124 MIL
113 NYK
90 BOS
93 ORL
127 TOR
106 CHA
101 MIN
91 IND
115 DAL
109 CHI
84 UTA
92 MEM
124 POR
125 WAS
123 GSW
103 PHO
142 LAL
143 SAS

Les Suns ouverts à un transfert du pick, personne n’y croit

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

En bon politicien GM, Ryan McDonough a laissé entendre que les Phoenix Suns pourraient transférer leur premier choix de draft si jamais une belle opportunité se présente. Mais c’est peu probable.

Obtenir le premier choix de la draft est un luxe. Une chance que les Phoenix Suns n’avaient encore jamais eu avant cet été. La franchise va pouvoir piocher avant tout le monde pour la première fois de son Histoire en juin prochain. Cerise sur le gâteau, la cuvée de rookies qui s’apprête à débarquer en NBA semble très relevée avec deux prospects quasi-incontournables : Deandre Ayton et Luka Doncic. Mais l’organisation de l’Arizona est consciente de disposer de l’atout ultime pour toute négociation. Les dirigeants ne veulent fermer aucune porte quant à l’utilisation de ce pick.

« Nous sommes évidemment ouverts [à un transfert du premier choix] », assure Ryan McDonough, le GM, lors d’une interview télévisée sur ESPN. « Nous en saurons plus après les workouts, les interviews et les tests médicaux. Il y a sans doute quelques joueurs pour lesquels nous serions prêts à échanger le pick. »

Les Phoenix Suns n’échangeront pas leur pick à moins de récupérer un All-Star. Peut-être même une superstar comme Kawhi Leonard. Mais cette option paraît tout de même peu probable. L’état de santé de l’ancien MVP des finales (2014) reste incertain après une saison presque blanche (9 matches). Un transfert similaire à celui effectué par les Boston Celtics l’an dernier serait à la limite un poil plus réaliste. Danny Ainge voulait Jayson Tatum, qui n’était pas considéré comme le premier choix en puissance. Il a donc échangé son pick contre celui des Philadelphia Sixers (troisième choix) et un autre tour de draft. Il a ainsi récupéré Tatum, le meilleur joueur de la promotion, et un autre asset. Les Celtics disposeront ainsi du choix (protégé top 1) des Sacramento Kings en 2019. Sacrée affaire.

En parlant des Kings, les Phoenix Suns peuvent éventuellement tenter de monter un deal. Mais il va falloir jouer au bluff. Il se murmure que le dirigeant serbe Vlade Divac serait prêt à payer pour être sûr de pouvoir drafter Luka Doncic – qui lui ne veut visiblement absolument pas aller à Sacramento. Si les Suns font mine de prendre le Slovène, ils arriveront peut-être à convaincre Divac de céder au moins un autre asset en plus du deuxième choix de draft des Kings. Beaucoup de fantasmes, de magouilles mais peu de concret.