DeMarcus Cousins, facteur X inattendu des Warriors

Complètement à la rue lors de ses deux dernières sorties, DeMarcus Cousins a fait la différence pour les Warriors sur ce Game 5.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Rouillé. Lent. Gras. Maladroit. Nerveux. DeMarcus Cousins paraissait tellement à l’Ouest lors des deux derniers matches qu’il était difficile de l’imaginer peser en faveur des Golden State Warriors lors de ce Game 5 décisif. Nous ne sommes même pas persuadés que Steve Kerr ait envisagé de le faire jouer en premier lieu. Le temps de jeu du pivot All-Star diminuait d’ailleurs à chaque match : 28 lors d’un très bon Game 2, 19 celui d’après et enfin 15 au Game 4. Il était éventuellement parti vers un « DNP » avec le retour de Kevin Durant.

Mais voilà, KD s’est blessé en début de deuxième quart temps. Il a rejoint le vestiaire en boitant, touché à la jambe. Alors le coach des doubles-champions en titre s’est tourné vers un joueur qui n’a peur de rien. DMC. Ce dernier a eu un impact dès son entrée en jeu. Il a imposé sa présence physique aux défenseurs des Toronto Raptors. Et il a pris le dessus quand il avait l’avantage de taille. Inspiré, plus vif après deux jours de repos, l’intérieur a été bon des deux côtés du parquet avant la mi-temps.

Cousins a apporté du scoring, ce qui est toujours important pour Golden State dès que Durant n’est pas sur le parquet. 9 points en l’espace de cinq minutes. Il a fait quelques belles passes. Quelques belles actions défensives. Surtout, il a maintenu son équipe en vie alors qu’elle aurait pu s’écrouler après la sortie de son meilleur joueur. Mentalement, les Californiens n’ont pas craqué. En grande partie parce que Cousins les a aidé à creuser l’écart dans des minutes clés du match.

C’est fort de la part du bonhomme. C’est un signe de son caractère si particulier. Il est resté prêt à jouer alors qu’il savait sans doute que son temps de jeu était amené à diminuer. Ce n’est pas facile à gérer. Encore moins après une année aussi galère marquée par une déchirure au tendon d’Achille, une longue période de convalescence et une nouvelle blessure dès le premier match des playoffs. Il tient le cap malgré les épreuves.

DeMarcus Cousins a terminé avec 14 points et 6 rebonds en 20 minutes. Il a aussi volé un ballon et bloqué un contre. Il a planté un trois-points. 6 sur 8 aux tirs d’ailleurs. Il a été un point de fixation intéressant dans la raquette. Sa présence a forcé les Raptors à faire des prises-à-deux et il a bien ressorti les ballons. Ça a créé des espaces et ça a permis aux Warriors d’obtenir des tirs ouverts.

Alors certes, ses qualités de défenseur laissent encore à désirer, ses déplacements latéraux son lents et les Raptors ont souvent cherché le switsh pour qu'il se retrouve en situation de 1x1, face à Leonard (sur son 2e 3-pts DMC est trop loin) puis face à Lowry (l’ancien joueur des Pelicans est pris de vitesse et contre le lay-up de Lowry en phase descendante). On peut clairement admettre qu'il s’est un peu planté dans le money time, surtout sur cette faute offensive qui aurait pu coûter très cher aux Warriors dans les 20 dernières secondes. Mais il a aussi posé de bons écrans pour libérer Curry et Thompson et a apporté une présence dissuasive, notamment au rebond, dans le money time. En quelque sorte, il a été le facteur X de ce Game 5. La grande question, maintenant, consiste à savoir s'il pourra renouveler la performance lors du Game 6. L'avenir des Warriors en dépend aussi.

Les highlights de DeMarcus Cousins

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest