Le banc du Miami Heat plus fort que jamais ?

Dans le sweep des Milwaukee Bucks, le Miami Heat a pu compter sur les performances de ses joueurs de banc qui ont souvent tué les matchs avant même le quatrième quart.

Mickael LaviollePar Mickael Laviolle  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Le banc du Miami Heat plus fort que jamais ?
Largement critiqué la saison passée, le banc du Heat s'est racheté une réputation et pourrait jouer son rôle dans la conquête du titre. Dans les trois derniers matches de la série entre les Miami Heat et les Milwaukee Bucks, les Floridiens ont à chaque fois tué le match sur un run en fin de troisième quart-temps ou en début de quatrième. Le point commun de ces runs, c'est qu'à chaque fois, LeBron James était entouré de joueurs du banc lorsqu'ils ont fait le trou. Au moment de remettre les titulaires pour finir le travail dans le money time, le job était déjà fait.
« Ils nous ont apporté un grand plus. Sur chaque match nous avons été capables de faire un écart supérieur à 10 points avec cette seconde unité, ou une version de celle-ci sur le terrain. Et ce que vous espérez, c'est que votre style de jeu soit craint par votre adversaire au point où, quand ces gars rentrent sur le terrain, cette énergie frénétique nous mène à un autre niveau », explique Erik Spoelstra dans le Miami Herald.
Et quand il évoque une "énergie frénétique", on pense tout de suite à Chris Andersen. Lors de ce premier tour, le Birdman affiche un ratio +/- de plus 12 pour le Heat lorsqu'il est sur le terrain. Dans le match 3, il n'a passé que 14 minutes sur le terrain avec un ratio de +15 en faveur du Heat.
« J'ai dit au Bird sur le banc que nous ne pouvions pas être sur le terrain l'un sans l'autre. Nous marchons très bien l'un avec l'autre. Je pense que nous avons le même moteur, la même façon de jouer, nous sommes toujours sur un rythme élevé. Et il arrive bien à lire mon jeu, j'essaie de lire le sien et nous avons été capables d'avoir beaucoup de connexions. C'est une très bonne chose pour l'équipe quand nous jouons le pick-and-roll Bird et moi », explique LeBron James.
Cette saison, le Heat a ajouté à son banc en plus d'Andersen, Ray Allen et Rashard Lewis et bénéficie de l'apport d'un Norris Cole avec un an d'expérience en plus. Un banc plus dense et plus fort que la saison dernière, qui fait la différence, même avec un Shane Battier, le remplaçant décisif lors des playoffs 2012, à 29,4% de réussite au tir et 30,8% à 3-points face aux Bucks.
Afficher les commentaires (16)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest