Nicolas Batum : « J’ai peut-être trop attendu contre l’Argentine »

C'est un Nicolas Batum à la fois heureux et déçu qui s'est exprimé après la victoire des Bleus face à l'Australie dans la petite finale.

Barbara YouinouPar Barbara Youinou | Publié

La première mi-temps des Bleus face à l'Australie ? Une vraie souffrance. Il était alors difficile d'imaginer voir les Tricolores renverser la vapeur. Mais le capitaine Nicolas Batum a su trouver comment inverser le cours des choses. Son agressivité a remis son équipe sur les bons rails, avec le surplus nécessaire pour aller attraper cette médaille de bronze, qui n'était pas forcément celle espérée au départ.

Au micro de Canal +, Nicolas Batum a évoqué ce double sentiment, partagé entre la satisfaction d'avoir obtenu une belle médaille et les regrets de la demi-finale, où il reconnaît qu'il aurait peut-être dû tenter de prendre les choses en main.

« On a un double sentiment ce soir. On est quand même contents, parce qu'on a su réagir. On a un petit goût amer parce qu'on a fait un non-match dans cette compétition au mauvais moment. C'est dommage, on voulait jouer à 20h et pas à 16h. Ce n'est pas celle qu'on voulait, mais bon... C'est quand même bien pour le basket français, c'est bien pour l'équipe, c'est bien pour tout le staff qui nous a accompagnés, c'est bien pour tous les joueurs qui ont participé aux qualifs pour être là où on est, parce qu'il y a une trentaine de joueurs qui ont participé aux fenêtres. Il n'y a pas que les 12 joueurs qui sont là. Cette médaille, c'est pour tout le monde. C'est bien de faire deux médailles de suite sur une coupe du Monde. On espère que ce qu'on a proposé pendant ces 15 jours a plu au peuple français. »

Nicolas Batum revenait ensuite sur l'étincelle décisive qu'il a su apporter dans le troisième quart-temps. Non sans regretter de ne pas l'avoir fait face à l'Argentine :

« On jouait bien avec Nando et Evan en attaque depuis le début de la compétition et, au dernier match, l'Argentine a bien joué et j'aurais peut-être dû faire le déclic. Pardon, j'ai peut-être trop attendu justement qu'Evan ou Nando le fasse. En première mi-temps (aujourd'hui), ça a été le cas aussi. A la mi-temps, j'ai été voir Vincent, je lui ai fait ‘(…)Il est temps que je prenne deux, trois choses en main.' C'est ce que j'ai essayé de faire, de relancer l'équipe en attaque comme en défense. Et Nando a repris le relais derrière. Evan a mis deux, trois tirs importants parce qu'il a jamais lâché, il a toujours confiance en lui, on avait besoin de lui aussi pour clore le match. Andrew était extraordinaire. Vincent Poirier fait une grosse, grosse entrée, parce que Rudy a été en problème de fautes très vite dans le match. Donc c'est une belle victoire d'équipe, une belle réaction après une défaite douloureuse il y a 48 heures. »

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest