Le Thunder, machine programmée pour s’auto-détruire en fin de match

Mal à l'aise dans les fins de matches serrées, le Thunder a déjà laissé filer dix rencontres après avoir mené à l'entame du dernier QT.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Le Thunder, machine programmée pour s’auto-détruire en fin de match
Les matches se suivent et se ressemblent pour le Thunder d'Oklahoma City. Comme la veille contre les Los Angeles Clippers, Kevin Durant et ses coéquipiers ont su imposer leur jeu et leur rythme avec un concurrent direct à l'Ouest. Comme la veille au Staples Center, ils se sont écroulés au plus mauvais moment. Ils comptaient jusqu'à 22 points d'avance avant de s'incliner in-extremis contre les Angelenos. Ils menaient d'un tout petit point avant de subir les foudres des champions en titre hier soir. Le problème, c'est que le constat n'est pas récent. Il est à l'image de la saison très talentueuse et classée troisième de sa Conférence juste derrière les ogres que sont San Antonio et Golden State. Le problème, c'est que le Thunder est capable du meilleur comme du pire. Et c'est cette inconstance chronique qui le démarque des deux principaux candidats au titre NBA.
[superquote pos="d"]Le Thunder, une équipe du milieu de tableau dans le dernier quart[/superquote]"On se voile la face si l'on croit que l'on va devenir une grande équipe en jouant comme ça", pestait un KD frustré, faisant référence au manque de discipline affiché par son équipe contre les Clippers.
Des matches gagnés, ils en ont laissé filer plusieurs depuis le début de la saison. Le Thunder a perdu à dix reprises après avoir mené à l'entame du quatrième QT. Aucune équipe n'a fait... pire. Impériaux sur 36 minutes, les hommes de Billy Donovan ne sont pas à l'aise dans leurs baskets - ni dans leur basket - dans les 12 dernières. Selon NBA.COM, Oklahoma City affiche un net rating négatif dans les derniers quarts (- 0,3 points). La rencontre d'hier soir, finalement, n'est qu'un exemple parmi tant d'autres cette saison. [caption id="attachment_315216" align="alignleft" width="318"] Durant et Westbrook, deux adeptes du 'hero ball' en fin de match.[/caption] Donovan a lancé exactement le même cinq que la nuit précédente au moment de débuter l'ultime période avec Randy Foye en meneur, Dion Waiters en arrière évoluant sans la gonfle, Kevin Durant pour driver l'équipe, Kyle Singler en intérieur fuyant posté dans un coin et Enes Kanter sous le cercle. Si ce cinq est séduisant - offensivement parlant - sur le papier, il déjoue pourtant sur le terrain. En 20 minutes, ce groupe affiche un net rating catastrophique de -46,1 (99,2 pts marqués, 145,3 encaissés sur 100 possessions), de loin la plus mauvaise marque pour n'importe quelle lineup du Thunder qui a joué 20 minutes ou plus au cours des dix derniers matches. Comme contre Los Angeles, c'est face à ce cinq perdu des deux côtés du parquet que les Warriors ont repris l'avantage avant de créer un premier écart forçant le coach adverse à prendre un temps mort pour essayer de stopper l'hémorragie. Mais, comme contre les Clippers, le momentum avait déjà changé de camp en faveur de Golden State. [superquote pos="d"]Donovan s'entête à débuter un cinq qui ne fonctionne pas[/superquote]Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond avec ce groupe. Déjà, Waiters est cantonné à un simple rôle de spot-up shooteur qu'il n'apprécie pas et dans lequel il n'est pas aussi efficace que lorsqu'il touche la gonfle. Autant lui confier la mène, même si c'est juste pour donner la balle à Durant, qu'il puisse au moins se mettre en rythme. Il en a besoin. Foye est lui plus à l'aise dans un corner. Et c'est un meilleur shooteur. Singler a perdu toute confiance depuis déjà plusieurs mois. L'absence de mouvement, les tirs forcés de Russell Westbrook et Kevin Durant sont le fruit de cette frilosité du Thunder dans les moments chauds. Comme si les joueurs de devoir d'Oklahoma City n'étaient plus du tout impliqués dans le quatrième QT. Comme si eux n'osaient pas prendre leurs responsabilités ou comme si les deux stars n'osaient pas les mettre en confiance. Il y a un problème et Oklahoma City ne peut pas gagner dans cette configuration. Le Thunder est une machine à détruire ses adversaires pendant trois quarts temps... avant de s'auto-détruire dans le dernier.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest