Zion Williamson, une première pour faire rêver la NBA

Zion Williamson, une première pour faire rêver la NBA

Dépassé et à court de rythme pendant les trois premiers quart temps, Zion Williamson a eu un coup de chaud monumental en trois minutes en fin de partie.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Ça y est. Zion Williamson a fait ses grands débuts en NBA et tout le monde ne parle que de ça. Mais comment faire autrement ? La « Hype » a rarement été aussi intense autour d’un joueur. Les trois mois d’attente supplémentaire pour le voir enfin disputer son premier match chez les professionnels n’ont fait que renforcer l’engouement autour de son retour. Un « cirque » prédit par Alvin Gentry. Sauf que là, maintenant, il y a enfin du concret à se mettre sur la dent. Du jeu. Avec toujours quelques extrapolations et fantasmes imaginés à partir de cette première sortie du phénomène. Mais quand même du jeu à analyser.

Ce fut d’ailleurs très chaotique au début. Le jeune basketteur de 19 ans semblait dépassé. Hors du rythme infernal de la plus grande ligue du monde. Pas préparé. Même parfois un peu perdu sur le terrain, et notamment en défense. Titulaire, il a rejoint une première fois le banc après seulement 4 minutes dans le premier quart temps. Sans le moindre panier mais avec une passe et une balle perdue au compteur. Les trois premiers quarts ont été très mitigés pour l’intérieur : 12 minutes, 4 points (via ESPN). Rien d’excitant. Logique, cependant, pour un garçon opéré du ménisque la veille du coup d’envoi de la saison.

Ces 12 premières minutes n’étaient en réalité qu’un tour de chauffe. Petit à petit, le premier choix de la draft 2019 s’est mis en jambe. Puis il a décollé. Soudainement. Ce n’est d’ailleurs pas sur un dunk mais derrière l’arc à trois-points qu’il a fait bondir une première fois la foulé. Servi par Lonzo Ball, il a planté un premier tir lointain à 9 minutes de la fin du match. Son meneur l’a servi deux fois de plus en l’espace de quelques secondes : d’abord pour un alley-oop et ensuite à nouveau à trois-points. Déchaîné, Zion a inscrit deux autres paniers primés, avec à chaque fois une passe décisive pour Zo !

17 points en 3 minutes. Quel coup de chaud. Quelle folie, aussi, dans les tribunes de New Orleans avec des supporteurs en délire devant le carton de leur nouveau champion. Surtout que ces 17 points de suite ont complètement remis les Pelicans dans le match. Ils étaient menés de 12 points à l’entame du quatrième quart temps. Quand Zion Williamson  a rejoint le banc une toute dernière fois, l’était était d’un seul point en faveur des Spurs (108-109).

Gentry a appliqué les consignes de son staff médical. Malgré le score serré, le rookie n’est plus revenu sur le parquet. Et ce à la grande déception des fans qui ont scandé son nom avec insistance. San Antonio a fini par creuser à nouveau l’écart pour l’emporter sur le fil (121-117). Williamson a donc fini avec 22 points, 8 sur 11 aux tirs, 4 sur 4 à trois-points, 2 sur 4 aux lancers-francs, 5 rebonds, 3 passes et 5 balles perdues en 18 minutes. Il ne sera pas toujours aussi adroit de loin. Mais c’est une première pleine de promesses. Celle d’un futur radieux pour la franchise de Louisiane.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest