La dernière fois que LeBron James n’a pas joué les Finales…

BasketSessionPar BasketSession Publié

L'un des exploits les plus retentissants de la carrière de LeBron James aura incontestablement été de disputer huit Finales NBA consécutives (série en cours). Mais à quoi ressemblait le monde la dernière fois que le "King" a raté l'avion pour les Finales ?

Ah les Finales 2010... Les Los Angeles Lakers contre les Boston Celtics. Une série en 7 entre deux franchises qui se détestent jusqu'au bout des ongles. Le Black Mamba vs The Truth... Une victoire des Californiens et Kobe MVP des Finales. Quand on se penche sur cet affrontement, il semble presque d'un autre âge. C'était pourtant il y a seulement 8 ans. Si on a du mal à s'y projeter, c'est sans doute parce que c'est la dernière fois que les Finales NBA se sont jouées dans LeBron James. Le "King" a remporté trois bagues et perdu quatre Finales sur cette fenêtre.

La dernière fois que LeBron James n'a pas joué les Finales...

Chris Kaman était All-Star. Oui, ce gars-là.

Bryan Colangelo créait son premier compte Twitter.

Kevin Durant n’avait encore qu’un seul compte Twitter.

Oussama Ben Laden était toujours champion du monde de cache-cache.

Il y avait moins de 7 milliards d’humains sur la Terre.

Les fans des Warriors étaient des fans des Lakers.

Ray Allen, Paul Pierce et Kevin Garnett étaient encore potes. Rajon Rondo détestait déjà tout le monde.

Stephen Curry était rookie.

Quand on entendait parler de Black Panthers, on pensait à Bobby Seale et Huey Newton.

Joel Embiid essayait déjà de brancher Rihanna sur Twitter. Il avait quelques arguments en moins et n’avait pas encore commencé les prots...

Twitter n’avait pas encore d’appli. Snapchat et Instagram n'existaient pas...

Le baller le plus dominant de la planète était français. Oui, monsieur. Manuel Ferrara !

Les futurs fans du Heat ne savaient pas encore qu’ils allaient se proclamer fans du Heat.

Les Kings étaient déjà nuls (c’est bon, on rigole les gars...)

Jayson Tatum venait de rentrer au collège. Pas le college à l'américaine hein, le collège façon 6e B à Mantes-la-Jolie.

Dwight Howard était le pivot le plus dominant de la ligue. D'ailleurs personne n'avait encore prévenu les pivots qu'ils avaient le droit de shooter à 3 points quand ce n'était pas pour déconner au All-Star Game.

Le tournage de la première saison de Game Of Thrones allait tout juste commencer.

On croyait encore que c’était George Bush et pas Kanye West qui n’en avait rien à foutre des noirs aux Etats-Unis.

Dwyane Wade commençait à coller les timbres sur ses cartons d’invitation à venir jouer au Heat.

Joakim Noah jouait encore au basket.

Paul George n’avait pas joué son premier match NBA.

Les Raptors ne servaient déjà à rien.

Aaron Brooks et Scott Brooks étaient respectivement nommés Most Improved Player et Coach of the Year. On savait se marrer à l’époque.

On venait juste de comprendre, après avoir vu l’épisode final, que les créateurs de LOST improvisaient sous acides depuis le début.

Cyril Hanouna venait de lancer TPMP dans l’anonymat le plus total. Le début de la fin pour la télé française.

Drake venait de recevoir le prix du "rappeur le plus gentil" des Etats-Unis.

On croyait encore que Michael Jordan allait craquer en voyant jouer ses Bobcats et rechausser les pompes à 47 ans.

Le franchise player des Spurs n'aurait jamais osé se foutre autant de la gueule des dirigeants.

Nabil Djellit n'avait encore jamais regardé un match de basket.

Il n'y avait pas besoin d'être un super-héros pour acquérir la nationalité française.

Sam Hinkie était vice-président des opé basket à Houston et préparait les prémices du Process.

Delonte West accompagnait souvent LeBron James aux réunions de famille.

On rigolait quand on nous disait qu'un jour une équipe aurait un meilleur bilan que les Bulls en saison régulière.