-
-
- TOR
- NOP
-
-
- LAC
- LAL

Preview NBA : 15e – Charlotte Hornets, « The Wrestler »

Alexis RabutéPar Alexis Rabuté Publié

Les temps ont été difficiles la saison dernière à Charlotte. Mais les Hornets reviennent renforcés et prêts à en découdre.

Le film de leur saison : "The Wrestler"

A part peut-être les Detroit Pistons, aucune franchise de la conférence Est n’a plus déçu que les Charlotte Hornets. Après une campagne de playoffs honorable en 2016, la saison s’est arrêtée brusquement en 2017, avec une triste 11e place et un bilan de 36-46.

Certes, après de bons débuts, l’équipe de Steve Clifford a subi de plein fouet les blessures de Nicolas Batum et de Cody Zeller, seule réelle force intérieure intéressante. Malgré tout, la chute a été impressionnante. Désormais, il est temps de laver l’affront.

Pour cela, Michael Jordan a passé son été à chercher « The Wrestler », ce gars en perdition, épuisé physiquement qui pourrait se relancer en Caroline du Nord. Si Mickey Rourke reprend espoir sur les conseils d’une strip-teaseuse, Dwight Howard a lui reçu un coup de fil de MJ. Au vu de ses moeurs très douteuses, il aurait peut-être préféré que ce soit ce genre de fille qui le contacte.

Dans tous les cas, Charlotte a conservé son équilibre extérieur et possède une potentielle force intérieure qui lui a tant fait défaut l’an passé. Pas de quoi viser le titre mais un ticket pour les playoffs devient désormais obligatoire.

Le casting

Le cinq de départ attendu : Kemba Walker - Nicolas Batum - Michael Kidd-Gilchrist - Marvin Williams - Dwight Howard

Howard attire les regards mais les Hornets vont surtout avoir besoin d’un duo Walker-Batum au top niveau pour espérer quelque chose à l’Est. Le meneur de jeu doit continuer à jouer à un niveau All-Star. Pour le Français, après un premier été de repos depuis bien longtemps, il faut prier pour que son physique le laisse tranquille. Sa création est indispensable au jeu de Clifford.

Défensivement, le duo Williams/Kidd-Gilchrist devrait toujours faire le boulot. Sur le banc, Zeller, Frank Kaminsky et Jeremy Lamb sont de vraies bonnes rotations. Il va falloir surveiller le rookie Malik Monk. Capable de gros cartons au scoring, il a tout d’une bonne pioche. Par contre, le poste de meneur remplaçant pose question. Se séparer de Ramon Sessions est toujours un choix judicieux. Ne pas vraiment le remplacer, un peu moins.

Le scénario

Charlotte peut potentiellement être une des bonnes surprises du début de saison. Hormis Dwight Howard, et à moindre importance Malik Monk, l’effectif n’a pas changé. Il ne devrait pas y avoir un temps d’adaptation énorme.

Les Hornets vont engranger pas mal de victoires lors des premiers mois. Aux alentours du All-Star Break, vu que le bilan devrait être très encourageant, Howard risque de se relâcher. Voyant ça, Jordan lui montre alors qu’à côté des siens, les coups de gueule de Kobe Bryant n’avaient rien de bien impressionnants.

Peu à peu, avec la mise en route des grosses équipes de l’Est (oui il y en a), Charlotte devrait alors rentrer dans le rang. Malgré tout, la Caroline du Nord s’apprête à nouveau à goûter aux playoffs.

L’acteur à suivre : Dwight Howard

Le Mickey Rourke de la NBA. Superstar à ses débuts, adoré des fans, Dwight Howard est en train de prendre la même pente descendante. À l’image du personnage de Randy « The Ram » Robinson, D12 se perd depuis plusieurs années dans des combats sans gloire qu’il arrive même à perdre (Atlanta, Houston, Los Angeles).

Au bord de l’abandon, il doit retrouver espoir aux Hornets. Il ne sauvera pas sa carrière frustrante mais au moins, il pourrait terminer sur une belle note et, comme Robinson, rendre fières ses (nombreux) enfants. En espérant que son physique tienne, évidemment. Cela fait trop longtemps que Superman reste bloqué dans le costume de Clark Kent.

La note League Pass

5/10. La franchise de Michael Jordan devrait rendre hommage aux plus belles années du propriétaire en installant une défense de fer. Cependant, en attaque, il vaut mieux que le duo Walker-Batum tourne à plein régime, sans coup de fatigue, car c’est assez léger autour.

Le jeu ultra spectaculaire de Kemba Walker fait forcément envie. Ses crossovers valent 10/10 mais dès que Kidd-Gilchrist prend un tir, on descend à 0/10. Charlotte doit donc se contenter de la moyenne.

Le saviez-vous

Il est parfois raillé pour sa lenteur ou son manque de dureté. Mais sachez une chose : Frank Kaminsky est le joueur le plus drôle de la ligue. Loin du flow d’un Russell Westbrook, il a ses propres moves niveau danse.

Niveau comédie et autodérision, il a aussi un certain talent.

Certains diront qu’il aime se ridiculiser. Mais quand on voit ses photos de vacances, on se dit que « Frank The Tank » a tout compris à la vie.

I guess it's called the play pen for a reason #yup #newphonewhodis☎️

Une publication partagée par Frank Kaminsky III (@fskpart3) le

Les autres previews NBA