124 MIL
113 NYK
90 BOS
93 ORL
127 TOR
106 CHA
101 MIN
91 IND
115 DAL
109 CHI
84 UTA
92 MEM
124 POR
125 WAS
123 GSW
103 PHO
142 LAL
143 SAS

Tracy McGrady allume Rudy Gobert sur ESPN !

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Consultant pour l’émission « The Jump », Tracy McGrady a tenu un monologue au cours duquel il a vivement critiqué l’arsenal offensif de Rudy Gobert.

Rudy Gobert est peut-être le joueur le plus important du Utah Jazz. Mais son impact était limité contre les Houston Rockets au second tour des playoffs (défaite 1-4). Invité à analyser la campagne de la franchise de Salt Lake City, Tracy McGrady s’est lâché sur le Français.

Tracy McGrady allume Rudy Gobert sur ESPN

« Je suis extrêmement frustré quand je vois un pivot incapable de finir près du cercle avec un meneur de jeu qui défend sur lui. Quel aspect de ton jeu tu bosses pendant l’été ? » Balance T-Mac en parlant des intérieurs sans préciser de nom avant de s’attaquer directement à Rudy Gobert.

« Il y a eu plein de moments où il s’est retrouvé avec un petit sur lui et il ne pouvait même pas scorer. Il fait 2,16 m et il ne peut pas scorer au poste ? C’est un joueur NBA ! Je me fous de savoir quel meneur est sur lui ! Un meneur de 1,88 m ne devrait pas pouvoir défendre sur un pivot de 2,16 m ! Je ne dis pas qu’il faut le servir quand il y a un intérieur sur lui. Mais si on créé un duel avantageux où il a un petit sur lui, il doit avoir au moins un move pour scorer. »

Les Rockets ont joué essentiellement en small ball avec quatre extérieurs autour de Clint Capela. Ils ont changé sur quasiment tous les écrans et c’est ainsi que Gobert s’est retrouvé défendu par Chris Paul, P.J. Tucker, James Harden ou Trevor Ariza sur certaines séquences. Il faut dire qu’il a assez peu été servi. 7 tirs en moyenne pour 5 réussites et donc 71% de réussite aux tirs. L’intérieur du Jazz était donc très efficace mais il a été peu alimenté en ballons. L’évolution de la NBA veut ça. Les isolations dos au panier sont de moins en moins recherchées.

Quelle évolution pour Gobert ?

N’empêche que l’équipe de Quin Snyder se portait mieux quand il était sur le banc. Utah inscrivait 105 points sur 100 possessions sans lui contre 102 avec son pivot. Le tout sans vraiment compenser en défense. Alors, certes, tous les titulaires ont été dominés par leurs adversaires. Mais Rudy Gobert affichait le troisième plus mauvais différentiel du second tour des playoffs (-62). Donovan Mitchell pointait par exemple à -42 alors qu’il a joué 10 minutes de plus. Le joueur de l’EDF était d’une certaine manière l’un des maillons faibles de sa franchise sur ce duel.

Scottie Pippen a finalement la bonne conclusion : « Gobzilla » ne sera jamais un joueur offensif de premier plan. C’est d’abord un excellent défenseur. C’est aussi un bon passeur pour sa taille et ses écrans fluidifient les mouvements de ses coéquipiers en attaque. Mais les remarques de Tracy McGrady peuvent mener à une vraie réflexion. Pour que le Jazz passe un cap, Gobert se doit de punir les défenses small ball (de plus en plus nombreuses) avec un arsenal plus varié. Sous peine qu’Utah se casse continuellement les dents sur Houston ou Golden State.