Analyse : Comment le « small ball » du Thunder a tué le Heat

Étouffé par le Miami Heat dans les premières minutes, le Thunder s'est réveillé en mettant en place un cinq "small ball" très efficace.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Analyse : Comment le « small ball » du Thunder a tué le Heat
[caption id="attachment_70519" align="alignleft" width="300"] Kendrick Perkins n'a joué que quatre minutes cette nuit...[/caption] Lorsqu’ils affrontent le Miami Heat, les Indiana Pacers ont souvent souligné l’importance d’imposer leur jeu pour ne pas subir celui des Floridiens. En conclusion, Frank Vogel aligne sa paire d’intérieurs d’élite contre le cinq de petite taille de Miami, quitte à prendre le risque d’être pris de vitesse. Scott Brooks a voulu faire de même. S’il n’a pas un Roy Hibbert dans son équipe, le coach du Thunder a tout de même tenu à lancer Kendrick Perkins et Serge Ibaka face à la raquette très légère du Heat. L’association aura duré seulement quatre minutes. Quatre petites minutes durant lesquelles Oklahoma City a complètement pris l’eau, dépassé en attaque comme en défense. Perkins a été prié de se rasseoir sur le banc et il n’est plus revenu sur le parquet de la soirée.
« J’ai pensé que, pour gagner le match, je devais prendre la décision de jouer avec un cinq ‘small ball’ », explique Scott Brooks à The Oklahoman. « C’est juste pour ce match. Ce ne sera pas tout le temps comme ça. »
Face à une défense bien en place comme Miami, les joueurs du Thunder se doivent de faire tourner la balle rapidement d’une aile à l’autre en espérant trouver la faille. Or, lorsque la deuxième possession de l’équipe débute de la sorte, on ne peut pas s’attendre à beaucoup de mouvements. Les joueurs du Heat excellent sur les pick-and-roll en défense. LeBron James se doutait bien que Kendrick Perkins n’allait pas attaquer le panier, il se préparait donc à suivre « KD » de près. Au final, Durant a dû jouer une isolation casse-croûte avec un tir primé contesté à la fin des 24 secondes. Sur l’action suivante, Kendrick Perkins affiche ses limites en défense face à Chris Bosh, bien plus mobile que lui. Une feinte de shoot suffit à Chris Bosh pour faire la différence, Perk n'est plus sur ses appuis et l'intérieur du Heat le prend de vitesse. Bosh a d'ailleurs très bien débuté la rencontre en prenant l'avantage sur le pivot du Thunder. La même action quelques minutes plus tard avec Serge Ibaka sur Chris Bosh. "Air Congo" reste bien sur ses appuis et il ne mord pas à la feinte de Chris Bosh. Du coup, l'intérieur du Heat est obligé de ressortir le ballon rapidement sur Mario Chalmers. Il est évident que le Thunder n’aurait pas pu gagner cette rencontre sans un cinq de petite taille. Une fois entré sur le parquet, Jeremy Lamb, Derek Fisher et Perry Jones ont fait la différence.
« C’était un gros ajustement pour nous (de sortir Perkins) », assure Kevin Durant. « C’était peut-être seulement la deuxième fois que l’on fait ça. Mais on se devait de faire ce qui était le mieux pour l’équipe. »   « Cela nous offre de meilleurs match-ups, je pense. Perry a fait du super boulot en apportant sa taille en défense et son agressivité en attaque. Certains gars se sont sacrifiés et d’autres ont joué plus de minutes que d’habitude et l’on a décroché une belle victoire. »
Kendrick Perkins est le seul à s’être sacrifié mais son équipe n’avait pas le choix. Le Thunder n’a même pas souffert de son absence en défense, bien au contraire. Thabo Sefolosha et les autres joueurs véloces d’Oklahoma City ont bien gêné les pénétrations du Heat en chipant un paquet de ballons. Les rotations défensives étaient plus rapides et Miami n’a pas spécialement pu développer son jeu habituel sur certaines séquences. En attaque, la sortie de Perkins a changé la donne pour OKC.
"Il y a avait plus de mouvement", explique Jeremy Lamb. "On passait la balle d'un bout à l'autre et nous avons eu des shoots ouverts. C'était énorme. Les shooteurs adorent lorsque vous passez le ballon comme ça."
Et les artilleurs du Thunder s'en sont donnés à cœur joie ! Jeremy Lamb termine avec 4/6 derrière l'arc, Derek Fisher 5/5. Illustration du changement de décor en attaque. Sans leur pivot, les joueurs du Thunder ont joué la plupart des contre-attaques à fond, avec Fisher ou Durant pour remonter la balle. Les shooteurs ont ainsi créé des espaces. Sur cette action, Sefolosha vient de fixer la défense avant de ressortir la gonfle sur Lamb. Le jeune joueur a déjà anticipé l'arrivée de Chalmers et il n'a plus qu'à servir Fisher sur un plateau. Kendrick Perkins est un joueur important à Oklahoma City. Le pivot limite ses adversaires directs à seulement 38% près du cercle. Aucun intérieur ne fait mieux dans la ligue. Sa défense peut s'avérer d'une grande utilité face à certains pivots lourds.
"Perk nous apporte vraiment beaucoup", assure Scott Brooks. "Nous avons gagné le match et les gars comprennent ça. Ce n'est pas contre lui. C'est une notion collective. Nos gars comprennent que tout est une question de collectif."
Il est cependant évident que si le Thunder tient à battre le Miami Heat lors d'un éventuel affrontement en finale, la franchise devra se passer des services de son pivot pour favoriser un cinq de petite taille. On en a eu la preuve cette nuit.
Afficher les commentaires (11)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest