116 PHI
102 DET
109 IND
101 WAS
113 BOS
100 NOP
89 CHI
108 SAC
108 MIL
92 CLE
122 OKC
113 UTA
101 DAL
76 ORL
105 DEN
99 MEM
119 PHO
123 LAC
108 LAL
105 MIA
116 GSW
108 MIN

CQFR : LeBron ingérable, Paul George héroïque

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenir des 10 matches de la nuit en NBA.

Les résultats de la nuit en NBA

Warriors @ Cavs : 129-105

Nuggets @ Magic : 124-118

Thunder @ Nets : 114-112

Wizards @ Hawks : 131-117

Sixers @ Raptors : 102-113

Clippers @ Grizzlies : 86-96

Pistons @ Bucks : 92-115

Hornets @ Wolves : 104-121

Mavs @ Pelicans : 106-132

Spurs @ Lakers : 113-121

---

Paul George a retrouvé la flamme du super-héros qu'il a souvent été à Indianapolis cette nuit, après l'avoir un peu délaissée au profit de Russell Westbrook. L'ailier du Thunder a été l'architecte du comeback sensationnel d'OKC sur le parquet des Brooklyn Nets. George a inscrit 25 de ses 47 points dans le 4e quart-temps, dont le panier à 3 points pour virer en tête à 3 secondes de la fin. Le Thunder était mené de... 23 points.

- La feinte de shoot avec dribble sur le game winner est à montrer dans toutes les écoles de basket.

- Paul George a été la star du match contre les Nets, mais la montée des marches de l'histoire est bien pour Russell Westbrook, désormais 3e plus gros approvisionneur de triple-doubles en NBA. Grâce à ses 21 points, 17 passes et 15 rebonds, le meneur d'OKC totalise 108 TD et dépasse Jason Kidd. Dans son viseur, deux monstres : Magic Johnson (138) et Oscar Robertson (181).

- LeBron James a eu envie de montrer à Rudy Gay qu'il pouvait lui shooter dessus au large à un moment-clé du match entre les Lakers et les Spurs. Le sang froid du "King" est épatant sur cette séquence. Et ce n'est pas la première fois cette saison que LeBron prouve que son "range" s'est un peu étendu depuis son arrivée à L.A. Dans 3 mois le gars va shooter du logo...

- Dans cette partie, LeBron a été d'une douce propreté pour aider son équipe à dominer des Spurs (un peu) moins laxistes en défense que la veille : 42 points, 6 passes et 5 rebonds, avec beaucoup de très bons choix en fin de match. On a aussi aimé l'intelligence de jeu de Lonzo Ball, auteur d'un panier à 3 points important dans le money time, mais aussi de choix de passes et d'actions défensives qui n'ont pas pu déplaire à James.

- Les Nuggets ont tranquillement pris seuls la première place de la Conférence Ouest avec une 7e victoire de suite. Ce n'est pas la plus simple et la plus belle décrochée par les hommes de Mike Malone, qui sont tombés sur une équipe d'Orlando accrocheuse et difficile à écarter depuis le début de la saison. Il a fallu une prolongation et un Jamal Murray inspiré (31 points, 8 passes) pour maintenir la belle forme des "pépites".

- Pour la première fois depuis 4 ans, les Warriors se sont rendus à Cleveland sans l'excitation habituelle des grands rendez-vous. Stephen Curry a quand même voulu marquer le coup à quelques kilomètres de son lieu de naissance. Et comme un symbole, il a marqué exactement le même nombre de points que LeBron un peu plus tard à Los Angeles : 42. En shootant à 11/20 (9/14 à 3 points), Curry a continue de prouver que la blessure qui l'a éloigné pendant 11 matches est bien derrière lui. Golden State est prêt à carburer à plein régime ou presque.

- Il y avait un choc à l'Est cette nuit, entre Toronto et Philadelphie. La logique a été respectée et Kawhi Leonard a montré qu'il n'avait sans doute que Giannis Antetokounmpo comme concurrent pour le titre officieux de meilleur joueur de la Conférence. Face au trio Embiid-Simmons-Butler, l'assassin silencieux a gagné pour la 12e fois de sa carrière en 12 matches face à Philadelphie. Avec 36 points au compteur à 5/6 à 3 points, Leonard a dégoûté l'opposition et totalisé autant de points que l'ensemble des starters des Raptors réunis.

- Les Raptors ont trouvé comment gêner Joel Embiid. On a rarement vu le Camerounais aussi peu à son avantage cette saison que cette nuit. Beaucoup de prises à deux, l'obligation pour lui de défendre constamment, ça a payé. Embiid n'a inscrit que 10 points en 36 minutes à 5/17. C'est Jimmy Butler qui a maintenu les Sixers dans le match avec ses 38 points. Ce qui est quand même un point positif pour de futures batailles où le pivot All-Star aura besoin d'être relayé.

- Joakim Noah a rejoué ! Et le pivot français n'a pas porté l'oeil aux Grizzlies, qui ont même mis fin à leur mauvaise série lors de la venue des Clippers. En 13 minutes, "Jooks" a apporté sa combativité, mais aussi 4 points et 3 rebonds avec un différentiel de +4 en sa présence sur le parquet.

- Preuve que les Clippers sont passés à côté de leur match : ils n'ont pas profité du match apocalyptique (selon ses standards) de Marc Gasol en attaque. L'intérieur espagnol a shooté à 1/13. Heureusement que son collègue Mike Conley (22 points à 9/16) était un peu plus inspiré.

- John Wall était absent pour raisons personnelles cette nuit pour le match des Wizards à Atlanta. Ce n'était que les Hawks, mais, comme un symbole, Washington a réussi 35 passes décisives, son meilleur total de la saison...

- Les Wolves ont décroché leur 6e victoire en 7 matches lors de la réception des Hornets. Ce n'est toujours pas du basket champagne, mais les individualités s'expriment mieux. Karl-Anthony Towns a égalé son record de contres en carrière (6) pour agrémenter une partie à 35 points et 12 rebonds. Même Andrew Wiggins est un peu plus libéré et ses 26 points ont été précieux.

- La paire Anthony Davis-Julius Randle s'est occupée de rappeler aux Mavs qu'ils étaient en difficulté à l'extérieur (2-9). Randle en particulier, a été assez sauvage au rebond (18 prises) en plus de ses 27 points, en l'absence de Nikola Mirotic dans le cinq.

- On se dit généralement que si le duo Giannis-Middleton n'est pas au top, les Bucks ont du mal à gagner des matches. Cette nuit, en l'absence du lieutenant et avec un "petit" Greek Freak (15 points, 8 rebonds), Milwaukee a quand même assez facilement dominé Detroit. Eric Bledsoe a inscrit 27 points et 11 des 13 joueurs utilisés par Mike Budenholzer ont marqué au moins 2 points.

- Le calendrier et la forme des Pistons sont inquiétants pour eux. Ce tweet de Pistons France l'explique très bien.