116 PHI
102 DET
109 IND
101 WAS
113 BOS
100 NOP
89 CHI
108 SAC
108 MIL
92 CLE
122 OKC
113 UTA
101 DAL
76 ORL
105 DEN
99 MEM
119 PHO
123 LAC
108 LAL
105 MIA
116 GSW
108 MIN

Les Pistons croient en leur Blakemaker

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Les Detroit Pistons ne peuvent viser les playoffs qu'avec un Blake Griffin impliqué dans tous les secteurs, notamment à la création du jeu.

Il y a un peu plus de 10 ans, Detroit était toujours une place forte de la NBA. La saison 2007-2008 venait de s'achever sur une nouvelle participation à la finale de Conférence Est. La fanbase était l'une des plus chaudes de la ligue et, même en fin de cycle après le sacre de 2004, les Pistons étaient incontournables. La flamme s'est progressivement éteinte. Le départ de joueurs emblématiques, les années de médiocrité sans jamais céder complètement au tanking, la présence de stars qui n'en sont finalement pas, l'arrivée dans une nouvelle salle... Autant de paramètres qui font aujourd'hui de Detroit une franchise anormalement insipide.

Les années Van Gundy, incapable de rencontrer le même succès qu'à Orlando, n'ont pas aidé. A l'orée de cette nouvelle saison, l'espoir d'un retour progressif de l'enthousiasme est permis. Il réside là où on ne l'attendait pas il y a moins d'un an. En parvenant à faire venir Blake Griffin, joueur iconique des Clippers s'il en est, via un trade, les Pistons ont frappé fort. Le risque existe que l'énorme contrat du quintuple All-Star devienne pénalisant si la mayonnaise ne prend pas. Mais avec un joueur de sa trempe - quel que soit votre point de vue sur sa personnalité et son style de jeu - l'ambition est permise.

Moins excitant, plus polyvalent

On a pu voir Griffin en action quelques mois à Detroit, mais dans un contexte dans doute pas idéal. L'arrivée de Dwane Casey et la digestion d'un départ et d'un changement de décor auquel il ne s'attendait pas 6 mois après s'être vu promettre la lune à L.A. devraient permettre à "Quake" de partir sur un meilleur pied. Si le roster des Pistons peut sembler un peu léger qualitativement par rapport à celui de certains rivaux, la présence de Griffin pour épauler Andre Drummond rend obligatoire l'ambition de participer aux playoffs.

Le joueur de 28 ans n'est plus le Marsupilami qui dunkait sur tout le monde avec une rage et une aisance que l'on n'avait plus vue en NBA depuis Shawn Kemp. Il est devenu bien plus que ça. Et si on peut regretter à l'occasion qu'il ait perdu ce côté un peu sauvage, la métamorphose s'est effectuée au profit d'un jeu plus complet, plus adapté aux exigences du basket moderne.

Blake Griffin ne sera jamais un sniper à trois points. Ni un grand défenseur, sans doute. Mais combien de postes 4 manient aussi bien le ballon et disposent d'une aussi bonne vision de jeu à l'Est ? Sur son premier échantillon avec les Pistons, Griffin a tourné à 6.2 passes décisives par match. Qu'il puisse être un "point forward" tombe très bien. Casey n'a dans son effectif ni vrai chef d'orchestre, ni vrai meneur capable d'aligner 8 ou 9 passes de moyenne sur une saison.

Chez les Clippers, particulièrement lorsque Chris Paul était blessé, Griffin a souvent pris le jeu à son compte avec une vraie qualité de passe. Puisque Reggie Jackson (et ses 6 passes de moyenne sur 4 ans) sera le titulaire au poste 1, un Griffin très "joueur" est attendu.

"J'espère que Blake sera notre meilleur passeur. Cela voudra dire que Reggie (Jackson) pourra jouer un peu plus sans ballon pour faire des coupes, se déplacer. Ça nous rendra difficiles à analyser et à prévoir", a souhaité Casey sur Pistons.com.

Les Warriors et les Cavs l'ont fait

La saison dernière, les deux finalistes NBA, Golden State et Cleveland, avaient pour meilleur passer un joueur non-meneur. Draymond Green pour les Warriors, LeBron James pour les Cavs. C'est donc bien qu'il est possible d'être compétitif sur ce modèle. La volonté de l'ancien coach des Raptors de faire jouer son équipe avec cette méthode et sur un rythme plus élevé et avec davantage de pertinence dans les choix de shoots convient très bien à Griffin.

"J'ai l'habitude de jouer comme ça. Vous allez voir la balle beaucoup circuler, des drive and kicks, des tirs à trois points, des paniers faciles. On va éliminer tous ces shoots pas nécessaires à faible pourcentage", a prévenu Blake Griffin. Un voeu pieu dont les fans des Pistons ne peuvent que se réjouir. Ils auront un petit aperçu de ce nouveau style la nuit prochaine. Blake Griffin devrait faire ses débuts en pré-saison contre les Brooklyn Nets.

Nos autres previews NBA