Well, that escalated Quickley

Well, that escalated Quickley

Immanuel Quickley continue de faire sensation avec les Knicks. Le rookie grandit à vitesse grand V et a déjà obtenu le respect de certains grands noms de la ligue.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Immanuel Quickley n'est pas juste une sympathique mascotte pour la fanbase des Knicks. Le rayonnement du rookie va au-delà et c'est en ça que l'on sait que l'on peut-être en train d'assister à la naissance d'un très bon joueur NBA. Que ses coéquipiers, son coach ou quelques journalistes se soient entichés du talent de l'ancien meneur de Kentucky, c'est déjà bien. Mais la vraie reconnaissance, c'est celle des adversaires. Il est en train de l'obtenir match après match, et même de la part des meilleures équipes et des meilleurs joueurs de cette ligue.

Dimanche, au sortir d'une nouvelle superbe performance de sa part en sortie de banc contre les Los Angeles Clippers, Paul George n'a pas hésité à dire tout le bien qu'il pensait de Quickley, dont le nom semble parfaitement coller à la fulgurance de son ascension. "PG13" n'a aucun intérêt à encenser un gamin s'il ne pense pas vraiment du bien de lui. Il n'a pas joué à Kentucky et ne fait pas partie de la même agence. George a simplement été bluffé, au-delà des 25 points claqués par "IQ", par l'assurance et la panoplie déjà bien en place du New Yorkais.

"Ses floaters sont incroyables pour un joueur aussi jeune. Je l'aime beaucoup. Et ce que j'aime le plus chez lui, c'est une qualité qui est très dure à trouver chez quelqu'un : j'ai trouvé qu'il était totalement sans peur. Il a pris des gros tirs et s'est mis en avant pour les prendre. En attaque, il a été tout simplement agressif", a expliqué PG dans des propos relayés par The Athletic.

Paul George n'a pas la berlue. Immanuel Quickley a développé avec ce floater une arme qui lui sert déjà de signature move et il n'a effectivement aucune espèce de crainte lorsque Tom Thibodeau le lance sur le terrain en relais d'Elfrid Payton.

Il y a aussi chez le meneur de 21 ans une approche très "student of the game" qui n'est pas passée inaperçue. Thibodeau l'avait évoquée après le carton à 31 points de son joueur la semaine passée. Maintenant, ce sont les coaches adverses. Tyronn Lue a expliqué avoir été bluffé en voyant Quickley rester sur le terrain après avoir fini sa routine d'avant-match, pour observer Kawhi Leonard effectuer la sienne pendant 15 minutes. Il n'y avait aucun fanatisme là-dedans, même si on peut supposer que Leonard est un modèle pour beaucoup de joueurs actuels. Simplement la curiosité et l'envie d'un jeune joueur de s'inspirer des plus grands lorsque l'occasion se présente.

"Immanuel Quickley a un talent exceptionnel", a salué Lue devant les médias.

Immanuel Quickley, quelle superbe pioche pour les Knicks !

S'il montre beaucoup d'agressivité en attaque, le rookie est tout sauf une tête brûlée. Les fautes qu'il provoque et les positions qu'il recherche ne doivent rien au hasard et on ne l'a pas encore vu prendre des shoots de manière erratique simplement parce qu'il avait la main chaude. Depuis quatre matches, il monte simplement en régime parce que la situation l'exige et que personne peut lui en vouloir de prendre désormais entre 15 et 18 shoots par match. Un match "sans" est toujours possible, comme en début de semaine face à Utah, mais l'apport de Quickley comme 6e homme semble aller vers le chemin de la constance.

Tom Thibodeau n'a pas encore prévu de bouleverser son line up de départ malgré les performances relativement anecdotiques d'Elfrid Payton. Ce rôle convient de toute façon très bien à l'intéressé pour le moment. En fin de match, on l'a vu aller saluer Lou Williams et lui dire texto : "Tu es l'un de mes joueurs préférés". On ne sait pas si "IQ" parlait de la liberté de pensée de Lou-Will en matière d'établissements nocturnes ou simplement du fait qu'il est l'un des meilleurs 6e hommes de l'histoire de la NBA. La seconde option paraît plus prometteuse pour les Knicks, aux portes du top 8 et des playoffs après 21 matches.

CQFR : Nikola Jokic superstar, énorme choke des Nets

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest