Dion Waiters, confiant parmi les confiants

On pensait que Dion Waiters nous décevrait toute sa carrière. Raté, l'arrière du Heat est l'un des joueurs les plus excitants de la ligue cette saison.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Dion Waiters, confiant parmi les confiants
Dans 45 ans, Dion Waiters se balancera dans son fauteuil à bascule au coin du feu, entouré de ses petits-enfants. "Dion Jr, Diona, je vous ai déjà raconté l'histoire de cette saison ou j'ai fait passer le Heat d'un bilan de 11 victoires et 30 défaites à un titre NBA ?". Dion Waiters aura alors 70 ans et toujours une petite tendance à l'exagération, ainsi quelques logiques petites pertes de mémoire. Mais même romancé - désolé de vous décevoir, le Heat ne sera pas champion cette saison - le récit de sa résurrection vaudra quand même le coup. Rarement une remontée aussi folle que celle de Miami au classement n'avait été constatée dans l'histoire récente de la NBA. Et si les Floridiens sont aujourd'hui à une victoire de la 8e place et sur une série de 20 victoires en 24 matches après avoir effectué des débuts dramatiques, il en est l'un des principaux responsables. [caption id="attachment_373595" align="alignright" width="318"] La chaleur lui va si bien.[/caption] On peut toujours encenser la winning attitude contagieuse d'Erik Spoelstra et de son mentor Pat Riley. Ou saluer l'intelligence de jeu et l'implication de Goran Dragic malgré des rumeurs de trade constantes. On peut aussi s'émerveiller du pivot prolifique et dissuasif qu'est devenu Hassan Whiteside après son exil au Proche-Orient. Mais sans le grain de folie, la confiance dégoulinante et la réussite insolente de Dion Waiters, le Heat ne serait probablement pas en aussi bonne position au moment d'aborder le sprint final. La "belle histoire" décrite par tous les médias et dont personne ne connaît la fin, est aussi de son fait.

Il peut enfin s'accaparer un peu la lumière

Pourtant, on ne donnait pas vraiment cher de l'avenir de Waiters en tant que joueur d'impact. Trop soliste, pas assez efficace. Ou même simplement de son intégration dans une équipe bien structurée et un tant soit peu ambitieuse. Trop excentrique, pas assez lucide sur ses capacités. On parle tout de même d'un joueur dont Kevin Durant a dit récemment dans une interview avec Bill Simmons :
"Il y a quelque chose de spécial à propose de Dion. Je l'ai rapidement pris sous mon aile à OKC donc je le sais. Il pense vraiment et très sincèrement qu'il est le meilleur joueur de la ligue. C'est ce que j'aime chez lui. Je lui disais : 'Détends-toi Dion, putain. Tu ne peux pas avoir la balle sur chaque action !'. Il me répondait : 'Tu sais que je suis capable de le faire sur chaque action !'. C'est impossible de ne pas l'aimer".
Si on met de côté deux matches récents, l'un contre Orlando, l'un face à Cleveland où il a déjoué, l'ancien de Syracuse pète le feu depuis le début de l'année 2017. Et tend à prouver qu'il peut, dans le fond, être l'arme offensive principale d'une équipe. Avec 21.5 points et 4.8 passes de moyenne sur les 24 derniers matches, il est prolifique, certes, mais surtout terriblement clutch. Là où il devait s'effacer devant Kyrie Irving puis LeBron James à Cleveland ou Kevin Durant et Russell Westbrook à OKC, il n'a personne pour lui imposer quoi que ce soit hiérarchiquement dans le money time. Et ça paye ! Il n'y a presque plus une seule rencontre serrée où Dion Waiters ne fait pas la différence à coups de shoots du parking ou de drives. Les victimes de ses coups de chaud sont rarement choisies au hasard. Les Warriors de son "mentor" KD. http://www.dailymotion.com/video/x59h1nv_dion-waiters-tue-les-warriors-a-0-6-seconde-de-la-fin_sport Les Cavs, en mode revenge après son trade dans le cadre de l'arrivée de JR Smith et Iman Shumpert à Cleveland. http://www.dailymotion.com/video/x5e4a00_dion-waiters-marque-un-3-pts-clutch-du-logo-et-chambre-les-fans-des-cavaliers_sport Ou encore Charlotte, un concurrent direct pour la 8e place. http://www.dailymotion.com/video/x5eaz7c_dion-waiters-ices-the-game-with-the-three-point-shot-in-miami_sport Tous balayés par la réussite irrationnelle de Waiters dans ces situations où, enfin, il a le loisir de tirer la couverture à lui pour, au final, un gain collectif. Jamais un coach n'avait osé donner carte blanche à Waiters avant le double champion NBA. Si la faible profondeur de son équipe l'y a plus ou moins contraint, "Spo" a la mérite d'avoir cru en lui. [superquote pos="g"]Spoelstra : "Il peut faire la différence en se persuadant qu'il est à 60% au shoot"[/superquote]
"Des équipes comme Charlotte ont une telle qualité défensive qu'il faut des joueurs capables de créer quelque chose à partir de rien. Dion en est un et il l'a fait en fin de match. Quelle que soit son adresse sur un match ou sa forme du moment, il peut faire la différence en se persuadant qu'il est à 60% au shoot. Il a sauvé la situation à plusieurs reprises", a salué Erik Spoelstra après la partie mercredi.
Tout le monde ou presque avait pourtant tiré un trait sur la possibilité de le voir justifier un jour sa 4e place dans le tableau de la Draft 2012. Le contexte universitaire et la marge de manoeuvre dont il disposait à Syracuse lui avaient créé une hype imméritée, pensaient certains. Son caractère, pas vraiment dans la concession ou l'acceptation de la hiérarchie, l'handicapera jusqu'à la fin de sa carrière, estimaient d'autres. On ne sait pas combien de temps Dion Waiters continuera à marcher sur l'eau, mais on a bien envie de le voir faire le cake sur ses célébrations encore un petit bout de temps. Un 1er tour de playoffs face aux Cavs serait d'ailleurs particulièrement savoureux. Viendra ensuite l'heure de tester sa nouvelle cote sur le marché, lui qui dispose d'une player option l'été prochain. Avec de telles prestations, l'arrière de 25 ans va être demandé et devrait recevoir de belles offres sur la table. Pas sûr cela dit qu'elles lui permettent de trouver un meilleur terrain d'expression que South Beach. Après cinq premières saisons tumultueuses, Waiters a peut-être enfin trouvé chaussure à son pied et un lieu pour appliquer son motto :
"Si votre confiance n'est pas au-dessus de la moyenne, vous n'avez rien à faire en NBA".

Les stats de Dion Waiters

Season Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3P% FTM FTA FT% OR DR Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2012 CLE 61 28:48 5.5 13.4 41.2 1.0 3.3 31.0 2.6 3.5 74.6 0.4 2.1 2.4 3.0 2.0 1.0 0.3 1.9 14.7
2013 CLE 70 29:36 6.1 14.2 43.3 1.3 3.6 36.8 2.3 3.4 68.5 0.5 2.3 2.8 3.0 2.2 0.9 0.2 2.2 15.9
2014 CLE 33 23:49 4.2 10.4 40.4 0.7 2.6 25.6 1.4 1.8 78.3 0.4 1.4 1.7 2.2 1.5 1.3 0.3 1.8 10.5
2014 OKC 47 30:15 5.0 12.9 39.2 1.1 3.4 31.9 1.5 2.4 62.5 0.6 2.3 2.9 1.9 1.3 1.0 0.2 2.0 12.7
2015 OKC 78 27:35 3.6 9.1 39.9 1.1 3.1 35.8 1.4 2.0 71.3 0.5 2.1 2.6 2.0 1.5 1.0 0.2 1.8 9.8
2016 MIA 42 30:20 6.2 14.7 42.0 1.8 4.7 39.3 1.8 2.7 66.1 0.4 2.9 3.4 4.4 2.2 0.9 0.5 2.2 15.9
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest