Jamal Murray n’avait plus rien dans le moteur…

Jamal Murray n’avait plus rien dans le moteur…

Héroïque sur ces Playoffs, le meneur des Denver Nuggets Jamal Murray n'avait plus la force de combattre face aux Los Angeles Lakers.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Fin de parcours pour les Denver Nuggets. Mais quel parcours tout de même ! Battus par les Los Angeles Lakers (107-117) lors du Game 5, les hommes de Mike Malone ont été éliminés lors de ces Finales de la Conférence Ouest. Mais avant cette élimination, les Nuggets ont marqué les esprits. Dans cette bulle, ils ont réalisé un exploit incroyable : deux folles remontées. Menée 1-3 à deux reprises, la franchise du Colorado a renversé le Utah Jazz (4-3) puis les Los Angeles Clippers (4-3). Tout au long de cette campagne, cette équipe a démontré un courage incroyable. Un cœur énorme. Et malgré les belles performances de Nikola Jokic, un homme incarne particulièrement cette mentalité : Jamal Murray.

Véritable révélation de ces Playoffs, le Canadien a passé un énorme cap. Au point où certains le considèrent désormais comme une superstar. Bon, de notre côté, on n'a pas encore été totalement convaincu. Ses performances ont été exceptionnelles. Mais le meneur des Nuggets va devoir confirmer avec le temps. Malgré ce débat, il n'y a pas besoin d'attendre pour se rendre compte que le jeune talent de 23 ans a vraiment tout donné sur le parquet sur ces Playoffs. Vraiment tout.

Murray était cramé, cuit, carbonisé

Héroïque face au Jazz, aux Clippers et jusqu'à maintenant face aux Lakers, Murray a été dans le dur sur ce Game 5. Il avait déjà affiché de gros signes de fatigue dans le Game 4. Dans le money-time sur ce match vendredi, il avait semblé émoussé. Mais bon, il faut dire qu'il se coltinait LeBron James face à lui. Donc on l'attendait encore comme le héros des Nuggets. Surtout avec les problèmes de fautes (oui encore) de Nikola Jokic. Sauf que le natif de l'Ontario n'avait plus rien dans les jambes. Enfin si, des douleurs. Touché à un pied, il a sérieusement traîné la patte au cours de cette partie. Et forcément, sa copie a été moins bonne : 19 points à 7/17 aux tirs et 8 passes décisives.

"J'ai un gros bleu sur mon pied. Pendant toute la partie, j'ai eu mal. J'ai changé de chaussures pendant la partie, mais ça n'a pas aidé. Et j'ai aussi reçu un coup sur l'os. Je n'aime pas trop dire ça à tout le monde...

Il faut juste jouer malgré ça. J'avais mal, mais je pouvais jouer. J'étais sur le parquet. Après il faut reconnaître que j'ai eu des difficultés", a lancé Jamal Murray face à la presse.

Les mots forts de Jamal Murray contre le racisme

C'est vraiment à l'honneur de Murray de refuser d'utiliser cette excuse pour son match en demi-teinte. Mais on peut le faire pour lui. Joueur le plus utilisé de ces Playoffs jusqu'à maintenant, il était cramé, cuit, même carbonisé. Et c'est normal. C'est presque rassurant. Le talent des Nuggets a eu un temps de jeu dépassant l'entendement depuis plusieurs semaines. Il n'a jamais rechigné à rester sur le parquet car son équipe était ultra-dépendante de lui. Et à force de tirer sur la corde, son corps a lâché. Face à une équipe encore "fraîche" (les Lakers ont joué 15 matches de Playoffs, les Nuggets 19), il a manqué de jus.

Un rendez-vous pris avec l'avenir

Malgré cette condition physique à la limite, Murray a été encore compétitif. Même moins tranchant, il a trouvé des solutions. Et dans de telles conditions, c'est tout de même fort d'avoir quasiment réalisé un double-double. Même dans le dur, il a continué de montrer l'exemple à ses coéquipiers. Il a continué de jouer avec un total 43 minutes sur ce match. Avec une telle attitude, il s'est imposé comme le leader de cette équipe. Car si Jokic reste le plus talentueux, Murray a affiché un vrai tempérament de patron. Il parle, crie, motive ses partenaires. Même le Serbe l'a d'ailleurs reconnu.

"Il a été incroyable. Il a été notre leader. Son énergie sur ces Playoffs, franchement c'était dingue. Pourtant, il a pris des coups. Mais c'est un véritable chien. Un vrai guerrier. Un compétiteur. En plus de ça, c'est un formidable tireur. Incroyable", a résumé Nikola Jokic.

Avec son talent et cette mentalité, Jamal Murray a pris rendez-vous avec l'avenir dans cette bulle. On le savait talentueux. On savait qu'il avait du potentiel. Mais à ce point ? Probablement pas. Il va devoir confirmer. Dans un contexte différent, avec des attentes bien plus importantes. Mais son basket ne va pas s'évaporer. Son état d'esprit non plus.

"Je n'ai malheureusement pas eu l'énergie pour aider mes partenaires aujourd'hui. Je pouvais tellement faire mieux. Mais, je n'ai pas réussi à me surpasser sur ce match. Je dois faire mon maximum pour aider mon équipe à gagner par tous les moyens", a-t-il lâché après l'élimination.

Avec une telle détermination et ses récentes performances, on ne va pas parier contre la confirmation du leader Jamal Murray la saison prochaine...

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest