Roy Hibbert, c’est quoi le problème ?

Transparent et laissé sur le banc durant la quasi-intégralité de la rencontre cette nuit, Roy Hibbert n'a pas l'air dans son assiette. Mais qu'est-ce qui peut contrarier autant le pivot des Pacers ?

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Roy Hibbert, c’est quoi le problème ?
Dans un excellent article consacré aux problèmes des Indiana Pacers, Zach Lowe de Grantland raconte la scène suivante. Quelques minutes après une victoire compliquée face aux modestes Philadelphie Sixers, Roy Hibbert et Paul George ont une conversation animée au sein du vestiaire. Devant les journalistes. Au centre de la discussion, l’attaque en berne des Pacers. Selon Lowe, l’ailier All-Star d’Indiana reprochait à son pivot de jouer dos au panier aux mauvais moments. Ce dernier a évoqué le nombre de ballons qu’il touchait en attaque. Il ne faut pas faire tout une histoire de cette discussion. Mais quelques semaines plus tard, cette scène de vestiaire est peut-être symbolique d’un problème plus profond.

Le zéro pointé de Roy Hibbert

Cette nuit, le géant a quitté le parquet dans le second QT. Il n’a plus refoulé le parquet de toute la partie, et Indiana s’est lourdement incliné face à Atlanta. Neuf minutes de jeu, 0 point, 0 rebond, 0 block, rien du tout. Zéro. Voici l’explication de Frank Vogel après la rencontre.
« J’ai préféré reposer Roy car il a l’air crevé. C’est un gars de 2,18 m qui a joué tous les matches cette saison, ce qui est rare. Pour moi, il a l’air rincé. Il a fait des efforts mais il a l’air crevé à mes yeux. »
Bien évidemment, si les Pacers avaient vraiment voulu reposer Roy Hibbert, ils ne l’auraient pas aligné dès le début de la rencontre. Il ne faut pas se concentrer sur la réponse de Vogel mais plutôt sur les mots utilisés. A plusieurs reprises, il a employé le terme « crevé » et « selon moi ». Entre les lignes, on peut comprendre que le coach des Pacers reproche à son pivot son manque d’efforts. Indiana joue moins dur en attaque ces temps-ci. Comme le souligne Zach Lowe, ils sont moins présents aux rebonds offensifs et posent moins d’écran. A priori, ces tâches ingrates reviennent à Roy Hibbert. Le journaliste a extrait deux actions, deux systèmes offensifs non respectés par le pivot. [youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=ToU1Y7SHIuA[/youtube] [youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=Fifl1vd3o7A[/youtube] A chaque fois, Roy Hibbert est venu gêner la coupe de Paul George au panier en demandant la balle au poste bas. Repensez donc deux minutes à la discussion évoquée plus haut… Evidemment, le joueur des Pacers a quitté la salle aussi rapidement qu’il a quitté le parquet cette nuit.
« Je n’ai rien à dire. Vous pouvez dire à David Benner (le directeur des relations média des Pacers) que je paierai l’amende (pour avoir refusé d’accorder du temps à la presse à la fin de la rencontre). »
Est-ce vraiment le discours d’un joueur laissé au repos ? D’ailleurs, peut-on vraiment croire que Roy Hibbert soit fatigué ? Le joueur est jeune et il est en bonne santé. Il n’y aucune raison de penser qu’il soit plus crevé qu’un autre. D’ailleurs, n’allez pas penser que les problèmes des Pacers soient simplement dus à la fatigue. Il y a quelques jours, Hibbert a pointé du doigt « l’égoïsme de certains de ses coéquipiers. » Sans citer de nom, évidemment, mais on peut mettre une pièce sur Lance Stephenson et Evan Turner.

Un manque de reconnaissance ?

Selon la presse locale, Roy Hibbert était en train de regarder un sketch pendant que Frank Vogel s’adressait à ses joueurs. Le pivot est également resté en dehors du « huddle » des Pacers une fois son remplaçant effectué. Fait-il la tête ? Est-ce simplement un comportement passager ?
« En général, c’est un bon coéquipier dont je ne ferai pas de spéculation », assurait Ian Mahinmi après le match.
Et si Roy Hibbert était simplement en manque de reconnaissance ? Les Indiana Pacers ont commencé à flancher alors que la franchise semblait imperturbable. Elle était même considérée comme un candidat sérieux au titre… Alors qu’à l’heure d’aujourd’hui, certains spécialistes hésitent même à faire d’Indiana le favori pour affronter Miami en finale de la Conférence Est. Les Pacers se sont peut-être vus trop beau. Peut-être ont-ils cru que la première place était de toute façon assurée. Hibbert est un joueur ambitieux. Il n’a pas caché son intention de remporter le trophée de DPOY. Peut-être voulait-il également un peu plus de ballons en attaque. Peut-être voulait-il prouver que lui aussi était capable d’être un pivot dominant… au poste bas. Après tout, Dwight Howard a lui aussi expliqué à plusieurs reprises par le passé qu’il préférait être servi près du cercle que de jouer le pick&roll. Peut-être qu’Hibbert a ressenti la même chose. Il ne s’agit bien sûr que d’hypothèse. Nous ne sommes pas dans la tête du joueur, ni dans le vestiaire des Pacers. Mais ce qui nous semble évident, c’est qu’il y a bien quelque chose qui ne tourne pas rond à Indiana. Et la franchise n’a plus beaucoup de temps pour trouver une solution…
Afficher les commentaires (35)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest