Et si Kevin Durant rejoignait LeBron James en 2019 ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Los Angeles Lakers de LeBron James se préparent à signer une autre superstar en 2019. Et si c'était tout simplement Kevin Durant ?

En juillet 2017, soit donc un an avant la Free Agency annoncée de LeBron James, nous avions parié que le King quitterait les Cleveland Cavaliers pour rejoindre les Los Angeles Lakers. C'était pour nous la destination idéale pour sa fin de carrière... et pour la suite. Car il ne s'agit probablement pas seulement d'un choix sportif. Mais d'un style de vie recherché par le joueur et sa famille, d'un environnement différent de celui de l'Ohio. Maintenant, il est temps de prendre à nouveau un risque de tenter un pronostic. Peut-être encore plus osé. Il semble évident que les Angelenos vont signer une autre superstar en 2019. Allez, soyons visionnaires (fous ?) : Kevin Durant va rejoindre James dans un an.

2018, la fin des "Big Three" pour LeBron James ?

Les Lakers n'ont pas eu besoin d'acquérir Kawhi Leonard pour convaincre le meilleur basketteur du monde de les rejoindre. Ni même de signer Paul George, finalement prolongé par le Oklahoma City Thunder. James n'a pas le même sentiment d'urgence. Bien sûr qu'il veut construire une équipe taillée pour gagner. Mais il a bien compris que cela pouvait prendre plus d'un an. Les Golden State Warriors ont trop d'avance. Alors il a été le premier à franchir le pas et à prendre la direction de l'une des organisations les plus mythiques du sport US. Et, comme à chaque fois, des joueurs l'accompagnent dans ses bagages. Des Lance Stephenson, JaVale McGee, Kentavious Caldwell-Pope...

Wait. Il est où, le "Big Three" dans tout ça ? Le prodige d'Akron nous a habitué à des associations de superstars. Ses talents, ils les exportent là où ils se mélangent à d'autres talents. Ceux de Dwyane Wade et Chris Bosh au Miami Heat. Ou de Kyrie Irving et Kevin Love aux Cleveland Cavaliers. Il n'y aura peut-être rien de tout ça pour sa première saison dans la cité des anges.

Alors, certes, les dirigeants travaillent encore sur le recrutement de Leonard. Il n'est pas improbable que l'ancien MVP des finales (2014, remportées par les San Antonio Spurs devant le Heat de James) débarque d'ici la fin de l'été. Il formerait un duo parfait avec James. Les deux semblent parfaitement complémentaires sur le papier. KL est un excellent défenseur capable de briller avec ou sans le ballon. Ils se tireraient sans doute vers le haut.

Les Lakers peuvent aussi se tourner vers DeMarcus Cousins, pivot All-Star encore sur le marché. Il se remet d'ailleurs d'une blessure sévère au tendon d'Achille qui peut éventuellement affecter sa valeur. Si DMC ne prolonge pas aux New Orleans Pelicans (qui ont atteint le deuxième tour des playoffs en son absence), il est susceptible de rejoindra L.A. pour un contrat court. Les Angelenos auraient alors trois All-Stars.

2019, la vraie année phare pour Los Angeles

En réalité, il est probable que LeBron James et ses nouveaux employeurs soient patients. Ce n'est certainement pas un hasard si l'effectif se remplit à coup de contrat d'un an. KCP, McGee et Stephenson seront tous les trois à nouveau libres en 2019. Les Lakers veillent justement à avoir le plus d'espace disponible sous le Cap pour l'année prochaine. Voilà qui prépare quelque chose. Le seuil va d'ailleurs augmenter (de 101 à 109 millions) d'ici un an. A priori.

Et il y a un paquet de joueurs majeurs susceptibles de se retrouver sur le marché lors de la prochaine intersaison. Kyrie Irving, qui devrait se décider entre les Boston Celtics et les New York Knicks. Jimmy Butler. Klay Thompson. Kawhi Leonard, surtout s'il n'a pas été transféré par les Spurs d'ici là. Et... Kevin Durant !

C'est presque passé inaperçu parce que toute la planète basket attendait la décision de James. Mais KD a prolongé aux Golden State Warriors. Plus que le montant ou le choix, attendu, c'est la durée du contrat qui interpelle. Il a choisi un nouveau 1+1, deal qui laisse la franchise dans le doute. Et qui permet surtout au joueur de garder un vrai contrôle sur son avenir. En d'autres termes : Durant est signé pour un an de plus avec la possibilité de changer d'équipe dès l'an prochain. Peut-être que ce n'est pas son intention. Peut-être qu'il veut juste signer un contrat plus important au moment où le Cap aura justement été revu à la hausse (les montants maximums sont indexés sur un pourcentage du Cap, plus le cap est grand, plus le contrat est costaud).

Kevin Durant avec son ami LeBron James ?

Un journaliste de The Athletic, le média le mieux informé au sujet des Warriors, a avoué que le type de contrat choisi par le double-MVP des finales n'était absolument pas anodin. Il ouvre, pour la première fois, la porte à un éventuel départ de la superstar. Kevin Durant est probablement à l'aise à Oakland. Mais il avait l'air moins heureux cette saison. Il l'a même avoué. Ce n'est pas une spéculation là, c'est un fait : il a lui-même confié qu'il avait pris moins de plaisir cette saison. Comme si ça ne suffisait pas, Steve Kerr lui-même a aussi admis que KD était moins joyeux. Après, tout ça, c'est normal. Pour reprendre leurs termes : il y a eu le mariage, la nuit de noce puis la routine qui s'est installée. Cela ne veut pas dire qu'il va nécessairement quitter les Warriors.

Mais peut-être qu'il ne se sent pas l'âme d'un joueur de Golden State à vie. Après tout, il est souvent blâmé pour les défaites. Stephen Curry reste le visage de l'organisation. Comme le répète certains fans : cette équipe gagnait avant qu'il arrive. D'ailleurs, avec le départ de James pour Los Angeles, les Dubs sont les très, très, très grands favoris pour décrocher un troisième titre d'affilée.

Kevin Durant est déjà détesté pour sa décision d'avoir rejoint la Bay. Il aurait déséquilibré la ligue à en écouter certains. Alors pourquoi ne pas rétablir la balancer ? Quel serait le challenge pour lui après avoir gagné trois bagues de suite (si GS venait donc à finir champion) ? Aller jouer avec son rival... déjà fait. Son ami, peut-être. Car LeBron et KD s'apprécient réellement. Ils étaient d'ailleurs ravis de jouer ensemble lors du dernier All-Star Game. Ils n'ont jamais caché leur envie de jouer ensemble.

Ce serait un nouveau séisme. Peut-être que là, tout de suite, cette hypothèse vous semble stupide ou inconcevable. Mais celle de voir LeBron James aux Lakers semblait aussi impossible pour beaucoup il y a un an. En NBA, tout va très vite. Nous prenons le pari. Rendez-vous en 2019.