, sur son banc. Qui peut développer Doncic mieux que lui sur les premières années de sa carrière en NBA ? Il faudrait bien du courage aux Suns pour oser drafter le jeune européen devant Deandre Ayton, superstar en puissance passée par l’université locale. Le géant est présenté comme le pivot ultime. Le joueur qu’il ne faut pas laisser passer.

Mais les meilleures équipes actuelles ne sont pas construites autour d’un intérieur en tant que première option. La révolution « small ball » n’est qu’à ses débuts. Et personne ne sait réellement dans quel sens le jeu évoluera réellement au cours des dix prochaines années. Doncic a les qualités techniques et le profil pour s’affirmer comme une star NBA. Le drafter en première position ne serait donc évidemment pas un scandale.

2) Les Sacramento Kings ne piochent pas Luka Doncic

On peine à croire aux infos de Givony – No offense, il est bien informé sur ses sujets de prédilection, on sent juste le coup de poker des Kings. Mais si c’était vrai, Sacramento serait donc prêt à ne pas prendre l’un des deux meilleurs joueurs de la promotion pour… redescendre de plusieurs crans en draftant Bagley, Bamba ou un autre ? Les dirigeants savent faire les mauvais choix. Mais si Luka Doncic fait effectivement pression pour ne pas finir dans la capitale californienne, ça se tient.

Suivraient donc les Atlanta Hawks. Ou les Memphis Grizzlies (quatrième choix) puis les Dallas Mavericks (cinquième). Soyons francs : nous ne sommes pas non plus emballés. Bon, il nous faut une autre solution.

3) Les San Antonio Spurs montent un transfert pour prendre Luka Doncic

Allez, soyons fous et partons sur un échange de Kawhi Leonard. Reste à savoir pour quel pick. Les Suns oseront lâcher le premier first pick de leur Histoire pour un All-Star dont l’état de santé reste incertain après une saison quasi blanche ? Les Kings oseront-ils lâcher leur deuxième choix pour une superstar libre de mettre les voiles en 2019 ? Peu probable à chaque fois. Autre alternative : les Boston Celtics s’en mêlent et envoient le pick 2019 de Sacramento (protégé top 1) et Terry Rozier pour Luka Doncic. Difficile à imaginer encore une fois.

Conclusion : Préparez-vous à acheter un maillot des Sacramento Kings floqué Luka Doncic.