Memphis, il y a péril en la tanière

Memphis, il y a péril en la tanière

Cette fois, c'est peut-être bien la fin de l'ère Grit and Grind et playoffs assurés chez les Memphis Grizzlies...

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Chaque année ou presque, on se dit que les Memphis Grizzlies vont entamer une lente descente vers la normalité. Hors du top 8, des playoffs, direction la fin de cycle. Chaque année, les adeptes du "Grit and Grind" déjouent les difficultés et le scepticisme ambiant. Voilà sept saisons consécutives que la franchise du Tennessee participe à la post-saison avec plus ou moins de réussite. Voilà aussi deux ans que Memphis est éjecté dès le premier tour par San Antonio. Rien de honteux, mais un signe qu'il est de plus en plus difficile pour cet effectif de dépasser les attentes. En cette fin d'année, les Grizzlies sont plus dans le dur que jamais. Voilà presque 8 ans que Memphis n'avait pas perdu autant de matches à la suite. Huit défaites, toutes explicables, mais pas toutes excusables. L'Ouest reste impitoyable - quoi qu'encore ouvert à ce stade de la saison - et personne n'attendra les joueurs de David Fizdale en cours de route. Mike Conley, blessé depuis 6 matches et sans doute out pendant deux bonnes semaines, a déjà manqué des matches par le passé. En s'appuyant sur Marc Gasol, les vétérans Zach Randolph et Tony Allen, ainsi que sur quelques role players, les Grizzlies avaient surmonté ces périodes compliquées. Mais jamais ils n'avaient paru aussi loin du compte sans lui. "Z-Bo" et le "Grindfather" sont partis, les role players se font plus rare et, plus grave, Gasol fait grise mine. Et encore, c'est un euphémisme. On n'aurait jamais imaginé Fizdale laisser l'Espagnol hors du terrain pendant tout un 4e quart-temps, alors qu'un comeback était envisageable. C'est pourtant ce qu'il a fait dimanche, lors de la venue des Nets. Les Grizzlies ont pris le bouillon devant leur public face à une équipe elle aussi amoindrie. A -17 à la fin du 3e quart-temps, l'auteur du "Take that for Data" a tenté un coup en laissant ses starters sur le banc. Gasol y compris. L'écart a effectivement diminué, mais lorsque celui-ci a plafonné, il n'a jamais remis Gasol sur le parquet. Les propos de l'intérieur ibère sur ESPN montrent qu'il n'a guère apprécié l'option.

"J'ai pris ça personnellement. Bien sûr que je suis frustré et en colère. Je me pose des questions. Je ne sais pas pourquoi [j'ai été laissé sur le banc]. C'est une première pour moi et, croyez-moi, je n'apprécie pas du tout. Si je ne suis pas sur le terrain, alors c'est que ma valeur n'est pas appréciée. Et je suis sûr que les coaches savaient que ça me blesserait. Jamais ils n'auraient fait ça à Mike (Conley)".

Bientôt la fin de Marc Gasol à Memphis ?

On a toujours considéré Marc Gasol intouchable à Memphis. A moins qu'il ne demande lui même à partir. C'est ce qui pourrait bien arriver dans quelques semaines/mois si la dynamique des Grizzlies reste la même. Ses déclarations ne sont pas encore une requête en bonne et due forme (il pourra tester le marché en 2019). Simplement, les termes interpellent. S'il s'était contenté d'évoquer sa frustration, quitte à critiquer le choix de Fizdale, le mal n'aurait pas semblé sérieux. Là, l'Espagnol a utilisé la notion de respect et comparé son statut à celui de son ami Conley. Une posture qui prouve que sa relation avec Fizdale est endommagée. Le coach du Tennessee n'a d'ailleurs pas eu des mots particulièrement réconfortants pour expliquer son choix.

"Cela fait partie du job. On sait que quand on prend des risques, on risque d'agacer un joueur ou deux. Ce n'était pas contre Marc".

Problème : Marc Gasol n'est pas un joueur lambda. On parle de l'un des meilleurs pivots de la ligue et de l'une des raisons qui expliquent que Memphis effraie encore un peu ses adversaires. Sans lui, les Grizzlies ne seraient qu'un collectif orienté autour d'un meneur de qualité, leader respecté, certes, mais qui n'a pas non plus le profil d'un franchise player. On ne peut pas enlever à David Fizdale le droit de tenter des choses sur le plan tactique. Peut-être avait-il envie de crever l'abcès après plusieurs sorties un tantinet lapidaires de son joueur ces derniers jours. Le moment choisi est en revanche discutable. Avec le calendrier qui est proposé aux Memphis Grizzlies, on saura vite s'il ne s'agissait que d'un épiphénomène dans cette mauvaise passe. Jugez plutôt. @San Antonio, vs San Antonio (oui, oui, les Spurs deux fois de suite...), @Cleveland. Bonne chance pour redresser la barre rapidement...
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest