Preview NBA : 13e – Portland Trail Blazers, « Bad Boys »

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Portland Trail Blazers sont 13e de notre Power Ranking NBA 2017. Voici pourquoi.

Le 17 octobre prochain débutera la saison 2017-2018. Après un vote en interne pour classer les 30 équipes de la ligue, un power ranking a vu le jour. Chaque jour jusqu'au début des hostilités, retrouvez la preview NBA de chaque franchise, du 30e jusqu'aux Gold..., euh, jusqu'au 1er. On continue aujourd'hui avec les Portland Trail Blazers.

Le film de leur saison : "Bad Boys" 

« Bad Boys », c’est l’histoire de deux flics qui se retrouvent à affronter et à démanteler à eux deux un gang mafieux spécialisé dans le meurtre et le trafic de drogues. Vous voyez le contexte ? Et bien Portland, c’est la même chose. Deux pistoleros et rien autour au moment de défier les caïds de la cote Ouest armés jusqu’aux dents. Comme Will Smith et Martin Lawrence, les deux vilains garçons en question, Damian Lillard et C.J. McCollum vont devoir flinguer dans tous les sens pour sauver l’escouade.

Parce que derrière, c’est un peu le désert. Ce ne sont pas les Farouq Al-Aminu, Evan Turner ou Mo Harkless qui vont régler les affaires les plus chaudes, même s’ils restent d’honnêtes soldats. Pour se frayer un chemin derrière Golden State, Houston, Oklahoma ou San Antonio, il faut sortir l’artillerie lourde. Et les Blazers sont en manque d’effectif malgré une masse salariale blindée (tout de même un peu diminuée par le départ d’Allen Crabbe).

Heureusement, Portland peut compter sur deux des sheriffs les plus redoutables de tout le pays. Cela peut suffire pour atteindre les playoffs.

Le casting

Le cinq attendu des Portland Trail Blazers : Damian Lillard – C.J. McCollum – Mo Harkless – Caleb Swanigan – Jusuf Nurkic.

Bon, en vérité, Aminu sera sans doute dans le cinq. Mais on lui préfère le rookie Caleb Swanigan. Déjà parce qu’il a le nom le plus pimpant de la ligue. Ensuite parce qu’il se bat et qu’il a montré de belles choses en Summer League. Avec son énergie, nous ne serions pas étonnés s’il finissait par gratter un petit temps de jeu intéressant.

Le scénario

Cinq victoires de suite, trois défaites consécutives. Deux succès d’affilée, trois revers enchaînés. Avec Portland, vous connaissez la chanson. C’est irrégulier puis ça finit par placer une grosse série en mars pour se frayer un chemin en playoffs. Attention, la marge de manœuvre est encore plus limitée que par le passé. Mais l’association talentueuse de Lillard et McCollum devrait suffire à qualifier la franchise de l’Oregon pour le grand huit à l’Ouest.

L’acteur à suivre : Jusuf Nurkic

Dans tout bon film policier américain des années 90 qui se respecte, la brute épaisse venue des pays de l’Est est traditionnellement le bras droit du méchant. Pas là. Dans cette version NBA de « Bad Boys », le bestial Jusuf Nurkic a préféré s’allier aux deux policiers. Et il sera certainement l’un des facteurs clés de la saison pour les Blazers.

Le Bosnien a donné un nouvel élan à sa carrière à Portland. Il pointait quand même à 15 points (50% aux tirs), 10 rebonds et 3 passes en 20 matches avec les Blazers après son transfert. A lui de tenir le rythme sur toute une saison et de continuer à progresser. Car il est encore jeune (23 ans) et il est dans l’environnement idéal pour mettre en avant ses qualités.

La note League Pass

7/10. Cette saison ne sera certainement un chef-d’œuvre mais il y aura de l’action. Ça, c’est certain. Il y en a toujours avec Portland. Le jeu est offensif. Agressif. Ça déglingue dans tous les sens et, au final, ça reste agréable. Un peu comme « Bad Boys » quoi.

Le saviez-vous

Damian Lillard a sorti son deuxième album de rap, intitulé « Confirmed » cet automne. Le CD est déjà salué par la critique. Cela ne fait aucun doute, le meneur est certainement le meilleur basketteur-rappeur de l’histoire. Comme Will Smith, l’acteur principal de « Bad Boys », il a choisi de mêler ses deux passions. Et il le fait très bien.

Preview NBA : Les autres équipes