Cette anecdote de Mo Harkless qui montre le racisme ordinaire aux USA

Mo Harkless tenait à partager son histoire, celle d’un simple contrôle routier qui aurait pu déraper juste parce qu’il est noir.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Cette anecdote de Mo Harkless qui montre le racisme ordinaire aux USA

Mo Harkless n’est pas au sein de la bulle Disney. Ses New York Knicks n’y ont pas été conviés. Mais ça ne l’empêche pas de se sentir concerné par le boycott actuel des matches NBA, et surtout par les violences policières et les discriminations dont sont victimes les noirs aux Etats-Unis. Comme bon nombre de ressortissants afro-américains, il s’est déjà retrouvé confronté au racisme. Car il n’y a pas juste la violence physique – qui reste la plus extrême. Le contexte actuel, très tendu, l’a poussé à raconter son histoire.

« Je jouais à Portland à l’époque. Un jour je prends la voiture avec mon petit frère et mon neveu (14 et 13 ans). Ils étaient excités parce que c’est la première fois qu’ils m’accompagnaient à un match de playoffs. On est monté dans la voiture et on a pris la direction de l’autoroute. Avant même qu’on atteigne l’autoroute, j’entends les sirènes.

J’étais calme parce que je savais que je n’avais rien fait de mal. Donc je dis aux garçons de rester calmes. Je m’arrête, j’éteins la radio et je sors mon permis et la carte grise de la voiture. J’ouvre toutes les fenêtres parce que je me suis dit que l’officier me donnerait le bénéfice du doute s’il voit les deux garçons. Quand vous me ressemblez, vous êtes obligé de tout faire pour s’assurer de rester en sécurité. Le policier me demande :

- Est-ce que c’est votre voiture ?
- hein ?
- Elle appartient à qui cette voiture ?
- A moi, pourquoi vous m’avez demandé de m’arrêter ?
- Permis de conduire, carte grise et assurance, tout de suite !
- pourquoi vous m’arrêtez ?
- Tout de suite !
- Tenez.

Il part et il revient deux minutes plus tard. ‘Oh, hey Moe, désolé de t’avoir dérangé. Il y avait de l’activité suspecte dans le quartier et je t’ai vu descendre un peu vite de la colline. Bonne chance pour ce soir.’

Vous voyez pourquoi on ne peut pas se contenter de jouer ? Parce que dès que l’on sort du terrain, nous sommes visés par les agents de police. »

Une histoire banale et pourtant grave. Bien trop courante. Un simple contrôle qui peut déraper. Parce que les noirs sont toujours perçus avec un apriori. Raciste. En 2020, c’est de plus en plus triste.

Non, boycotter les playoffs ne sert pas à rien

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest