103 SAS
90 GSW
104 MIL
102 BOS
100 IND
104 CLE
106 WAS
98 TOR

Qui tentera le pari Stanley Johnson ?

BasketSessionPar BasketSession Publié

Huitième choix de la draft 2015, Stanley Johnson stagne aux Detroit Pistons. La franchise du Michigan serait même prête à le transférer avant la deadline.

Les franchises NBA hésitent de moins en moins à sacrifier très tôt leurs jeunes joueurs quand elles sentent que le garçon en question ne se développe pas aussi vite que prévu. C'est ainsi qu'un arrière talentueux comme Victor Oladipo a été bourlingué de franchise en franchise depuis deux ans (et encore, il avait déjà fait des belles performances). C'est aussi de cette façon que d'anciens prospects prometteurs comme Justice Winslow ou Stanley Johnson se retrouvent sur le marché cette saison. Avec un point commun pour les deux : ils sont incapables de shooter avec précision. Un problème au sein de cette ligue où le tir à trois-points est extrêmement coté.

Johnson a pourtant été drafté en huitième position par les Detroit Pistons en 2015. Il découvre encore à peine la NBA. Mais comme il l'a pas explosé, l'organisation du Michigan est prête à s'en séparer. Histoire de profiter du fantasme de son éventuel potentiel pour acquérir un joueur plus confirmé. C'est peut-être le moment de tenter quelque chose. Surtout pour les équipes vieillissantes qui ont des besoins à l'aile (hello, les San Antonio Spurs).

Selon ESPN, Stanley Johnson est donc disponible. Mais à condition de payer le prix juste. Cette expression vague qui, au final, ne donne pas vraiment d'indication. On peut simplement en conclure que les dirigeants de Detroit ne le braderont pas.

L'ailier de 21 ans est d'abord réputé pour sa défense. Il n'avait pas eu peur de défier LeBron James lors des playoffs. Sans baisser les yeux. Et sans sortir vainqueur, évidemment. Ce sont surtout ses aptitudes offensives qui posent problème. Après deux ans et demi en NBA, l'ancien d'Arizona pointe à 7,3 points, 3,7 rebonds, 34% aux tirs et 29% à trois-points en 27 minutes. Pas vraiment l'allure d'un '3 and D'. Il a aussi perdu sa place dans le cinq des Pistons.

Mais Stanley Johnson est encore jeune. L'histoire prouve qu'il suffit parfois à un basketteur de se retrouver un contexte différent pour qu'il se mettre à briller. Pas sûr que Detroit soit l'endroit idéal pour lui. Les Spurs étaient en tout cas intéressés par son profil l'an dernier et il serait vraiment intéressant de voir comment il est susceptible de se développer sous les commandes de Gregg Popovich.