Kevin Garnett : « Je ne pense pas que les mecs d’il y a 20 ans pourraient jouer aujourd’hui »

Kevin Garnett : « Je ne pense pas que les mecs d’il y a 20 ans pourraient jouer aujourd’hui »

Alors que de nombreux anciens allument fréquemment le basket moderne, Kevin Garnett occupe la position inverse en encensant le jeu actuel.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Kevin Garnett a affronté Magic Johnson et Nikola Jokic sur un terrain NBA. Difficile de trouver une phrase qui résume mieux la longévité de sa carrière et la diversité des époques auxquelles il a joué dans la plus grande ligue du monde. Il a traversé le temps.

Il a connu le deuxième « Three Peat » de Michael Jordan. Puis il a assisté de près – sans doute trop près – à la domination des Los Angeles Lakers de Shaquille O’Neal et Kobe Bryant ou les San Antonio Spurs de Tim Duncan. Il s’est frité avec le Miami Heat de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh. Et il jouait même encore au moment où les Golden State Warriors de Stephen Curry sont allés chercher leur première bague.

KG en connaît donc un rayon sur la NBA. Il est bien placé pour comprendre ce qui s’y passe ou ce qui s’y est passé au cours des trente dernières années. Alors que ses pairs se contentent souvent de dézinguer les joueurs actuels, lui tient la position contraire. Il salue le niveau de la ligue aujourd’hui.

Alors, comme Shaq ou MJ, l’ancien All-Star reconnaît volontiers qu’il est sans doute bien plus facile de marquer des points en 2021 qu’en 1995 ou en 2002. Mais il ne voit pas ça comme un signe de déclin de la NBA.

« Je ne pense pas que les mecs d’il y a 20 ans pourraient jouer aujourd’hui. Il y a vingt ans, les gars utilisaient leurs mains pour contrôler les joueurs adverses. Vous ne pouvez plus faire ça. Ça devient quasiment impossible de défendre. Vous imaginez si vous ne pouviez pas mettre vos mains sur Michael Jordan ? Nah. »

« Le fait que vous ne pouvez plus toucher les joueurs donne tellement de flexibilité aux attaquants. Les défenseurs doivent se contenter de fermer les angles. Si vous avez un peu de créativité et d’ambition, vous pouvez devenir un super attaquant dans cette ligue. »

En fait, Kevin Garnett rend même hommage aux superstars de maintenant. Celles qui réinventent constamment le sport favori de leurs aînés en développant de nouveaux moves, de nouvelles stratégies, etc.

« Les fadeaways, les tirs sur un pied, ces trucs que Dirk Nowitzki a apporté à notre ligue. Et maintenant, quand je vois Jokic jouer, j’ai le sentiment qu’il a pris les trucs de Dirk pour les mixer avec ses propres talents. »

« Et Stephen Curry a révolutionné les choses en pouvant tirer d’aussi loin avec autant de régularité. Klay Thompson. Damian Lillard. Ces arrières ont changé le jeu. Je ne pense pas que les arrières d’il y a 20 ou 30 ans seraient en mesure de jouer à l’époque actuelle. C’est créatif. C’est compétitif. Vous allez vous faire humilier. Un crossover peut vous déchirer les ligaments croisés du genou de nos jours. Le jeu se porte vraiment bien. »

C’est une intervention vraiment intéressante et honnête de la part de Kevin Garnett. Le seul bémol que nous pouvons apporter, peut-être, concerne son point de vue sur les joueurs d’il y a 30 ans qui seraient largués aujourd’hui. En réalité, si ces mêmes joueurs avaient grandi à notre époque, ils auraient développé d’autres qualités. Ils se seraient adaptés, comme le font les grands athlètes. C’est pourquoi il est souvent si difficile et si ridicule de comparer les générations.

Kevin Garnett, la fils-de-puterie élevée au rang d’art

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest