119 WAS
113 PHI
92 NYK
129 DEN
109 TOR
119 HOU
132 NOP
139 PHO

Les Blazers sont-ils plus forts que l’an dernier ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

A vingt jours de la reprise de la saison régulière, focus sur les Portland Trail Blazers, une équipe ambitieuse qui s'est renforcée pendant l'été.

Les supporteurs des Portland Trail Blazers se souviendront de cette campagne de playoffs 2019. Un printemps au cours duquel la franchise a atteint les finales de la Conférence Ouest pour la première fois depuis 2000. Avec un parcours épique. Un premier tour dominateur – et jouissif – contre le Oklahoma City Thunder, conclu par un tir au buzzer historique de Damian Lillard, pour la gagne et pour la qualification, à dix mètres du cercle. Un grand moment de basket. La suite fut tout aussi héroïque avec une série arrachée en sept manches contre les Denver Nuggets. Fatigués par ces batailles, les joueurs de Terry Stotts ont ensuite été croqués par des Golden State Warriors tout simplement bien plus forts.

Ce n’est que partie remise. Quatre mois plus tard, voilà les Blazers prêts à repartir en conquête. Et après avoir échoué aux portes des finales NBA, même s’il y avait vraiment de la marge avec les Warriors, ils espèrent désormais aller plus haut. C’est le but.

« On ne se dit pas que l’on va automatiquement se qualifier pour les finales de Conférences jusque parce qu’on y a été l’an dernier », tempère Lillard. « Nous avons une équipe complètement différente. Il y a une alchimie à construire. Mais cette année, on se concentre sur le titre. Je pense qu’il faut que ce soit notre état d’esprit. »

Les Portland Trail Blazers, plus costauds à tous les postes

Si les leaders sont les mêmes, les pistoleros Damian Lillard et C.J. McCollum, le « supporting cast » a effectivement été remanié pendant l’intersaison. Trois des cinq titulaires en playoffs ne sont plus là. Enes Kanter a signé aux Boston Celtics. Al-Farouq Aminu est parti au Orlando Magic et enfin Mo Harkless a été transféré aux Los Angeles Clippers. Le sixième homme Evan Turner a été expédié aux Atlanta Hawks. Mais tous ces joueurs ont été remplacés. Et les recrues sont plutôt intéressantes.

Hassan Whiteside va prendre place dans la peinture en attendant que Jusuf Nurkic, blessé en fin de saison dernière, se remette complètement sur pied. L’intérieur ne manque pas de talent. C’est plutôt son caractère qui lui a fait défaut au Miami Heat. Mais en étant bien canalisé, avec l’un des meilleurs de la ligue en la personne de Lillard, au sein d’un collectif stable, il peut se métamorphosé. C’est un meilleur défenseur que Kanter. Un meilleur rebondeur aussi. Et il peut faire des dégâts sur pick-and-roll avec deux arrières scoreurs autour de lui. S’il se tient à carreau, l’association est alléchante.

Kent Bazemore a pris la place de Turner et, là encore, c’est une évolution. L’incapacité d’E.T. à planter de loin était problématique. « Baze », plus jeune, tourne à 35% derrière l’arc en carrière. Son profil colle mieux au style de jeu prôné par Stotts et ça devrait fonctionner. Mario Hezonja est dans un registre différent d’Harkless et les qualités défensives de ce dernier vont manquer. Mais le Croate a un potentiel pas encore tout à fait exploité qui est intrigant. Anthony Tolliver est le poste quatre fuyant qu’Aminu ne serait jamais devenu. Pau Gasol a lui été signé pour apporter son expérience. Le mix est solide.

« Je pense que c’est l’effectif le plus profond que j’ai eu depuis que je suis là », souligne Terry Stotts. « Il y a de la polyvalence, de la création, de la taille. Je pense que les gars qui ont été signés correspondent vraiment à ce que l’on veut faire des deux côtés du parquet. Nous avons fait une très bonne saison l’an dernier. Je pense que nous pouvons être encore plus forts cette année. »

Une concurrence beaucoup plus rude à l'Ouest

C’est donc une affirmation, les Portland Trail Blazers sont plus forts cette saison. Mieux armés… sur le papier. Le problème, c’est que d’autres équipes de la Conférence Ouest se sont aussi renforcés pendant l’intersaison. Les Los Angeles Clippers ont construit une armada infernale avec Kawhi Leonard, le meilleur joueur du monde, et Paul George, un autre All-Star. LeBron James a maintenant une superstar à ses côtés suite à l’arrivée d’Anthony Davis. Les Warriors ont perdu Kevin Durant mais ils restent très dangereux. Les Houston Rockets ont remplacé Chris Paul par Russell Westbrook. Le Utah Jazz a ajouté Bojan Bogdanovic et Mike Conley à son effectif. Les Denver Nuggets sont revanchards. La concurrence sera terrible. Paradoxalement, les Blazers ont une meilleure équipe que la saison passée mais ils ont de fortes chances de sortir plus tôt en playoffs… peut-être même dès le premier tour. Ce serait évidemment une déception pour l’organisation mais ce serait presque logique dans le paysage NBA actuel.