FIBA World Cup – Le Power Ranking du 1er tour

BasketSessionPar BasketSession Publié

Voici notre Power Ranking du 1er tour de la FIBA World Cup 2019, avec le rapport de force qui se dégage des trois premières rencontres.

Le 1er tour de la FIBA World Cup 2019 est terminé et les hostilités vont s'intensifier. C'est l'occasion d'établir un power ranking des 16 équipes toujours en lice pour soulever le trophée. Ce power ranking se veut être une photographie de l'instant après le 1er tour et se concentre sur l'impression laissée par chaque équipe après ses trois premiers matches. Pas sur les chances de chacun de succéder à Team USA, précisons-le...

FIBA world Cup Venezuela

16- Venezuela

Les Vénézuéliens étaient dans le groupe A, l'un des plus ouverts et incertains, mais étaient quand même l'équipe qui semblait avoir le moins de chances de passer le cut. Résultat : deux belles victoires contre la Côte d'Ivoire et la Chine devant son public. Ce n'était pas du basket léché et très offensif (19e attaque du tournoi avec 76 points de moyenne), mais il y avait de l'unité et de la cohésion derrière l'une des révélations de cette Coupe du monde : Heissler Guillent, 32 ans, le meneur de Guaros de Lara dans le championnat local. Guillent a fait des misères aux Ivoiriens (28 points, 7 passes) et aux Chinois (15 points, 8 passes) et sera le joueur à neutraliser pour l'Argentine et la Russie.

Comme le veut le cliché, tout ce qui vient est du bonus pour la Squadra Criolla, qui a théoriquement le roster le plus léger de ce 2e tour. Attention tout de même à ne pas la sous-estimer.

15- République dominicaine

Le visage qu'ont montré les Dominicains contre les Bleus n'a pas eu grand chose à voir avec celui affiché contre l'Allemagne - l'un des exploits de cette Coupe du monde - ou même lors du thriller initial face à la Jordanie. Leur véritable niveau du moment se situe plus probablement entre les deux. On a quand même du fighting spirit et du vice, ce qui peut toujours servir pour créer la surprise. Problème : avec la 25e attaque du tournoi, scorer contre l'Australie et la Lituanie, que les Dominicains sont obligés de battre toutes les deux, tient du miracle.

Leur MVP : Victor Liz, meilleur scoreur lors des trois rencontres de sa sélection au premier tour.

14- Porto Rico

On n'a absolument rien contre les sélections sud-américaines ou les territoires rattachés aux Etats-Unis. Force est de constater que Porto Rico complète logiquement ce trio d'équipes dans la partie basse du Top 16. Il y a tout de même un feu intérieur chez les Porto-Ricains qu'on ne retrouve chez quasiment personne d'autre dans cette Coupe du monde. Ils étaient tout de même favoris derrière l'Espagne pour sortir de cette poule, mais les choses ont failli tourner au vinaigre contre l'Iran et la Tunisie. L'ADN clutch de ce groupe pourtant privé de son nom le plus ronflant, JJ Barea, lui a permis de survivre.

Porto Rico n'a perdu que de 10 points contre la Roja et a des atouts pour gêner périodiquement de très nombreuses équipes. Sans doute pas la Serbie et l'Italie, malheureusement, ce qui risque de faire cesser leur parcours au stade du 2e tour, comme prévu.

13- République tchèque

Les Tchèques n'ont pas du tout apprécié les sondages d'opinion d'avant-tournoi qui les plaçaient derniers du groupe derrière les Etats-Unis, la Turquie et le Japon. Résultat : une défaite honorable contre Team USA et deux copies solides et inspirées face aux deux autres nations, grâce au tandem Tomas Satoransky-Blake Schilb. Personne ne pensait voir le groupe de Ronen Ginzburg éliminer les Turcs après que ces derniers aient poussé les Américains en prolongation. L'upset a pourtant eu lieu et voilà la République tchèque au 2e tour avec l'obligation de battre le Brésil et la Grèce pour prolonger le rêve. On ne pas se mentir, même si les Tchèques nous ont surpris jusqu'ici, ce sera très, très compliqué.

Lire la suite