Marine Johannès : une joueuse à l’ADN NBA

Marine Johannès : une joueuse à l’ADN NBA

Passionnée de NBA depuis le plus jeune âge, Marine Johannès a très vite pris l’habitude de s’inspirer des plus grands. Normal quand on a MJ comme initiales…

REVERSE : Pour l'instant, l'image que beaucoup ont retenue de toi, c'est ton fameux move face à Maya Moore aux JO 2016. Mais un geste comme ça, ça ne sort pas de nulle part. Tu bosses beaucoup ce type de combos cross/step back, etc. ? Marine Johannès : Ça m'arrive à l'entraînement de faire un peu des tirs comme ça, mais c'est quelque chose que je faisais plus avant. Maintenant j'ai plus tendance à faire de la répétition sur mon shoot, sans forcément tenter des dribbles ou des cross avant. C'est vrai qu'auparavant j'avais tendance à en faire pas mal (elle se marre). https://www.dailymotion.com/video/x4pc9ct REVERSE : Comment réagissaient tes entraîneurs quand ils te voyaient enchaîner ce type de moves ? Marine Johannès : (Rires) Je ne sais pas trop, je ne sais pas si ça leur plaît vraiment (elle rigole). Quand on tente des actions comme ça, mieux vaut être sûre de les mettre parce que ce n'est pas tous les jours que ça va rentrer. REVERSE : Tes coaches préfèrent que tu restes dans la simplicité ? Marine Johannès : Généralement oui, mais comme on en parlait tout à l'heure, je pense que pour mon évolution il faut que je sois plus cadrée. Ça ne veut pas dire que je ne prendrai plus de tir à trois-points en contre-attaque ou que je ne tenterai plus de passes un peu folles, mais je vais vraiment essayer de réduire ça le plus possible. En Euroleague, on sait que chaque possession est importante, donc si chacune se met à envoyer une passe dans le dos dans les tribunes, ça n'est pas évident pour l'équipe. Donc j'essaie de me canaliser pour le bien du groupe. REVERSE : Si tu pouvais prendre un move à quelqu'un, ça serait lequel ? Marine Johannès : Ce n'est pas un move en particulier, mais j'aime beaucoup Maya Moore. Avant c'était peut-être plus Diana Taurasi, mais maintenant c'est Maya Moore que je préfère. C'est vraiment une joueuse très complète, physique, capable de tout faire. Je pense que ça devrait être un exemple pour tout le monde ce genre de joueuse. REVERSE : Donc c'est plus sur la globalité de son jeu qu'elle t'inspire ? Marine Johannès : C'est ça. REVERSE : Justement, la WNBA, c'est un challenge qui t'intéresserait ? Marine Johannès : Oui, j'aimerais bien essayer d'y aller au moins une fois. Ça me plairait bien de voir comment ça se passe. Mais c'est un peu compliqué avec l'équipe de France. REVERSE : Qu'est-ce que tu as eu comme retour de la part de celles qui ont déjà tenté l'aventure ? Marine Johannès : J'en ai parlé un peu avec Céline (Dumerc – ndlr) et je pense qu'elle est très contente d'avoir pu le faire une fois dans sa vie. Si on a l'occasion d'y aller, il faut la saisir, mais après il faut voir comment c'est compatible avec l'équipe de France. REVERSE : Pour revenir sur la NBA, tu regardes beaucoup de matches au quotidien ? Marine Johannès : J'essaie, mais c'est parfois compliqué, même si je suis les résultats et les grosses performances. REVERSE : Au-delà de Stephen Curry, quels sont tes joueurs préférés ? Marine Johannès : En ce moment j'aime bien Giannis Antetokounmpo, j'aime bien aussi les Sixers et puis bien sûr Golden State et San Antonio. Je suis aussi les résultats des Hornets et, dès que j'ai l'occasion de les voir jouer, j'en profite pour voir Nicolas (Batum qui vient lui aussi de Pont-L’Évêque – ndlr). J'aime vraiment bien Boston aussi, encore plus depuis l'arrivée de Kyrie Irving. J'aime bien le fait qu'il soit parti de Cleveland pour faire son truc. Lire la suite
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest