Comment Russell Westbrook fait finalement la différence pour les Wizards

Comment Russell Westbrook fait finalement la différence pour les Wizards

En difficulté à son arrivée aux Washington Wizards, Russell Westbrook monte en puissance et son équipe suit son rythme infernal.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les deux lancers cruciaux ratés par Russell Westbrook auraient pu coûter chers aux Washington Wizards hier soir. Mais LeBron James s’est planté dans le money time et la franchise de D.C. décrochait donc une nouvelle victoire. La cinquième de suite, en s’offrant le luxe de battre les champions en titre après prolongation (127-124).

Erreurs et manque de lucidité, LeBron James s’est loupé, les Wizards ont kiffé

Du coup, le meneur des Wiz’ hérite même du statut de héros de la partie avec ses 32 points et son game winner inscrit dans les dernières secondes. C’est mérité. Parce que l’ancien MVP revient fort. Il semble frais, en bonne santé. Tranchant et explosif. Cette nuit, il finit donc avec 32 points, 14 rebonds et 9 passes décisives.

Une performance encourageante et spectaculaire de plus pour Russ. La montée en puissance soudaine de Washington, c’est aussi la sienne. Il compile 20 points, 12 rebonds et 12 passes sur les cinq matches consécutifs remportés par son équipe. Mais au-delà des statistiques, c’est vraiment l’impression qu’il dégage qui est différente.

Son jeu reste le même bien sûr, mais il donne le sentiment de moins forcer. Notamment à trois-points. Aucun panier primé sur cette série. Mais avec moins de deux tentatives par rencontre, alors qu’il tourne à presque quatre depuis le coup d’envoi de la saison. Russell Westbrook a revu ses priorités. Il délaisse un aspect du jeu qui lui correspond moins pour se concentrer sur son point fort : l’attaque du cercle.

Il est plus vif, plus agressif. Et il n’y avait pas un seul défenseur des Lakers pour l’arrêter hier soir. Ni Alex Caruso, si souvent loué pour ses qualités de ce côté du parquet, ni Wesley Matthews ou Kentavious Caldwell-Pope. Ils étaient tous pris de vitesse. Son premier pas est trop rapide. Et avec sa puissance, il se fraye facilement des chemins vers le panier. Ça compense son manque d’adresse (6 sur 12 aux lancers…).

Russell Westbrook repasse en mode supersonique

Il joue vite et vers l’avant. Il joue juste, aussi. Russell Westbrook développe constamment une bonne connexion avec ses pivots, partout où il passe. C’est maintenant Robin Lopez qui en profite. L’intérieur a d’ailleurs marqué 13 points hier soir. Mais le meneur sait aussi faire croquer ses snipers. En attaquant, créant ainsi des décalages vu que la défense se resserre sur lui, pour ressortir la gonfle. Deni Avdija a planté un trois-points important sur une passe de RW. Rui Hachimura aussi. Ses gars-là profitent des espaces et la star les alimente en ballon avec précision. Un cercle vertueux pour les Wizards qui ont montré quelques belles séquences, eux qui étaient encore dégueulasses dans le jeu il y a moins d’un mois.

Autre point intéressant, Westbrook laisse évidemment beaucoup de ballons à Bradley Beal. C’est logique, l’arrière All-Star est le meilleur joueur de l’équipe. Mais plutôt que de le regarder manœuvrer, le point guard se tient prêt à agir dès que son camarade lâche la gonfle. Et dans ces moments-là, il exploite immédiatement l’avantage créé par Beal – qui attire régulièrement deux défenseurs – pour agresser de suite des adversaires moins en place. Il ne perd pas de temps en posant deux ou trois dribbles inutiles pour préparer sa propre isolation. Tout se fait dans le flow.

Et tout ça, ça fait la différence pour les Wizards. Ils sont passés de 6-17 à 11-17 avec un Russell Westbrook bien plus incisif. Les playoffs sont largement à leur portée à l’Est.

Russell Westbrook a mis un coup de pression salvateur

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest