Marcus Morris, le « LeBron stopper » autoproclamé a assumé

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Clamer haut et fort qu’il est capable de gêner LeBron James, c’est bien. Le faire, c’est encore mieux. Marcus Morris a allié les actes aux mots hier soir.

Provoquer LeBron James est une entreprise risquée. Un geste d'ailleurs souvent suicidaire. Même les supporteurs des Boston Celtics ont eu quelques sueurs froides quand Marcus Morris a ouvertement déclaré dans la presse qu’il se sentait de taille pour freiner le meilleur joueur du monde. Plus fort encore, il a insisté sur la question. S’autoproclamant donc stoppeur le plus efficace de la ligue sur le King – juste après Kawhi Leonard. Les paroles, les paroles, les paroles… puis les actes !

Bombardé dans le cinq majeur pour faire front avec James, la grande gueule des Celtics n’a pas reculé. Morris a assumé ses propos. Et son adversaire direct, aussi doué soit-il, a passé une sale soirée. Le quadruple MVP a terminé avec seulement 15 points à 5/16 aux tirs, 7 rebonds, 9 passes mais aussi 7 balles perdues. Avec un différentiel négatif très lourd, -32 en 36 minutes.

« C’est un travail d’équipe, ce n’est pas que moi », rétorque l’un des héros du soir, moins enclins à récolter les lauriers après la très large victoire de Boston sur Cleveland. « Tout le monde a joué son rôle en défendant sur lui. Il est le meilleur joueur du monde et vous avez besoin de plusieurs gars pour défendre sur lui tout une rencontre. Je pense que nous avons fait du très bon boulot. »

Marcus Morris, facteur X des Celtics

Il n’empêche que Marcus Morris était au cœur de la stratégie défensive des Celtics. Il s’est donc coltiné James sur 39 possessions – plus que n’importe quel autre joueur de son équipe. Les Cavaliers ont d'ailleurs été limités à 89 points (sur 100 possessions) sur ces situations. Bien loin de leurs 108 pions marqués (toujours sur 100 possessions) habituellement. L’ailier avait pourtant mal débuté en prenant deux fautes très rapidement. Mais il ne s’est pas laissé abattre.

« Je suis un compétiteur, j’adore le challenge », rappelle-t-il.

Il ne s’est pas contenté de briller que d’un seul côté du parquet. Sa présence en attaque a contribué au succès de Boston. Il a terminé deuxième meilleur marqueur du match avec 21 points à 7/12 aux tirs. En plus de ses 10 rebonds.

« LeBron a dépensé beaucoup d’énergie en défendant sur lui », notait par exemple Marcus Smart.

Marcus Morris était le facteur X des Celtics sur cette rencontre. Maintenant, il va devoir tenir le choc. Parce qu’il faudra contenir James au moins trois fois de plus pour aller chercher une place en finales NBA.