Les Blazers peuvent-ils accrocher les playoffs cette saison ?

Actuellement huitième à l'Ouest, Portland est en position de jouer les playoffs. Mais avec un banc faible, un meneur rookie et des adversaires coriaces, sont-ils capables de tenir le rythme ?

Mickael LaviollePar Mickael Laviolle  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Blazers peuvent-ils accrocher les playoffs cette saison ?
Leur très bon début de saison, les Portland Trail Blazers le doiventt beaucoup à leur cinq majeur très performant, capable de rivaliser avec la grande majorité des équipes de la ligue. Même s'il n'est probablement pas le meilleur ailier fort de la ligue, comme il l'avait annoncé en début de saison, LaMarcus Aldridge réalise néanmoins une saison dans la lignée de ce qu'il fait depuis deux ans en tournant à 20,6 points, 8,6 rebonds, 2,6 passes et 1,3 contre par match en 38 minutes de temps de jeu. A ses côtés dans la raquette, les dirigeants ont trouvé un complément parfait en la personne de JJ Hickson qui joue avec un esprit de revanche et montre qu'il est plus qu'un hustle player en tournant à un double double de moyenne (12,2 pts à 54% au tir et 11 rbds en 29,4 minutes par match). Autour de cette raquette solide et complémentaire des deux côtés du terrain, Terry Stotts peut compter sur un Nicolas Batum qui réalise la meilleure saison de sa carrière et conforte ses dirigeants dans leur choix de lui faire signe un très gros contrat l'été dernier. Il tourne à 17 points, 5,9 rebonds et 4,3 passes et apporte ses qualités athlétiques à la défense des Portland Trail Blazers (1,5 interceptions et 1,1 contre par match). [superquote pos="d"]Les Portland Trail Blazers sont l'équipe qui s'appuie le moins sur ses remplaçants de toute la ligue.[/superquote] Véritable homme à tout faire, il a même réalisé une performance très rare cette saison en signant un 5x5 contre les Hornets le 16 décembre avec 11 points, 5 rebonds, 10 passes, 5 interceptions et 5 contres. Comme il le confiait à l'Equipe au mois de décembre, il a un rôle beaucoup plus important dans l'effectif cette saison.
« Que des All-Stars (sont partis) ! Après le départ de plusieurs d’entre eux cette saison, il fallait que je m’impose. Ça s’est fait naturellement. Mes coéquipiers me respectent, savent que je joue pour les autres. Je fais mes débuts comme patron. Je sens que j’ai passé un cap… Il est clair que c’est à Aldridge et à moi d’être présents dans les moments importants ».
A l'arrière, Wesley Matthews a lui aussi montré à plusieurs reprises que l'équipe pouvait compter sur son adresse à trois-points dans les moments importants. Lui aussi n'est pas loin de réaliser la meilleure saison de sa carrière en termes de points (15,2 pts) et d'adresse longue distance (40,7%). Mais si, en dehors d'Hickson, on attendait les trois autres joueurs à ce niveau là, c'est le poste de meneur avec le rookie Damian Lillard qui fait cette année la différence. Bien parti pour être le rookie de l'année, Lillard ne joue pas vraiment comme un joueur de première année. Élu rookie du mois en novembre et en décembre, il porte l'attaque des Portland Trail Blazers sur ses jeunes épaules depuis le début de la saison et n'est pas étranger à la huitième place occupée actuellement par son équipe. Il a signé au moins 20 points 18 fois en 39 matches et a eu 20 matches avec au moins 7 passes décisives. Avec 18 points et 6,5 passes il se classe dans le Top 20 NBA dans les deux catégories statistiques. La suite de la saison et une participation ou non aux playoffs pourrait en grande partie dépendre de Damian Lillard et de son état de fatigue. Sa production pourrait diminuer d'ici le mois de février avec le fameux "rookie wall" auquel sont confrontés la plupart des joueurs de première année. La fatigue générale, c'est bien se qui pourrait ralentir les Blazers et les empêcher de garder le rythme d'ici mi-avril. Terry Stotts dispose du banc le plus faible de la NBA (16,5 pts/match) et Portland est l'équipe qui s'appuie le moins sur ses remplaçants de toute la ligue (13,5 min/match). Et ça, certaines équipes comme les Cavaliers l'ont bien compris. Lorsque les Blazers enchaînent les matches ils sont bons à prendre. Le plan semble alors simple pour réussir à s'imposer.
« Nous devrions avoir les jambes fraîches et nous devons être prêts à courir le plus possible. Leurs titulaires jouent une tonne de minutes chaque soir, nous devons essayer de profiter de ça en les faisant défendre sur nous tout le temps et, quand ils ratent, courir en transition » avait confié Byron Scott  avant la victoire des Cavs.
Autre facteur important dans la suite de la saison des Blazers, la gestion du cas JJ Hickson. L'intérieur sera free agent à la fin de la saison et les dirigeants hésitent à s'en servir de monnaie d'échange ou à le conserver pour garder des chances plus sérieuses de jouer les playoffs, au risque de le voir partir sans rien en contre partie à la fin de la saison. Enfin, le parcours des adversaires directs pourrait être déterminant. Portland devrait se battre pour la septième et la huitième place avec le Jazz d'Utah, les Houston Rockets, les Minnesota Timberwolves voire les Los Angeles Lakers, qui accusent un retard conséquent et qui devront réaliser un véritable exploit pour revenir dans la course. A l'heure actuel Utah occupe la septième place et semble avoir une constance à domicile et une rotation assez solide pour assurer le Top 8. Houston et Minnesota qui s'affrontaient cette nuit semblent les deux principaux rivaux des Blazers pour cette bataille qui s'annonce passionnante jusqu'à la fin de la saison.

Les stats des Portland Trail Blazers

2012-13 Portland Trail Blazers Regular Season Statistics
Player Averages Rebounds
Player G GS MPG FG% 3p% FT% OFF DEF TOT APG SPG BPG TO PF PPG
LaMarcus Aldridge 38 38 38.0 0.464 0.000 0.824 2.30 6.50 8.80 2.5 0.95 1.32 2.00 2.82 20.6
Damian Lillard 40 40 38.5 0.420 0.359 0.826 0.60 2.90 3.50 6.6 1.07 0.28 3.00 2.05 18.3
Nicolas Batum 39 39 39.0 0.426 0.358 0.864 1.50 4.40 5.90 4.4 1.46 1.05 2.77 1.74 16.8
Wesley Matthews 34 34 35.4 0.432 0.396 0.776 0.60 2.40 3.00 2.5 1.44 0.32 1.68 2.71 15.3
J.J. Hickson 39 39 29.3 0.543 0.000 0.652 3.90 7.10 11.00 1.0 0.54 0.79 1.56 2.05 12.3
Meyers Leonard 29 2 16.6 0.546 0.000 0.886 1.30 2.20 3.50 0.2 0.31 0.79 0.66 2.03 4.7
Luke Babbitt 32 0 12.8 0.363 0.330 0.714 0.20 2.30 2.40 0.5 0.34 0.09 0.44 1.44 4.5
Ronnie Price 31 0 13.6 0.327 0.241 0.727 0.30 0.80 1.20 1.9 0.74 0.10 0.94 1.77 2.9
Will Barton 33 0 10.3 0.360 0.161 0.529 0.40 1.00 1.40 0.6 0.33 0.15 0.64 0.70 2.8
Nolan Smith 20 0 8.2 0.322 0.125 0.571 0.10 0.50 0.60 1.1 0.10 0.05 1.00 0.60 2.4
Victor Claver 19 6 12.3 0.333 0.250 0.364 0.70 1.10 1.80 0.5 0.47 0.05 0.84 0.79 2.3
Joel Freeland 26 1 9.4 0.368 0.000 0.714 0.90 1.30 2.20 0.2 0.27 0.23 0.38 1.58 2.3
Aleksandar Pavlovic 29 1 12.8 0.351 0.289 0.000 0.20 1.20 1.40 0.8 0.66 0.17 0.38 1.41 2.2
Jared Jeffries 29 0 9.1 0.293 0.000 0.471 0.70 0.80 1.50 0.4 0.10 0.21 0.45 1.59 1.1
Team Averages 40 0 244.4 0.434 0.338 0.771 11.93 30.30 42.23 20.6 7.50 4.93 14.85 19.18 97.1
Opponents 40 0 244.4 0.461 0.336 0.780 10.73 31.88 42.60 22.9 8.63 4.20 14.33 19.10 99.3
Afficher les commentaires (26)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest